Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Les années 1870-1871 (3 études)

Portrait de l'artiste à Sainte-Pélagie.
Portrait de l'artiste à Sainte-Pélagie.
Gustave COURBET

Gustave Courbet (9 études)

Paysage avec une rivière au loin et baie.
Paysage avec une rivière au loin et baie.
Joseph TURNER

Découvrez aussi

La vision de la mer au XIXe siècle

La vague.
La vague.
Gustave COURBET

L'écrasement de la Commune

Une rue à Paris en Mai 1871 ou  La Commune.
Une rue à Paris en Mai 1871 ou La Commune.
Maximilien LUCE

Le mouvement anticlérical à la veille de 1905

« Voilà l’ennemi », Affiche pour la revue <em>La Lanterne</em>.
« Voilà l’ennemi », Affiche pour la revue La Lanterne.

L'atelier, carrefour de la société des artistes

Réunion d'artistes dans l'atelier d'Isabey.
Réunion d'artistes dans l'atelier d'Isabey.
Louis Léopold BOILLY

Le baron Taylor

Le Baron Taylor.
Le Baron Taylor.
Frédérico MADRAZO Y KUNTZ

Paris enflammé par la Commune

Paris incendié.
Paris incendié.
NUMA fils

La répression de la Commune

Guerre civile.
Guerre civile.
Edouard MANET

Ruines du palais des Tuileries - 1871

Les ruines du palais des Tuileries.
Les ruines du palais des Tuileries.
Jean-Louis-Ernest MEISSONIER

Un atelier d'artiste à la fin du XVIIIe siècle

Réunion d'artistes dans l'atelier d'Isabey.
Réunion d'artistes dans l'atelier d'Isabey.
Louis Léopold BOILLY

Courbet à Sainte-Pélagie

commentaires 0 commentaire commentaires
Portrait de l'artiste à Sainte-Pélagie.

© Musée départemental Gustave Courbet

Agrandissement - Zoom

Titre : Portrait de l'artiste à Sainte-Pélagie.

Auteur : Gustave COURBET (1819-1877)
Technique et autres indications : Huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée départemental Gustave Courbet (Ornans) ; site web
Contact copyright : 1, place Robert Fernier 25290 ORNANS - Tél. / fax. : 03 81 25 81 25 ; site web

  Contexte historique

La répression des communards illustres et le sort de Courbet

Accusé d'avoir activement participé à la Commune, d'avoir usurpé des fonctions publiques en tant qu'élu au Conseil de la Commune (16 avril 1871) et de s'être rendu complice de la destruction de la colonne Vendôme, votée le 12 avril et renversée le 8 mai, Gustave Courbet (1819-1877) est arrêté le 7 juin 1871. Son procès devant le troisième Conseil de guerre commence le 7 août suivant. Après deux mois d'audiences, le jugement est prononcé le 2 septembre : le peintre est condamné à six mois de prison et 500 francs d'amende.

  Analyse de l'image

Derrière les barreaux

Dans cet autoportrait, Courbet s'est représenté dans sa cellule de la prison parisienne Sainte-Pélagie. Entre son arrestation et sa condamnation, l'artiste a connu plusieurs geôles : à Versailles, les Grandes Ecuries et l'Orangerie du château ; à Paris, la Conciergerie, les prisons Mazas et Sainte-Pélagie. Depuis la Révolution française, cet établissement est une prison politique où le XIXe siècle des lettres, du journalisme et de la caricature a séjourné. Courbet cherche visiblement à s'inscrire dans la continuité de cette tradition carcérale : il se montre coiffé du béret et vêtu des habits bruns qui sont ceux des prisonniers politiques de Sainte-Pélagie. Assis sur une table, appuyé contre la grille de la fenêtre de sa cellule, il fume la pipe, le regard tourné vers la cour de la préfecture, sur laquelle plonge la perspective. Dans cette œuvre régie par des tonalités assourdies – l'ocre y est prédominant –, seul le foulard rouge noué en cravate revêt un éclat que l'on peut apparenter à une proclamation de l'artiste : la revendication de son engagement dans les rangs de la Commune.

  Interprétation

Le portrait-déposition

On ignore à quelle période précise ce portrait a été peint par Courbet. Les exégètes de l'œuvre évoquent trois possibilités : pendant sa détention à Sainte-Pélagie, en Franche-Comté dès sa libération ou en Suisse au début de son exil organisé afin d'échapper aux contraintes juridiques l'obligeant à reconstruire la colonne Vendôme à ses frais, à hauteur de 323 091,68 francs. Dans tous les cas, cette œuvre semble avoir été conçue comme une sorte de déposition par laquelle l'artiste répondait à ses détracteurs et à ses ennemis décidés à ruiner tant sa fortune personnelle que son talent de peintre. C'est aussi la protestation d'un condamné illustre exprimée avec éclat, alors que l'écrasante majorité des communards est sans voix.

Auteur : Fabrice MASANÈS


Bibliographie

  • Catalogue d’exposition, Courbet et la Commune, Paris, RMN-musée d’Orsay, 2000.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page