Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Ecrivains (2 études)

La bataille de Castiglione, 5 août 1796.
La bataille de Castiglione, 5 août 1796.
Victor-Jean ADAM

La campagne d’Italie (5 études)

Papier à vignette de l’armée d’Italie, à en-tête du général en chef Bonaparte.
Papier à vignette de l’armée d’Italie, à en-tête du général en chef Bonaparte.

Découvrez aussi

Le traité de Mortefontaine

Traité avec les Etats-Unis (à Mortefontaine).
Traité avec les Etats-Unis (à Mortefontaine).
Victor-Jean ADAM

Prise de la smalah d'Abd-el-Kader

Prise de la smalah d'Abd-El-Kader à Taguin. 16 mai 1843.
Prise de la smalah d'Abd-El-Kader à Taguin. 16 mai 1843.
Horace VERNET

Les visages de Bonaparte

Le général Bonaparte.
Le général Bonaparte.
Louis Albert Guislain BACLER D'ALBE

Le général Marceau, héros de l'armée révolutionnaire

Portrait du général Marceau.
Portrait du général Marceau.
Antoine SERGENT

Les accords de Munich

Signature des accords de Munich. Mussolini, Hitler, Daladier et Chamberlain.
Signature des accords de Munich. Mussolini, Hitler, Daladier et Chamberlain.

Le convoi funèbre de Napoléon

Convoi funèbre de Napoléon.
Convoi funèbre de Napoléon.

La Révolte du Caire, le 21 octobre 1798

La Révolte du Caire, le 21 octobre 1798.
La Révolte du Caire, le 21 octobre 1798.
Anne Louis GIRODET DE ROUCY TRIOSON

La campagne d'Italie

Entrée de l’Armée française à Rome (15 février 1798).
Entrée de l’Armée française à Rome (15 février 1798).
Hippolyte LECOMTE

L'École centrale de Saint-Flour (1795-1802)

Esquisse d’un projet d’aménagement de la salle d’exercices de l’école centrale de Saint-Flour [dans l’ancienne chapelle du grand Séminaire]
Esquisse d’un projet d’aménagement de la salle d’exercices de l’école centrale de Saint-Flour [dans l’ancienne chapelle du grand Séminaire]

Episode du siège de Rome : prise du bastion n° 8 à la porte de San Pancrazio, le 30 juin 1849

Episode du siège de Rome : prise du bastion n° 8 à la porte de San Pancrazio, le 30 juin 1849.
Episode du siège de Rome : prise du bastion n° 8 à la porte de San Pancrazio, le 30 juin 1849.
Horace VERNET

La bataille de Castiglione, 5 août 1796

commentaires 0 commentaire commentaires
La bataille de Castiglione, 5 août 1796.

© Photo RMN-Grand Palais - F. Raux

Agrandissement - Zoom

Titre : La bataille de Castiglione, 5 août 1796.

Auteur : Victor-Jean ADAM (1801-1866)
Date de création : 1835
Date représentée : 5 août 1796
Dimensions : Hauteur 162 cm - Largeur 258 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée national du Château de Versailles (Versailles) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 01DE7077 / MV 1487

  Contexte historique

Lors de la première campagne d’Italie, ayant vaincu les Austro-Piémontais et signé l’armistice de Cherasco le 28 avril 1796, Bonaparte prit possession du pays et commença à occuper la Lombardie. Bignasco, Pavie, se révoltèrent. Durant l’été, l’armée autrichienne envoyée en renfort pour chasser les Français de la péninsule est battue à Castiglione le 5 août et à Arcole le 17 novembre 1796, à Rivoli le 14 janvier 1797.
Tandis que les Français font le siège de Mantoue, le feld-maréchal Würmser reçoit l’ordre d’envoyer 25 000 hommes en renfort au feld-maréchal Beaulieu, vaincu en Piémont au printemps. Dès la nouvelle de l’arrivée des renforts ennemis, Bonaparte se replie sur le Mincio et, cherchant comme à son habitude à séparer ses adversaires en les éliminant séparément, il se débarrasse d’abord du général Oskay, tandis que Quasdanovitch, jugeant plus prudent d’attendre, est poursuivi par le général Sauret. Würmser cherche alors à le rallier et la bataille se déroule au sud du lac de Garde à Castiglione, le 5 août 1796 : 25 000 Autrichiens affrontent 30 000 Français. Trois corps de bataille sont disposés face à Würmser, aux ordres de Masséna, Augereau et Kilmaine (cavalerie). Sérurier, malade et remplacé par Fiorella, arrive en renfort sur les arrières autrichiens. L’idée de Bonaparte est de provoquer l’attaque sur son aile gauche prétendument affaiblie : les Autrichiens, confiants dans leur gauche appuyée sur la redoute de Medolano, dégarniront alors leur ligne pour emporter la décision à droite, et Sérurier donnera l’assaut sur leur gauche. Tout se déroulera comme prévu, Masséna subissant les premiers coups. Lorsque Würmser est bien engagé, le commandant Marmont bombarde Medolano, la gauche autrichienne est attaquée par les troupes de Verdier et de Joubert, et les soldats de Sérurier surgissent sur ses arrières. Pour se dégager, Würmser tentera de résister, mais Masséna partira à l’assaut, et seule la retraite sauvera les Autrichiens d’un désastre. 5 000 d’entre eux resteront sur le champ de bataille.

  Analyse de l'image

La bataille fait rage au fond de la composition, tandis qu’au centre Bonaparte entouré de son état-major et de soldats (dont des cuirassiers à l’uniforme très napoléonien !) donne l’ordre aux canonniers d’aller bombarder Medolano. C’est donc le moment clef de la victoire qui est représenté, lorsque Würmser a dégarni son aile gauche et que Marmont met en place son artillerie. À gauche se profilent à l’horizon les premiers contreforts des Alpes. La grande diagonale du tableau suggère l’élan donné aux troupes, mais en réalité on ne voit de la bataille que quelques régiments montant au feu. Cette façon de montrer les combats en les réduisant aux groupes de généraux est traditionnelle. C’était déjà le cas de la plupart des peintures réalisées sous Louis XIV, formule reprise sous l’Empire, mais la manière d’Adam, artiste célèbre aussi pour ses lithographies, est parfaitement reconnaissable avec cet espace très aéré dans lequel se détachent de petites figures d’un style très vif, semblable à celui de ses gravures. Élève de Regnault et de Meynier, Adam hérita du goût des sujets napoléoniens et d’une technique moelleuse assez unique en son genre.

  Interprétation

À l’inverse de bien des tableaux de batailles, Adam n’a pas cherché à représenter les portraits des protagonistes, excepté celui de Bonaparte, et son œuvre se rapproche sensiblement des tableaux topographiques de Lejeune, constitués de deux parties distinctes, premier plan avec les généraux, second plan montrant le combat. Il s’éloigne ainsi des compositions de son contemporain Vernet, héritier de la conception militaire napoléonienne illustrée par Gros ou Gérard, où la bataille, invisible, se résume surtout à la peinture de portraits. Il y a là deux types de représentations qui suivent ainsi leur propre évolution au cours du XIXe siècle.

Auteur : Jérémie BENOÎT


Bibliographie

  • Claire CONSTANS, Catalogue des peintures de Versailles, Paris, RMN, 1995.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page