Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

la classe ouvrière (36 études)

Les déchargeurs de charbon.
Les déchargeurs de charbon.
Claude MONET

barricade (5 études)

La Liberté guidant le peuple.
La Liberté guidant le peuple.
Eugène DELACROIX

Découvrez aussi

La liberté d'enseignement et la loi Falloux

Trois saints dans le même Bénitier.
Trois saints dans le même Bénitier.

Un pamphlet contre l'aristocratie

Les fripons craignent les réverbères.
Les fripons craignent les réverbères.

Le chômage à Paris et à Lyon en 1831

Peuple affranchi dont le bonheur commence...
Peuple affranchi dont le bonheur commence...
Charles Joseph TRAVIES DE VILLERS

Le drapeau tricolore

Le drapeau tricolore.
Le drapeau tricolore.
François GEORGIN

" J'accuse... ! " de Zola


"J'accuse... !" par Emile Zola dans L'Aurore.

Caricatures et pamphlets politiques (1830-1835)

« Suivez bien votre chef de file... »,
« Suivez bien votre chef de file... »,

Le monde renversé

Le monde renversé.
Le monde renversé.

Almanach national pour 1791, de PH. L. Debucourt

Almanach national pour 1791.
Almanach national pour 1791.
Philibert Louis DEBUCOURT

Le duc d'Orléans en Laponie

Le duc d’Orléans descend le grand rapide de l’Eijampaïka sur le fleuve Mionio, en Laponie, août 1795
Le duc d’Orléans descend le grand rapide de l’Eijampaïka sur le fleuve Mionio, en Laponie, août 1795
François BIARD

Armes du peuple, armes du juste milieu

commentaires 0 commentaire commentaires
Armes du peuple, armes du juste milieu.

© Centre historique des Archives nationales - Atelier de photographie

Agrandissement - Zoom

Titre : Armes du peuple, armes du juste milieu.

Auteur : Charles PHILIPON (1806-1862)
Date de création : 1831
Date représentée : 1831
Dimensions : Hauteur 22.8 cm - Largeur 30 cm
Technique et autres indications : Lithographie en couleur.
Parue dans La Caricature, n° 30, le 17 mai 1831, pl.59. A droite : "On s'abonne chez Aubert, galerie Véro Dodat".
Lieu de Conservation : Centre historique des Archives nationales (Paris) ; site web
Contact copyright : CARAN - service de reprographie, 60 rue des Francs-Bourgeois, 75141 Paris cedex 03 ; site web
Référence de l'image : AE/II/3780

Animation

  Contexte historique

« La Caricature » contre la monarchie de Juillet

« Nous cherchons à nous tenir dans le juste milieu, également éloigné des excès du pouvoir populaire et des abus du pouvoir royal », déclare Louis-Philippe en janvier 1831 ; cette formule excite la dérision de la presse d’opposition.

En accédant au trône, lors de la révolution de 1830, le roi a dû appeler au pouvoir de francs libéraux comme La Fayette, Laffitte, qui l’y ont porté. Ils veulent une politique hardie de réformes démocratiques à l’intérieur et d’interventions au-dehors en faveur des populations opprimées ; ils forment ce que l’on appelle le « parti du mouvement ». Louis-Philippe rompt avec eux dès qu’il le peut, en mars 1831, et ne gouverne plus qu’avec les conservateurs, le parti de la résistance.

Les contemporains ressentent le style du nouveau pouvoir comme « une sorte de rapetissement universel » (Tocqueville). Sensible aux frustrations que ce contexte suscite dans l’opinion, Charles Philipon invente un type de journal satirique inconnu en France, que permet la liberté d’expression. Il prend le contrôle de La Caricature, revue à la mode ornée de lithographies, et la transforme en machine de guerre contre le régime. Il organise une véritable affaire commerciale pour publier plusieurs journaux satiriques et diffuse aussi des estampes et caricatures par l’imprimerie Aubert, la plus grosse imprimerie de lithographie à Paris, que tient son beau-frère. Chaque numéro de La Caricature s’accompagne de lithographies non reliées pour pouvoir être exposées ou encadrées séparément. Le lecteur du journal peut même recevoir les estampes avec ou sans le texte tendancieux, au choix.

  Analyse de l'image

Caricaturiste lui-même, Charles Philipon s’est fait une spécialité de l’héraldique satirique. Toujours porté aux confrontations, il symbolise, le 17 mai 1831, l’opposition entre le pouvoir populaire et le nouveau pouvoir royal, lequel se proclame au « juste milieu » et que La Fayette a salué comme la « meilleure des républiques ». Imprimée en couleur sur un papier de qualité, cette lithographie était destinée à être encadrée.

Armes du peuple

Les rayons de soleil radieux rendent plus sommaires encore les armes du peuple. Sous le bonnet rouge à cocarde soutenu par des faisceaux, symbole de l’héritage révolutionnaire, figure un blason orné de trois pavés bruts. Derrière se croisent la pique qui sert à les desceller du sol pour construire les barricades, et le balai destiné au nettoyage lors de la remise en ordre qui suit inévitablement. La lanterne si fameuse sous la Révolution, mais passablement cabossée quarante ans plus tard, fait pendant au shako de garde national orné d’un plumet rouge. Car la milice bourgeoise, reconstituée en juillet 1830, bénéficie d’une légitimité populaire. La croix de Juillet à trois branches, créée pour récompenser les héros des Trois Glorieuses, pend devant une banderole « Misère toujours misère », qui résume l’univers du peuple.

À cette date où les revendications populaires sont politiques et n’ont encore aucun caractère social, Philipon met l’accent sur ce fol espoir de transformations révolutionnaires, alors que la misère quotidienne du peuple est considérable. On estime que la pauvreté touche les trois quarts de la population parisienne à cette époque.

Armes du juste milieu

Hétéroclites et sans dignité, les armes imaginées par Philipon pour la nouvelle monarchie composent un assemblage cocasse. Entre la fleur de lys royale et l’abeille impériale, le volatile déplumé, à queue verte, occupé à picorer un vers, donne d’emblée une idée aussi saugrenue que peu reluisante du « juste milieu ». Un casque fantaisiste, flanqué de la cocarde tricolore républicaine et de la cocarde blanche de la royauté, arbore un nœud coquet mais sans gloire, bien dans le goût de la bourgeoisie en place. Derrière se croisent deux clystères ; ces objets, qui évoquent la farce depuis Rabelais et Molière, viennent d’apparaître dans les caricatures – ils sont associés au commandant de la garde nationale, Lobau, qui avait utilisé des lances à incendie plutôt que des armes pour disperser une manifestation. Symboles depuis de la milice bourgeoise, ils désignent ici le régime.

Du côté gauche s’étalent avec une ironie mordante des affaires aux conséquences parfois dramatiques, que le pouvoir n’a pas su empêcher. Le service organisé les 14 et 15 février 1831 à la mémoire du duc de Berry a ainsi suscité une violente riposte d’anticléricalisme populaire, le pillage de l’église Saint-Germain-l’Auxerrois et de l’archevêché. À droite, les coûts de la police secrète suggèrent que le pouvoir tient tous les secteurs par la corruption.

Favorable au parti du mouvement, le journal La Caricature se démarque du gouvernement et fait campagne pour la guerre en mars 1831, lorsque l’armée russe intervient pour réduire la révolution polonaise. Les deux banderoles « Mieux vaut la honte que la guerre » et « La France n’y consentira pas », qui déshonorent les couleurs nationales, reprennent le mot d’ordre de la politique du ministre des Affaires étrangères, Sebastiani, qui développe une théorie de non-intervention tout en déclarant que la France désapprouve l’attaque russe. La Caricature a déjà publié la justification qu’il a fournie à la non-intervention de la France en Pologne et l’a présentée comme une transcription exacte des débats à la Chambre[1].

Niaises et révoltantes de fadeur et de bassesse, ces armes dénoncent le caractère artificiel de la monarchie de Juillet.

  Interprétation

Le pouvoir et le peuple

Cette caricature de Philipon multiplie et enchevêtre les allusions. Ses contemporains, qui connaissaient les circonstances et avaient à l’esprit les représentations déjà offertes par d’autres caricatures, s’amusaient à en décoder le sens.

Parfois des interprétations plus subtiles transparaissent. Ici la confrontation des aspirations du peuple et des intérêts du roi laisse entendre que, sous ses allures inoffensives et ridicules, le pouvoir ne s’intéresse guère aux affaires publiques que pour les faire tourner au profit de ses affaires privées et que, dans son petit bien-être, il oubliera aisément les gens du peuple.

Dès mai 1831, Philipon se révèle ainsi caustique et organisé en adversaire irréductible, pour miner la monarchie de Juillet.

Auteur : Luce-Marie ALBIGÈS


Notes


Bibliographie

  • Guy ANTONETTI, Louis-Philippe, Paris, Fayard, 1994.
  • Louis CHEVALIER, Classes laborieuses et classes dangereuses, à Paris, pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, Hachette, 1958.
  • David S. KERR, Caricature and French Political Culture, 1830-1848 : Charles Philipon and the Illustrated Press, Oxford-New York, Clarendon Press-Oxford University Press, 2000.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page