Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

L'Affaire Dreyfus (2 études)

Dreyfus est innocent. Les défenseurs du droit, de la justice et de la vérité.
Dreyfus est innocent. Les défenseurs du droit, de la justice et de la vérité.

Zola et son temps (10 études)

La repasseuse.
La repasseuse.
Edgar DEGAS

Découvrez aussi

La mobilisation des dreyfusards

Dreyfus est innocent. Les défenseurs du droit, de la justice et de la vérité.
Dreyfus est innocent. Les défenseurs du droit, de la justice et de la vérité.

Guerre et Révolution en Russie (1917-1918)

Séance du Soviet de Petrograd au palais de Tauride.
Séance du Soviet de Petrograd au palais de Tauride.

Le monde rural

La Terre par Émile Zola.
La Terre par Émile Zola.
Jules CHERET

Un décor public sous la IIIe République

Les Nymphéas, étude d'eau : Le Matin n° 1 (salle II, mur nord)
Les Nymphéas, étude d'eau : Le Matin n° 1 (salle II, mur nord)
Claude MONET

Le travail aux champs

Labourage nivernais ; le sombrage.
Labourage nivernais ; le sombrage.
Rosa BONHEUR

Le général Marceau, héros de l'armée révolutionnaire

Portrait du général Marceau.
Portrait du général Marceau.
Antoine SERGENT

Quatre affiches de lancement de romans-feuilletons

Le Journal –La Traite des Blanches
Le Journal –La Traite des Blanches
Théophile Alexandre STEINLEN

La Serre politique et parlementaire

La Serre politique et parlementaire [1/2].
La Serre politique et parlementaire [1/2].
ELOY-VINCENT

" J'accuse... ! " de Zola

commentaires 0 commentaire commentaires
J'accuse... ! par Emile Zola dans L'Aurore.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine / MHC

Agrandissement - Zoom

Titre : "J'accuse... !" par Emile Zola dans L'Aurore.

Date de création : 1898
Date représentée : 13 janvier 1898
Technique et autres indications : in L’Aurore, 13 janvier 1898.
Lieu de Conservation : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine / MHC (Paris) ; site web
Contact copyright : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine ./MHC. 6, allée de l'Université. 92001 Nanterre Cedex. Tél. ,: 01 40 97 79 00 / Fax : 01 40 97 79 40. ; site web

  Contexte historique

L’affaire Dreyfus : une erreur judiciaire

En mars 1896, Picquart, le nouveau chef des Services de renseignements de l’état-major, découvrit l’identité du véritable traître, le commandant Esterhazy. Celui-ci, qui entretenait des relations suspectes avec l’Allemagne, était l’auteur du fameux « bordereau », cette pièce à conviction qui avait entraîné la condamnation et la déportation d’un officier juif français, Alfred Dreyfus, en décembre 1894. Toutefois, l’état-major, soucieux de sauver l’honneur de l’armée française, préféra étouffer l’affaire, en mutant Picquart et en créant de toutes pièces un document accablant Dreyfus, auquel l’Histoire a donné le nom de son auteur, le « faux Henry ». Sous la pression de l’opinion, Esterhazy dut néanmoins passer en conseil de guerre, pour être finalement acquitté le 11 janvier 1898.

  Analyse de l'image

J’accuse… !

Devant cette iniquité, les partisans de la révision du procès de Dreyfus se mobilisèrent pour émouvoir l’opinion publique en faveur du capitaine. Le 13 janvier 1898, Émile Zola publia dans le journal L’Aurore, fondé par Clemenceau et Vaughan l’année précédente, une lettre ouverte au Président de la République, Félix Faure, dont le titre provocateur, « J’accuse… ! », choisi par Clemenceau, s’étalait en gros caractères sur la page de titre du journal. Dans cette longue et dense plaidoirie, qui occupe les deux premières pages du journal sur six colonnes, Zola rappelle dans un premier temps les circonstances de l’Affaire, la découverte du bordereau et la condamnation de Dreyfus, puis revient sur la révélation de la trahison du commandant Esterhazy, avant de dénoncer son acquittement scandaleux et d’accuser, dans une suite de litanies commençant par le célèbre « J’accuse », les ministres de la Guerre, les officiers de l’état-major et les experts en écriture convoqués lors du procès d’Esterhazy d’être responsable de la condamnation d’un innocent, en acquittant un coupable. A l’exactitude et à la fiabilité des informations livrées par Zola s’ajoute la vigueur du style de l’écrivain, faisant de cet article un monument littéraire, une véritable « prophétie » pour reprendre l’expression d’un admirateur enthousiaste, Charles Péguy (« Les récentes œuvres de Zola », dans Cahiers de la Quinzaine, 4 décembre 1902, p. 33). A une époque où l’audience de la presse s’affirmait de plus en plus, ce pamphlet eut un grand retentissement dans l’opinion publique : proclamé dans la rue durant la journée du 13 janvier par les vendeurs du journal L’Aurore, tiré pour l’occasion à 300 000 exemplaires, le cri « J’accuse » entraîna une grande effervescence dans les rues de Paris, tandis qu’il exposa son auteur à une bouffée de haine sans précédent.

  Interprétation

La vérité en marche

En s’engageant ainsi publiquement, Émile Zola atteignit le but qu’il s’était fixé : le gouvernement lança immédiatement des poursuites judiciaires contre lui et contre le journal de Clemenceau. L’extraordinaire médiatisation du procès de Zola, qui aboutit à sa condamnation le 23 février 1898, donna une grande publicité à l’Affaire, cristallisant les passions dreyfusardes et antidreyfusardes et révélant au monde entier les zones d’ombre qui entouraient les procès de Dreyfus et d’Esterhazy. Cette affaire se transforma alors en véritable crise morale et politique, et il fallut attendre 1906 pour que Dreyfus, condamné de nouveau au terme d’un second procès non moins inique puis grâcié, soit réhabilité par le gouvernement.

Auteur : Charlotte DENOËL


Bibliographie

  • Pierre ALBERT, Histoire de la presse, P.U.F., Coll. QSJ ?, 7e éd, Paris, 1993.
  • Émile Zola, Catalogue de l’exposition, Bibliothèque nationale de France, Paris, 2002.
  • Pierre BIRNBAUM, Les fous de la République. Histoire politique des Juifs d’État de Gambetta à Vichy, Seuil, Paris, 1992.
  • Jean-Denis BREDIN, L’Affaire, Fayard-Julliard, Paris, 1993 (nouv. éd.).
  • Madeleine REBÉRIOUX, La République radicale. 1898-1914, Seuil, Paris, 1975.
  • Michel WINOCK, Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Seuil, Paris, 1990.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page