Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Louis-Philippe Ier, le roi-citoyen (4 études)

Mariage de Léopold I<sup>er</sup>, roi des Belges, et de Louise d’Orléans, le 9 août 1832.
Mariage de Léopold Ier, roi des Belges, et de Louise d’Orléans, le 9 août 1832.
Joseph-Désiré COURT

L'année 1830 (19 études)

Louis-Philippe, Duc d'Orléans, arrive à l'Hôtel de Ville de Paris
Louis-Philippe, Duc d'Orléans, arrive à l'Hôtel de Ville de Paris
Eloi-Firmin FERON

Découvrez aussi

Le Juif errant

Le Juif-Errant.
Le Juif-Errant.
François GEORGIN

Louis-Philippe inaugure la galerie des Batailles

Louis-Philippe inaugure la galerie des Batailles, le 10 juin 1837.
Louis-Philippe inaugure la galerie des Batailles, le 10 juin 1837.
François Joseph HEIM

Février et juin 1848

24 février 1848 cinq heures du soir.
24 février 1848 cinq heures du soir.

Mariage de Léopold Ier, roi des Belges, et de Louise d'Orléans

Mariage de Léopold I<sup>er</sup>, roi des Belges, et de Louise d’Orléans, le 9 août 1832.
Mariage de Léopold Ier, roi des Belges, et de Louise d’Orléans, le 9 août 1832.
Joseph-Désiré COURT

Attaque de l'Hôtel de Ville de Paris, le 28 juillet 1830

Attaque de l’Hôtel de Ville de Paris, le 28 juillet 1830.
Attaque de l’Hôtel de Ville de Paris, le 28 juillet 1830.
Joseph BEAUME

Ouvrier et bourgeois

Le bourgeois et l'ouvrier. 1848.
Le bourgeois et l'ouvrier. 1848.
Jean-Pierre MOYNET

La chute des Bourbons

Charles X, présentant, après son abdiction, le comte de Chambord à la Garde Nationale.
Charles X, présentant, après son abdiction, le comte de Chambord à la Garde Nationale.

Le duc d'Orléans en Laponie

Le duc d’Orléans descend le grand rapide de l’Eijampaïka sur le fleuve Mionio, en Laponie, août 1795
Le duc d’Orléans descend le grand rapide de l’Eijampaïka sur le fleuve Mionio, en Laponie, août 1795
François BIARD

La grève au Creusot (1899)

La Grève au Creusot (1899).
La Grève au Creusot (1899).
Jules ADLER

Armes du peuple, armes du juste milieu

Armes du peuple, armes du juste milieu.
Armes du peuple, armes du juste milieu.
Charles PHILIPON

Le drapeau tricolore

commentaires 0 commentaire commentaires
Le drapeau tricolore.

© Photo RMN-Grand Palais - J.-G. Berizzi

Agrandissement - Zoom

Titre : Le drapeau tricolore.

Auteur : François GEORGIN
Date de création : 1830
Date représentée : 1830
Dimensions : Hauteur 66.8 cm - Largeur 42.5 cm
Technique et autres indications : Bois de fil colorié au pochoir sur papier vergé.
Pellerin (éditeur), François Georgin (graveur).
Lieu de Conservation : MuCEM (Marseille) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 02CE10159 / 65.75.272

  Contexte historique

Le 30 juillet 1830, au lendemain des Trois Glorieuses, Philippe d’Orléans accepte la lieutenance générale du royaume que lui propose un petit groupe de parlementaires (quarante-sept sur sept cents !). Il faut faire vite, la candidature orléaniste est poussée en avant par les libéraux (La Fayette, Thiers, Constant) et les milieux d’affaires (menés par Laffitte) pour battre en brèche tout à la fois un possible retour des Bourbons en la personne d’Henri V et une proclamation de la république que nombre d’insurgés de la veille, tenant quartiers à l’Hôtel de Ville, appellent de leurs vœux.

  Analyse de l'image

Louis-Philippe adopte le drapeau tricolore, qu’il présente ici surmonté du coq de drapeau réglementaire de la garde nationale, légèrement adapté pour porter les mentions « Liberté » et « Ordre public ».

La déclaration du futur roi-citoyen aux habitants de Paris, texte approuvé par Talleyrand, est le premier acte officiel qui met en scène les trois couleurs : « En rentrant dans la ville de Paris, je portais avec orgueil ces couleurs glorieuses que vous avez reprises, et que j’avais moi-même longtemps portées. » De fait, la livrée du prince est tricolore. L’image de Georgin, postérieure de quelques mois, porte en légende : « La France m’a confié ces glorieuses couleurs ; je saurai les défendre. » Les défendre contre quoi ? Contre le drapeau rouge, qui flottait au fronton de l’Hôtel de Ville et que La Fayette a fait enlever, contre le drapeau blanc, le drapeau de Charles X et de la restauration d’une monarchie de droit divin, dont les symboles ornent, à côté de la signature de Georgin, la pierre tombale qui repose sur le sol dépavé.

Le drapeau tricolore, « la livrée de la Liberté » de 1790 (Mirabeau), a flotté sur les barricades de Juillet, comme en témoigne à l’arrière-plan le peuple insurgé qui salue le fils de Philippe-Égalité. Lorsque, le 1er août, celui-ci fait apposer des affiches proclamant que la nation française est autorisée à reprendre le drapeau tricolore, la réaction de la commission municipale parisienne est immédiate : « La nation française a reconquis ses couleurs nationales et les a scellées de son sang et en vertu de sa pleine souveraineté. Il n’appartient à personne de les lui concéder pas plus que de les lui retirer. »

  Interprétation

Les trois couleurs ont été bannies sous la Restauration, à tel point qu’un texte de 1817 interdit aux armateurs et capitaines de navires civils d’arborer comme marques de reconnaissance des pavillons rappelant « celui qui ne peut plus être aujourd’hui qu’un signe de rébellion ». La monarchie de Juillet entend faire œuvre de réconciliation nationale en reprenant un drapeau qui restera emblème national jusqu’à nos jours. Symbole de la liberté, le drapeau est donné solennellement au futur roi par La Fayette, le « Libérateur des deux Mondes » qui serait, à en croire ses Mémoires, à l’origine de sa conception.

Auteur : Frédéric MAGUET


Bibliographie

  • Jean-Louis BORY, La Révolution de Juillet, Paris, Gallimard, 1972.
  • Pierre CHARRIE, Drapeaux et étendards du XIXe siècle (1814-1880), Paris, Le Léopard d’or, 1992.
  • Charles HACKS et le général LINARES, Histoire du drapeau français, Paris, Librairie Aristide Quillet, 1948.
  • Michel PASTOUREAU, Bleu, histoire d’une couleur, Paris, Le Seuil, 2002.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page