Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Guerre 14-18 (45 études)

Arbre observatoire en acier et tôle peinte à Armancourt (Somme) en mars 1915.
Arbre observatoire en acier et tôle peinte à Armancourt (Somme) en mars 1915.
Louis DANTON

Les soldats et la vie quotidienne dans les tranchées (11 études)

Atelier de l'école de rééducation professionnelle du Grand Palais à Paris.
Atelier de l'école de rééducation professionnelle du Grand Palais à Paris.

Découvrez aussi

Les « Années folles »

Place blanche.
Place blanche.
Marcel GROMAIRE

Les troupes coloniales françaises

Journée de l’Armée d’Afrique et des Troupes coloniales.
Journée de l’Armée d’Afrique et des Troupes coloniales.
Lucien JONAS

Verdun

Verdun. Tableau de guerre interprété, projections colorées noires, bleues et rouges, terrains dévastés, nuées de gaz.
Verdun. Tableau de guerre interprété, projections colorées noires, bleues et rouges, terrains dévastés, nuées de gaz.
Félix VALLOTTON

La mobilisation des femmes

The French Woman in War Time.
The French Woman in War Time.
Georges Émile CAPON

Les meurtrissures de la Grande Guerre

Prisonniers de guerre.
Prisonniers de guerre.
Théophile Alexandre STEINLEN

Dessiner la mort pendant la guerre de 1914-1918

L'exhumation de Defest à Carency.
L'exhumation de Defest à Carency.
Pierre FALKÉ

Le sport et la photographie scientifique

Chronophotographie d'un escrimeur.
Chronophotographie d'un escrimeur.

L'interrogatoire du prisonnier

L'interrogatoire du prisonnier.
L'interrogatoire du prisonnier.
Édouard VUILLARD

Les emprunts nationaux de 1916 et 1917

2<sup>me</sup> emprunt de la Défense nationale.
2me emprunt de la Défense nationale.
Alcide ROBAUDI

La déshumanisation des soldats

commentaires 3 commentaires commentaires
La Guerre.

© ADAGP, © Photo RMN-Grand Palais - Bulloz

Agrandissement

Titre : La Guerre.

Auteur : Marcel GROMAIRE (1892-1971)
Date de création : 1925
Dimensions : Hauteur 127.6 cm - Largeur 97.8 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile.
Lieu de Conservation : Musée d'Art moderne de la Ville de Paris (Paris) ; site web
Contact copyright : ADAGP, 11, rue Berryer. 75008 Paris. Tél: 33+01-43-59-09-78. Adagp@adagp.fr /
Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 07-525733

  Contexte historique

Pendant les hostilités de 1914 à 1918, dans tous les pays belligérants, les peintres, comme la grande majorité des artistes et des intellectuels, mobilisés ou non, participent avec sincérité à la culture de guerre en produisant des œuvres plus ou moins patriotiques. Mais compte tenu de l’extrême brutalité du conflit, et surtout de sa durée conduisant à de cruelles désillusions, certains de ces peintres tentent de représenter ce qu’ils perçoivent de la réalité en modifiant leur style pictural. La guerre moderne doit apparaître de manière moderne. Au milieu des années vingt les mouvements de remémoration et de célébration sont au cœur des préoccupations des artistes.

  Analyse de l'image

Dans La Guerre, Marcel Gromaire a représenté cinq soldats casqués, engoncés dans des manteaux-cuirasses, dans une tranchée: trois attendent l’assaut éventuel ; les deux autres, observent le no man’s land par la fente d’une plaque d’acier. Avec des moyens plastiques proches du cubisme, il symbolise la lutte armée à l’échelle industrielle accomplie par des hommes-robots. Ces derniers apparaissent comme figés, se confondant presque avec le paysage (seule la couleur bleu horizon de leur uniforme les distingue de la paroi de la tranchée) au point de ressembler à des blocs de pierre, des statues colossales aux formes arrondies (les équipements) et abruptes. Seules les mains ont gardé une apparence humaine.

  Interprétation

Les artistes n’échappent pas à l’évolution globale de la perception de l’affrontement et de sa terrible violence. Le temps du réalisme héroïque, des allégories patriotiques et de l’exaltation guerrière du début du conflit laisse progressivement place à diverses tentatives pour rendre compte de la souffrance et de la mort. La manière picturale se transforme, se débarrasse de ses oripeaux esthétiques, de son réalisme trompeur, les lignes se brisent, les couleurs éclatent, non pour représenter les détails du combat, mais pour donner à sentir autrement son horreur. Gromaire a peint ce tableau sept ans après la fin de la guerre, avec la distance d’une vision rétrospective fondée sur sa propre expérience d’ancien combattant. La composition générale, tout en renvoyant à la mécanisation et à la déshumanisation des affrontements, évoque également un de ces nombreux monuments aux morts construits dès l’immédiat après-guerre pour témoigner collectivement de l’hécatombe et ne pas oublier le sacrifice des soldats. Le corps massif et statufié de ceux-ci est devenu un monument funéraire. On voit bien, à travers cette œuvre de 1925, que le peintre est passé du consentement à la guerre au consentement à la célébration mémorielle.

Auteur : Laurent VÉRAY


Bibliographie

  • Stéphane AUDOIN-ROUZEAU et Jean-Jacques BECKER (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918, Paris, Bayard, 2004.
  • Philippe DAGEN, Le Silence des peintres. Les artistes face à la Grande Guerre, Paris, Fayard, 1996.
  • Kenneth E. SILVER, Vers le retour à l’ordre. L’avant-garde parisienne et la Première Guerre mondiale, Paris, Flammarion, 1991.
  • Pierre VALLAUD, 14-18, la Première Guerre mondiale, tomes I et II, Paris, Fayard, 2004.

Commentaires

Connaissez-vous d'autres œuvres d'art datant de la même période, sur les bleuets?
Anonyme
Par Anonyme le 09/11/12 à 13h41 - #1031
trop bien ce site
liol
Par liol le 07/10/13 à 09h14 - #1730
Ce site est très bien fait, les choses sont bien expliquées.
Bravo !
Hakuna-matata
Par Hakuna-matata le 27/12/13 à 15h41 - #1910

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page