Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

religion (7 études)

« Voilà l’ennemi », Affiche pour la revue <em>La Lanterne</em>.
« Voilà l’ennemi », Affiche pour la revue La Lanterne.

L’anticléricalisme (5 études)

Loi de séparation du 9 décembre 1905.
Loi de séparation du 9 décembre 1905.

Découvrez aussi

L'immoralité au cœur de la lutte religieuse pendant la IIIe République

Les débauches d’un confesseur, par Léo Taxil et Karl Milo.
Les débauches d’un confesseur, par Léo Taxil et Karl Milo.
HODE

Ex-voto de 1662

Portrait de mère Agnès Arnauld et de sœur Catherine de Sainte-Suzanne, dit L’Ex-voto.
Portrait de mère Agnès Arnauld et de sœur Catherine de Sainte-Suzanne, dit L’Ex-voto.
Philippe de CHAMPAIGNE

Le boulangisme

Portrait-charge du Général Boulanger.
Portrait-charge du Général Boulanger.
Gabriel ROQUES

Le cardinal Lavigerie

Cardinal Charles Lavigerie Cardinal-Primat-d'Afrique.
Cardinal Charles Lavigerie Cardinal-Primat-d'Afrique.
Léon BONNAT

L'Hôtel de ville de Paris : du lieu des révolutions à celui des célébrations

Louis-Philippe, Duc d'Orléans, arrive à l'Hôtel de Ville de Paris
Louis-Philippe, Duc d'Orléans, arrive à l'Hôtel de Ville de Paris
Eloi-Firmin FERON

La Séparation de l'Eglise et de l'Etat

La Séparation de l'Eglise et de l'Etat.
La Séparation de l'Eglise et de l'Etat.

L'Union des gauches de 1932

Le peuple enchaîné.
Le peuple enchaîné.
Pierre DUKERCY

La propagande boulangiste

Scène de propagande boulangiste.
Scène de propagande boulangiste.
Jean Eugène BULAND

La loi de séparation du 9 décembre 1905 et sa mise en œuvre

Loi de séparation du 9 décembre 1905.
Loi de séparation du 9 décembre 1905.

Prédication catholique et pouvoir au XIXe siècle

Cahier de surveillance des prédicateurs.
Cahier de surveillance des prédicateurs.

Le mouvement anticlérical à la veille de 1905

commentaires 1 commentaire commentaires
« Voilà l’ennemi », Affiche pour la revue <em>La Lanterne</em>.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine / MHC

Agrandissement - Zoom

Titre : « Voilà l’ennemi », Affiche pour la revue La Lanterne.

Date de création : 1902
Date représentée : 1902
Lieu de Conservation : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine / MHC (Paris) ; site web
Contact copyright : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine ./MHC. 6, allée de l'Université. 92001 Nanterre Cedex. Tél. ,: 01 40 97 79 00 / Fax : 01 40 97 79 40. ; site web

  Contexte historique

La France à la veille de la loi de séparation de 1905

La France de la première décennie du XXe siècle est en proie à de nombreuses divisions : l’Affaire Dreyfus a durablement marqué les esprits, et malgré la grâce présidentielle dont a joui le militaire en 1901, les demandes de réhabilitation sont déjà lancées par l’ancien condamné à perpétuité (elles aboutiront en 1906). Cette affaire a eu pour conséquence de constituer en France deux blocs antagonistes, qui sont, peu ou prou, les mêmes à s’opposer sur la question religieuse. La place de l’Eglise catholique dans les affaires politiques (définie depuis le Concordat napoléonien de 1801) provoque en effet une violente querelle entre le parti clérical et les groupes politiques majoritaires à la Chambre des députés, en particulier le parti radical. Il est d’ailleurs intéressant de noter que l’année 1902 voit la victoire aux élections du Bloc des Gauches et la nomination au poste de Président du Conseil d’Emile Combes, grande figure du radicalisme et anticlérical convaincu. Il sera d’ailleurs à l’origine de la Loi de Séparation de l’Eglise et de l’Etat de 1905. La fracture religieuse en 1902 est donc une réalité dans la France de la Belle Epoque et chaque camp n’hésite pas à employer des attaques frontales, violentes contre la partie adverse à l’image de cette couverture de revue.

  Analyse de l'image

Dénoncer l’influence de l’Eglise catholique

Cette affiche de 1902 est une couverture de la revue La Lanterne, journal violemment anticlérical et républicain, dirigé par Victor Flachon. Pour l’auteur de cette affiche, le danger est clairement mis en évidence. L’homme d’Eglise singé sous les traits d’une chauve-souris couvre de son ombre menaçante la ville de Paris et empêche la « ville lumière » de recevoir la clarté de l’astre solaire. La formule « Voilà l’ennemi » fait directement référence au discours de Léon Gambetta à la Chambre des députés qui, reprenant les paroles de son ami Peyrat en 1863, s’exclama à la tribune le 4 mai 1877 : « le cléricalisme, voilà l’ennemi ! ».
Cette affiche insiste véritablement sur un quartier de Paris : la butte Montmartre. Le moulin évidemment, mais surtout la basilique du Sacré Cœur qui est enserrée par les mains crochues du clerc. Ce lieu de culte est un symbole pour les anticléricaux des années 1900 puisque ce bâtiment a été construit pour « expier les crimes des Communards » après les évènements de 1871 et la répression par les troupes versaillaises de l’insurrection populaire (forte représentation des ouvriers parmi les communards), patriotique (refus de la défaite face à la Prusse) et républicaine de la Commune. Cette construction dont la réalisation a été votée en 1873 par l’Assemblée Nationale à forte majorité monarchiste, prouvait le poids de l’Eglise Catholique dans la vie politique de l’époque puisqu’une Révolution avait dû être effacée par la construction d’un bâtiment religieux.
La Lanterne se propose donc de démasquer les ennemis de la République et de les révéler à la population française. L’affiche, par la trace laissée dans le ciel parisien et par la prééminence des couleurs sombres, met en évidence la puissance et l’omniprésence de l’Eglise et par conséquent le besoin de lutter contre elle avec force. Cette trace lugubre dans le ciel parisien (évocation de la trace d’un serpent ?) s’analyse également de manière historique : elle se perd dans le ciel et peut symboliser le côté ancestral de cette influence de l’Eglise Catholique sur la société française.

  Interprétation

Une mise en cause personnelle ?

Dès sa sortie, cette affiche provoque de graves réactions. Des groupes de droite et de droite extrême, relayés par des journaux comme La Libre Parole, voient dans cet homme d’Eglise une mise en cause directe de l’Archevêque de Paris François Marie Benjamin Richard. Il est évident que Monseigneur Richard, proche politiquement des Catholiques monarchistes, pouvait être pour les anticléricaux une cible privilégiée. C’est lui qui avait œuvré fortement depuis sa nomination à l’archevêché de Paris (en juillet 1886) à la réalisation de la basilique du Sacré-Cœur. La posture du prélat sur l’affiche peut d’ailleurs évoquer la protection du bâtiment voire sa création. Un autre élément peut venir corroborer cette interprétation : la basilique étant considérée comme une repentance pour les fautes des Communards, l’Archevêque Richard pensait certainement à honorer la mémoire de son prédécesseur, Monseigneur Darboy, pris en otage et exécuté par les troupes de la Commune lors de « la semaine sanglante ».
Nulle preuve de cette mise en cause personnelle n’existe. Par contre, il est clair que La Lanterne veut dans cette affiche jouer un rôle en rapport direct avec les combats passés de l’anticléricalisme, en particulier le mouvement des Lumières : La Lanterne (à la fois le dessin de la lampe et le nom en rouge) sont les seuls éléments de cette affiche qui sont représentés en couleurs vives. L’image ne laisse pas planer le doute, cette revue est destinée à sortir la société française de l’obscurantisme dans lequel l’Eglise a plongé la France. Le prélat cache la clarté du soleil mais non pas celle de La Lanterne (coin en haut à gauche).
Enfin, dans la grande tradition anticléricale du début du XXe siècle, on ne relève pas, dans cette affiche, de signes blasphématoires mettant directement en cause la foi des croyants. L’anticléricalisme lutte contre l’influence de l’Eglise et, pour rallier le plus de personnes à sa cause, évite de choquer les fidèles, sur des éléments de foi (représentation de Jésus, représentation de la croix, des apôtres…).

Auteur : Vincent DOUMERC


Bibliographie

  • Jacqueline LALOUETTE, La République anticléricale, XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil, « L’Univers historique », 2002.
  • Jean-Marie MAYEUR, La vie politique sous la IIIe République, Paris, Le Seuil, 1984.
  • Madeleine REBÉRIOUX, La République radicale (1898-1914), Le Seuil, coll. « Points Histoire », 1975.
  • René RÉMOND, L'Anticléricalisme en France de 1815 à nos jours, Paris, Fayard, 1976.
  • Michel WINOCK, La Belle Epoque, un âge d’or, Paris, Perrin, 2002.

Commentaires

j ai une affiche de 1905 intitulée la catholique réponse a la carmagnole musique de Théodore botrel affiche peinte a la main
imagerie d épinal
et je suis vendeur

il reste 3 exemplaires en France
dany60
Par dany60 le 05/01/12 à 01h29 - #425

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page