Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

les résistances ouvrières (11 études)

Grévistes jouant aux cartes dans la cour d’une usine occupée, en région parisienne.
Grévistes jouant aux cartes dans la cour d’une usine occupée, en région parisienne.

La Soie à Lyon (6 études)

Jean François Champollion.
Jean François Champollion.
Léon COGNIET

Découvrez aussi

La politique autoritaire de Casimir Perier

Casimir Perier (1776-1832).
Casimir Perier (1776-1832).
Louis HERSENT

Hygiénisme et urbanisme : le nouveau centre de Villeurbanne

10 juin - 1er juillet 1934. Fêtes inaugurales du nouveau centre de Villeurbanne.
10 juin - 1er juillet 1934. Fêtes inaugurales du nouveau centre de Villeurbanne.
Albert BOUCHERAT

Les forges d'Abainville

Abainville (Meuse) - Vue extérieure des bâtiments de la forge.
Abainville (Meuse) - Vue extérieure des bâtiments de la forge.
François Ignace BONHOMMÉ

Un palais social pour les ouvriers

Ecoliers dans la cour intérieure du Palais social du Familistère.
Ecoliers dans la cour intérieure du Palais social du Familistère.

Intérieurs de canuts

Intérieur d’un atelier de canut de la montée des Epies.
Intérieur d’un atelier de canut de la montée des Epies.
ALEXIS

Le chômage à Paris et à Lyon en 1831

Peuple affranchi dont le bonheur commence...
Peuple affranchi dont le bonheur commence...
Charles Joseph TRAVIES DE VILLERS

Les tramways électriques dans les villes françaises

Rue de Nice. Tramway.
Rue de Nice. Tramway.
Jean GILETTA

La banlieue parisienne à la fin du XIXe siècle

Paysage d'usines.
Paysage d'usines.
Théophile Alexandre STEINLEN

La puissance industrielle britannique

Les docks de Cardiff.
Les docks de Cardiff.
Lionel WALDEN

Un tisserand wolof, esclave à Gorée

Tisserand yolof, esclave à Gorée.
Tisserand yolof, esclave à Gorée.
Isidore HEDDE

L'industrie de la soie sous la Monarchie de Juillet

commentaires 0 commentaire commentaires
La visite du Duc d'Aumale chez Carquillat.

© Musée Gadagne - Lyon

Agrandissement - Zoom

Titre : La visite du Duc d'Aumale chez Carquillat.

Auteur : CARQUILLAT
Date de création : 1844
Date représentée : 24 août 1841
Dimensions : Hauteur 109 cm - Largeur 87 cm
Technique et autres indications : lampas lancé sur fond de taffetas
Lieu de Conservation : Musée Gadagne (Lyon) ; site web
Contact copyright : Roseline Pellechia, (Documentaliste),Tél : 04.78.42.03.61 / Fax : 04.78.42.79.71, Musée Gadagne, 14 rue Gadagne, 69005 Lyon
Référence de l'image : 1490

  Contexte historique

Le 24 août 1841 le plus jeune fils de Louis-Philippe visite l’atelier du tisseur Carquillat. Dix ans auparavant, son frère le duc d’Orléans avait repris la ville aux ouvriers en soie, les canuts, qui, en novembre 1831 s’étaient révoltés, voulant selon leur devise « vivre en travaillant ou mourir en combattant ». En avril 1834 une semaine de combats de rues avait mis fin à une nouvelle insurrection. Mais en 1841 l’ordre règne. « Enrichissez-vous » est la devise du ministre Guizot.

  Analyse de l'image

Le duc d’Aumale est escorté de notabilités : le lieutenant-général Aymard qui avait écrasé la révolte de 1834 ; le maire de la Croix-Rousse, alors commune indépendante ; le préfet ; le président du Conseil des prud’hommes. Le chef d’atelier Carquillat et le fabricant Mathevon lui présentent un portrait tissé de Jacquard. Derrière madame Carquillat et sa fille arrive le « rondier », habituellement chargé par le fabricant d’inspecter le travail.

La lumière entre à flots dans l’atelier qui sert aussi d’appartement. On aperçoit en hauteur la soupente où loge le compagnon. Eliminant les détails prosaïques, le peintre Claude Bonnefond (1796-1860) n’a conservé, outre le métier surmonté de la mécanique Jacquard, que le dévidoir et la pendule de belles formes, une lanterne et le « chelu », petite lampe à huile pour le travail nocturne. Directeur de l’école des Beaux-Arts, membre de l’académie de Lyon, il est apprécié du public bourgeois. La Ville lui avait commandé le portrait de Jacquard (aujourd’hui au musée des Beaux-Arts), modèle du tissage présenté ici, qui avait été très admiré lors de l’exposition de 1839.

Les tableaux tissés étaient très à la mode au XIXe siècle. Un dessinateur et un metteur en carte ont adapté l’œuvre du peintre au tissage « en taille douce ». Un perfectionnement technique de la mécanique Jacquard permet une grande précision des passages de la navette, pour que les points noirs de la trame sur le blanc de la chaîne créent l’illusion de la gravure au burin.

  Interprétation

Cette œuvre de circonstance révèle plusieurs aspects de l’histoire lyonnaise : les hommes d’affaires, comme le commanditaire Mathevon, se sont ralliés à Louis-Philippe, qui répond à leurs aspirations d’ordre et de prospérité. Cette première visite princière dans un atelier de canuts symbolise l’encouragement à la production et la paix sociale revenue. Une organisation originale, la Fabrique, assure la production des soieries, une des principales activités de la ville depuis le XVIe siècle. Les chefs d’atelier, propriétaires de leurs métiers, dépendent des fabricants-négociants pour la commande et les prix de façon. Ils emploient des apprentis et des compagnons qu’ils rétribuent, qu’ils logent, avec lesquels ils partagent la même vie de travail mais sans avoir exactement le même rang social. Ils sont responsables, instruits. Carquillat, à côté de son compagnon en blouse, est vêtu en bourgeois pour l’occasion. Mais le moment venu il a pu faire, lui aussi, le coup de feu contre les fabricants qui l’exploitent.
Production de luxe artisanale et liée au grand commerce, la soierie lyonnaise doit affronter la révolution industrielle, la concurrence, l’évolution de la mode vers les unis de fabrication plus simple. Un tour de force comme ce tableau tissé doit témoigner de l’habileté incomparable des canuts.

Auteur : Hélène DELPECH


Bibliographie

  • Françoise BAYARD et Pierre CAYEZ (dir.), Histoire de Lyon : Des origines à nos jours, t. 2, Du XVIe à nos jours, Le Coteau, Horvath, 1990.
  • Collectif, Les tableaux tissés de la fabrique lyonnaise, catalogue de l'exposition organisée par la société des dessinateurs lyonnais, 1992.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page