Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

montmartre (4 études)

Barricade du boulevard Puebla.
Barricade du boulevard Puebla.

Barricades (11 études)

Apothéose ou le triomphe de la canaille.
Apothéose ou le triomphe de la canaille.
Maurice BOUTET-DE-MONVEL

Découvrez aussi

Charge anti-républicaine

Apothéose ou le triomphe de la canaille.
Apothéose ou le triomphe de la canaille.
Maurice BOUTET-DE-MONVEL

Le procès des communards

Versailles, Séance du troisième Conseil de guerre.
Versailles, Séance du troisième Conseil de guerre.

Les Tuileries en ruines

Le palais des Tuileries après l'incendie de 1871, vu depuis le grand bassin du jardin.
Le palais des Tuileries après l'incendie de 1871, vu depuis le grand bassin du jardin.
Siebe Johannes TEN CATE

Fête de la Fédération, 14 juillet 1790

La Fédération faite le 14 juillet 1790,… Almanach pour 1791.
La Fédération faite le 14 juillet 1790,… Almanach pour 1791.

La Garde nationale, soutien de la Monarchie de Juillet

La Garde nationale célèbre, dans la cour du Palais-Royal, l'anniversaire de la naissance du Roi.
La Garde nationale célèbre, dans la cour du Palais-Royal, l'anniversaire de la naissance du Roi.
François DUBOIS

L'haussmannisation

Un balcon, boulevard Haussmann.
Un balcon, boulevard Haussmann.
Gustave CAILLEBOTTE

La répression populaire de la Commune

L'Exécution de Varlin.
L'Exécution de Varlin.
Maximilien LUCE

Le Mur des Fédérés

Le Triomphe de l'ordre.
Le Triomphe de l'ordre.
Ernest PICHIO

Le Père-Lachaise et les derniers combats de la Commune

Derniers combats au Père-Lachaise.
Derniers combats au Père-Lachaise.
Henri-Félix-Emmanuel PHILIPPOTEAUX

Image de la Commune : la barricade du boulevard Puebla

commentaires 0 commentaire commentaires
Barricade du boulevard Puebla.

© Saint-Denis, musée d'art et d'histoire - Cliché I. Andréani

Agrandissement - Zoom

Titre : Barricade du boulevard Puebla.

Auteur : ANONYME
Date de création : 1871
Date représentée : 1871
Technique et autres indications : photographie
Lieu de Conservation : Musée d'Art et d'Histoire de Saint-Denis (Saint-Denis)
Contact copyright : Photothèque, Tél : 01.42-43-83-85 / Fax : 01.48.20.07.60, musee@ville-saint-denis.fr, 22 bis, rue Gabriel Péri - 93200 Saint-Denis

  Contexte historique

Les barricades de la Commune

Parmi les images de la Commune s’impose souvent celle de la barricade avec ses tas de pavés derrière lesquels sont retranchés des insurgés. Ces fortifications populaires, éminemment liées à l’imaginaire révolutionnaire parisien depuis les journées de 1830, ne sont cependant pas toutes identiques. Les barricades de la Commune n’apparaissent pas massivement lors de la journée du 18 mars 1871 : celles qui furent spontanément érigées dans le centre de Paris ne servirent pas. Dans les semaines suivantes, la question des barricades fut régulièrement soulevée au sein des instances de la Commune.

  Analyse de l'image

Des barricades populaires

Croyant peu à une guerre des rues, la Commune se dota d’une commission des Barricades qui se contenta de faire édifier quelques imposants ouvrages défensifs disséminés dans Paris, sans grande cohérence. La barricade érigée à l’entrée de la place de la Concorde, haute de deux étages, avec son fossé, son chemin de ronde et son appareil de fortifications, resta une forteresse , rapidement surnommée « Château-Gaillard » par allusion au chef barricadier Napoléon Gaillard (1815-1902). Sur cette photographie anonyme, une barricade est dressée en travers du boulevard Puebla – du nom d’une victoire française lors de la campagne du Mexique – devenu rue des Pyrénées sur décision des autorités républicaines pour qui cette guerre impériale avait été illégale.

D’une conception sommaire, la barricade est constituée de pavés, fûts, gabions, fascines et grilles d’arbres. On est loin des fortifications dont les formes, les dimensions et les types ont été fixés par Gaillard et Rossel le 12 avril 1871. Echappant à toute typologie, cette barricade-ci est l’expression d’une spontanéité populaire. Elle existe d’ailleurs, en tant que telle, autant par son amoncellement de matériaux que par les gardes nationaux qui la hérissent de leurs fusils brandis. Construite comme un ouvrage de défense militaire, elle fut aussi, à l’occasion de cette photographie, le lieu d’une démonstration populaire. Qu’on en juge par l’attitude fière et posée du soldat juché sur le haut de l’ouvrage ou par celle des fédérés agenouillés au pied de la fortification. Il faut enfin prendre en compte les gens du peuple, notamment les hommes en blouse, qui se tiennent à ses abords. Ces présences et ces attitudes concourent à faire de la barricade un élément militaire et civil, en même temps qu’un lieu festif et identitaire.

  Interprétation

Des « loques de remparts »

Si, sur cette photographie, les fédérés et les communards posent encore fièrement et joyeusement près de leur barricade, l’atmosphère changera bientôt. Deux jours avant le début de la « semaine sanglante », le Journal officiel de la Commune publie un avis invitant « les ouvriers qui savent faire des gabions, fascines et clayonnages [à] se présenter tous les jours à la direction du génie […] ». Mais la mesure est trop tardive. Des barricades seront improvisées à la hâte par les hommes, les femmes et les enfants à travers les rues, comme des barrages de fortune surgis sans concertation et qui s’avéreront aussi fragiles qu’inutiles. Ces barricades populaires furent vite prises à revers et « nettoyées » par les troupes versaillaises. Avec compassion mais non sans critique, Lissagaray les considère comme des " loques de remparts " (Histoire de la Commune de 1871, 1876).

Auteur : Bertrand TILLIER


Bibliographie

  • Alain DALOTEL, « La dernière barricade de la Commune de 1871 », in Gavroche, n° 111-112, mai-août 2000, p. 1-8.
  • Alain DALOTEL et Jean-Claude FREIERMUTH, « Les barricades de la Commune », in Gavroche, n° 3, avril-mai 1982, p. 14-20.
  • Prosper-Olivier LISSAGARAY, Histoire de la Commune de Paris en 1871, [1876], Paris, La Découverte, 1991.
  • Bernard NOEL, Dictionnaire de la Commune, 2 vol., [1971], Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1978.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page