Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Patrimoine (16 études)

France!! ou l'Alsace et la Lorraine désespérées.
France!! ou l'Alsace et la Lorraine désespérées.
Jean-Joseph WEERTS

Allégories (16 études)

Allégorie de la révolte du papier timbré.
Allégorie de la révolte du papier timbré.
Jean Bernard CHALETTE

Découvrez aussi

Les figures symboliques de la IIe République

La République.
La République.
Armand CAMBON

L'Alsace libérée

Carte postale.
Carte postale.

1870 : de la défaite au désir de revanche

Bivouac après le combat du Bourget, 21 décembre 1870.
Bivouac après le combat du Bourget, 21 décembre 1870.
Alphonse NEUVILLE

L'utopisme républicain de 1848

La République universelle démocratique et sociale - Le Pacte.
La République universelle démocratique et sociale - Le Pacte.
Frédéric SORRIEU

Les « Malgré-eux » dans l’armée allemande

<i>Brief aus der Heimat</i> [Lettre du pays].
Brief aus der Heimat [Lettre du pays].

Les enfants dans la guerre de 1914-1918

Les ignobles otages.
Les ignobles otages.
Francisque POULBOT

L'Alsace, province perdue

commentaires 0 commentaire commentaires
France!! ou l'Alsace et la Lorraine désespérées.

© Musée Lorrain, Nancy - P. Mignot

Agrandissement

Titre : France!! ou l'Alsace et la Lorraine désespérées.

Auteur : Jean-Joseph WEERTS (1847-1927)
Date de création : 1906
Dimensions : Hauteur 170 cm - Largeur 230 cm
Technique et autres indications : peinture à l'huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée Lorrain de Nancy (Nancy) ; site web
Contact copyright : Sabine Bouchy du Palut, service de documentation, Tél : 03-83-32-18-74 / Fax : 03.83.32.87.63, 64 Grande-Rue, 54000 Nancy

  Contexte historique

Une peinture patriotique - Le thème des provinces perdues

L'annexion de l'Alsace et d'une partie de la Lorraine par l’Allemagne en 1871 provoqua un choc émotionnel et intellectuel intense. Les années qui suivirent la défaite virent la prolifération d’une littérature romanesque, d'une imagerie et de chansons populaires s'attachant à évoquer le drame des provinces perdues. Jusque vers 1890, le thème fut inlassablement repris par les milieux nationalistes et notamment les boulangistes.

Après une accalmie de quelques années, il resurgit à partir de 1905, comme en témoigne Charles Péguy. L'Alsace et la Lorraine suscitent alors un sursaut patriotique nourri d'esprit de revanche et d'un violent antigermanisme.

  Analyse de l'image

Une allégorie dramatisée exaltant le sentiment patriotique

Peintre académique, Weerts fut l'élève de Cabanel à l'Ecole des beaux-arts de Paris avant d'entamer une carrière de portraitiste et de peintre d'histoire. Plusieurs de ses peintures (Pour l'Humanité, pour la Patrie, 1895, et La France victorieuse, le châtiment, 1918, chapelle de la Sorbonne, dépôts de l'Etat) montrent combien le thème du sentiment patriotique le hantait. Tout en restant fidèle à sa formation académique, il peignit, avec le sens dramatique qui le caractérisait, des sujets ancrés dans la réalité de son temps. Dans le paysage assombri d'une campagne dévastée par la guerre, le peintre a représenté deux belles jeunes femmes, allégories de l'Alsace et de la Lorraine. Tandis que l'une se voile la face d'un geste théâtral pour dissimuler ses larmes, l'autre, les yeux levés au ciel, semble implorer l'intervention de Dieu.
Au sein d'une disposition d'ensemble en forme de frise, les deux figures sont inscrites dans une série de triangles d'où s'échappe un bras tendu en direction du panneau France, qui symbolise la frontière. La main, située juste au-dessus de la cathédrale de Strasbourg, la désigne clairement.

De nombreux peintres ont évoqué l'image des provinces perdues, le plus souvent sous la forme de deux femmes individualisées, vêtues de leurs costumes régionaux respectifs. Weerts a choisi une représentation moins académique : rien de permet de distinguer l'Alsace de la Lorraine, et les deux provinces sont associées dans le même malheur et la même espérance. Il adopte ainsi la conception de la France vue comme assemblage d'entités différentes mais convergentes, qui fondait alors tout l'enseignement et le discours patriotique.

  Interprétation

Une perte difficile à oublier

Jusqu'à la réunification en 1918, la question de la perte de l'Alsace et de la Lorraine est régulièrement débattue dans un climat passionnel exaltant la gloire et la grandeur nationale. Peint en 1905, ce tableau témoigne d'un renouveau du patriotisme français et du « réveil » d'une fraction de l'opinion publique et intellectuelle. Ce sentiment national, exalté notamment par Charles Péguy dans Notre Patrie paru la même année, va bien au delà des rangs de la droite antiparlementaire. Le discours de Guillaume II à Tanger en 1905, les péripéties de la première crise marocaine qui s’en est suivie et la nouvelle menace allemande de 1911 furent autant d’épisodes montrant combien les Français ne pouvaient accepter la pérennité de la frontière de 1871.

Auteur : Sabine BOUCHY DU PALUT


Bibliographie

  • C. ACHERE, « "France !! ou l'Alsace et la Lorraine désespérées." Un tableau de J.-J. Weerts au musée Lorrain », in Le Pays lorrain, n° 3, juillet-septembre 1997.
  • Jean-Marie MAYEUR, "Une mémoire-frontière: l'Alsace", t.2, in Pierre NORA (dir.), Les Lieux de Mémoire , Paris, Gallimard, 1988, réed. coll. "Quarto", 1997.
  • François ROTH, La Guerre de 70, Paris, Fayard, 1990.
  • Collectif, Jean-Joseph Weerts : la peinture d'histoire et le portrait, Catalogue de l’exposition au musée de Roubaix, Editions du musée de Roubaix, 1989.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page