Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

La IIIe République (22 études)

Loi de séparation du 9 décembre 1905.
Loi de séparation du 9 décembre 1905.

La bataille de Sedan et la proclamation de la République (5 études)

Napoléon III et Louis Trochu.
Napoléon III et Louis Trochu.
Faustin Betbeder, dit FAUSTIN

Découvrez aussi

Grève à Saint-Ouen

Grève à Saint-Ouen.
Grève à Saint-Ouen.
Paul-Louis DELANCE

Napoléon III et le général Trochu

Napoléon III et Louis Trochu.
Napoléon III et Louis Trochu.
Faustin Betbeder, dit FAUSTIN

Le Grand jeu du Bébé jumeau

Grand jeu du bébé Jumeau.
Grand jeu du bébé Jumeau.

Un modèle de l'Instruction républicaine

En classe, le travail des petits.
En classe, le travail des petits.
Henri Jules Jean GEOFFROY, dit GEO

Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget

Petit Intérieur  d'un artiste dramatique.
Petit Intérieur d'un artiste dramatique.
Eugène ATGET

La « propagande par le fait » s'attaque au sommet de l'Etat

Complainte de Caserio, le forfait et l'expiation.
Complainte de Caserio, le forfait et l'expiation.

4 septembre 1870 : la République est de retour

commentaires 0 commentaire commentaires
Le Dimanche 4 septembre 1870, Jules Simon proclame la République sur la place de la Concorde.

© Photo RMN-Grand Palais - F. Vizzavona

Agrandissement - Zoom

Titre : Le Dimanche 4 septembre 1870, Jules Simon proclame la République sur la place de la Concorde.

Auteur : Paul-Louis DELANCE (1848-1924)
Date de création : 1910
Date représentée : 4 septembre 1870
Lieu de Conservation : Agence photographique Rmn, fonds Druet-Vizzavona (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 97-007258 / VZD2437

  Contexte historique

Les dernières heures du second Empire

Lorsque la nouvelle de la capture de Napoléon III suite à la défaite de Sedan arrive à Paris, un certain désespoir s’abat sur les milieux gouvernementaux. Ainsi, dans la nuit du 3 au 4 septembre, le comte de Palikao convoque le Corps législatif. Mais les parlementaires sont dérangés au matin par des groupes d’ouvriers qui les interpellent au cri de « déchéance ! ». Divers attroupements se forment. Les leaders républicains Gambetta et Favre entraînent à leur suite la foule ainsi formée vers l’Hôtel de Ville, où la république est proclamée, en même temps qu’un gouvernement de la défense nationale, constitué de fait et non de droit. La ruine de l’ordre ancien est patente, et l’impératrice fait ses valises pour gagner au plus vite l’Angleterre. Logiquement, la fin de l’Empire se traduit par l’intronisation des opposants à Napoléon III, au premier rang desquels ceux qui seront les piliers de la « République des Jules », soit Grévy, Ferry et bien sûr Simon. S’y joignent aussi Adolphe Crémieux et Gambetta. L’urgence créant l’opportunité de s’emparer des affaires, c’est Jules Ferry qui lance cette idée d’un gouvernement formé de députés républicains parisiens. Cette option a le mérite d’avoir l’assentiment d’une population parisienne fort remuante, que ces démocrates ont d’emblée le souci de canaliser. Le général Trochu, gouverneur militaire de la capitale de tendance conservatrice, se voit aussitôt confier la présidence du gouvernement provisoire, dont il a soin d’exclure les tenants d’idées trop avancées.

  Analyse de l'image

Tableau d’instants de liesse, toutes classes sociales confondues

Cette peinture de Paul-Louis Delance est un exemple d’art mis au service de la politique. Au moment des faits, l’artiste, âgé de vingt-deux ans, est à l’orée d’une carrière qui sera marquée par une fidélité bien récompensée au nouveau régime : sociétaire du Salon des artistes français en 1880, il en reçoit la médaille de première classe en 1888. Son œuvre est imprégnée des références sociales et patriotes caractéristiques de l’esprit républicain de l’époque. Dans cet ordre d’idées, il peint en 1881 Retour du drapeau, inspiré d’un poème patriotique de Paul Déroulède, ou La Grève à Saint-Ouen (1908). La fin de sa vie est marquée par une accentuation de ses tendances au symbolisme, d’ailleurs prégnantes dans la présente toile.

Jules Simon, nommément et révérencieusement désigné dans le titre du tableau, est au centre d’une foule (de cent à cent cinquante mille personnes au total) aussi hétéroclite qu’effervescente, mais sans caractère émeutier. Chapeau tenu à bout de bras, yeux au ciel, il apparaît baigné d’une clarté singulière. Cet effet de halo transcende les individus présents pour en faire une assemblée consciente de participer à l’entrée de la France dans une nouvelle période de son histoire. Cette figuration s’inscrit dans le mythe républicain du peuple français tout entier réuni, par-delà ses divisions internes, dans un cadre institutionnel universaliste. Cet aspect a été traité par le peintre : un artisan en tenue de travail côtoie à gauche du cadre un bourgeois et sa dame, certes un rien plus circonspects que lui. Au centre du tableau apparaît la garde nationale, armes et uniformes rappelant autant la guerre en cours que le rôle tenu par la force militaire dans la constitution et les assises du pouvoir nouveau.

  Interprétation

Un moment d’unanimité ?

Avec le recul, la scène de liesse représentée par Delance paraît quelque peu à contre-courant de la situation militaire, mais aussi des enjeux politiques en train de se jouer. Deux semaines plus tard, le 19 septembre, et jusqu’au 28 janvier 1871, Paris est en effet une ville assiégée par le conquérant prussien. Dans le même temps, la réalité de la nouvelle donne politique est l’installation d’une équipe gouvernementale hétéroclite, partagée entre l’organisation immédiate ou reportée d’élections. Elles auront finalement lieu le 8 février 1871, dégageant nettement une majorité conservatrice dotée d’une forte composante monarchiste. Thiers est élu dans vingt-six départements, ce qui le désigne pour la tête de l’exécutif. C’est à ce poste qu’il négocie les clauses draconiennes du traité de Francfort, et qu’il réprime la Commune. Quarante ans après les faits, au moment où il peint ce tableau, Paul-Louis Delance a forcément pris conscience de la fragilité à court terme du consensus spontané du 4 septembre 1870, qu’il entend néanmoins fixer durablement dans une version idéalisée. Cette œuvre doit ainsi être comprise comme se rattachant à la mémoire officielle du régime républicain. Cet épisode masque les vingt-cinq mille ou trente mille morts de la Commune, et la longue persistance des tendances antidémocratiques au sommet de l’État. Mais peut-être trouve-t-il sa pleine utilité dans sa nature quasi révolutionnaire. La journée du 4 septembre 1870 est en effet un puissant élément de légitimation dans la continuité, violents combats mis à part, des deux républiques précédentes, nées symboliquement elles aussi dans les clameurs de la rue déliée de ses anciens maîtres.

Auteur : François BOULOC


Bibliographie

  • Jean-Pierre AZÉMA et Michel WINOCK, La Naissance de la IIIe République, Paris, Calmann-Lévy, 1970.
  • Jean-Marie MAYEUR, La Vie politique sous la Troisième République, 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1984.
  • Alain PLESSIS, De la fête impériale au mur des Fédérés, 1852-1871, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 1979.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page