Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Caricatures XIXème (36 études)

Le marchand de chansons.
Le marchand de chansons.
Xavier LEPRINCE

Hors-série franco-allemand (32 études)

Ansicht vom Hof der Sorbonne.
Ansicht vom Hof der Sorbonne.

Découvrez aussi

Retour à la nature

Moine au bord de la mer.
Moine au bord de la mer.
Caspar David FRIEDRICH

L'image de l'Allemand en 1870

La France signant les préliminaires d'un traité de paix.
La France signant les préliminaires d'un traité de paix.

Les arts appliqués allemands à Paris

Chambre de Monsieur.
Chambre de Monsieur.
Richard RIEMERSCHMID

Le génie wagnérien

Frontispice d'un recueil de musique.
Frontispice d'un recueil de musique.
Henri FANTIN-LATOUR

Caricature et propagande

La civilisation européenne.
La civilisation européenne.
Arthur JOHNSON

Wagner et la France

Autour du piano.
Autour du piano.
Henri FANTIN-LATOUR

La révolte des tisserands

Misère.
Misère.
Käthe KOLLWITZ

Bismarck, le chancelier de fer

commentaires 0 commentaire commentaires
Voilà ce diable de MICMAK [...]

© Photo RMN-Grand Palais - F. Raux

Agrandissement - Zoom

Titre : Voilà ce diable de MICMAK [...]

Dimensions : Hauteur 40.7 cm - Largeur 26.8 cm
Technique et autres indications : Gravure sur bois imprimée en couleurs.
Titre complet : Voilà ce diable de MICMAK en train de nettoyer la Confédération Asthmatique... et allez donc !... Vlin, Vlan !!
Edité par Charles Pinot et Sagaire à Epinal.
Lieu de Conservation : MuCEM (Marseille) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 07-517320

  Contexte historique

Chauvinisme

« Sous le Second Empire, le Kladderadatsch[1] voyait partout Napoléon III ; à tort ou à raison, nous sommes atteints de la même maladie à l’égard de Bismarck. » (John Grand-Carteret)
En 1862, Otto von Bismarck est ambassadeur à Paris lorsqu’on lui prédit une piètre carrière parce qu’il danse mal. Dès sa nomination à l’automne au poste de ministre-président de Guillaume Ier, la Prusse devient le sujet de prédilection des satiristes parisiens. Le portrait-charge est alors très à la mode. Après la défaite de Sedan, la caricature n’est plus seulement divertissante. L’heure est désormais à la dénonciation et à l’engagement politique, dans des dessins parfois très noirs. L’Allemagne représente plus que jamais l’ennemi, le « barbare ». Bismarck et l’empereur Guillaume en sont les symboles. Et, jusqu’à sa mort en 1898, la figure du vieux chancelier avec ses moustaches tombantes et son casque à pointe n’évoluera pas.

  Analyse de l'image

Le chancelier de fer

Dès son entrée sur la scène politique, les caricaturistes se plaisent à décrire le chancelier prussien sous les traits d’un dogue, tandis que Daumier le présente comme un « Barbe bleue prussien » s’évertuant à « occire » les Chambres du Parlement.
À Épinal, Charles Pinot, fondateur de la Nouvelle Imagerie d’Épinal et habile dessinateur, consacre quelques planches à Bismarck – dont certaines seront détruites lors de l’occupation allemande – et crée une véritable imagerie germanophobe, bien éloignée des imagiers naïfs ou religieux qui constituent le fonds de commerce des productions spinaliennes. La caricature de Pinot exploite, en les hypertrophiant, tous les attributs de la nation prussienne et de son féroce représentant : le casque à pointe, énorme, symbole de l’ennemi ; les moustaches tombantes, signe distinctif du personnage ; le sabre, qui rappelle le leitmotiv du chancelier, résolu à asseoir la grandeur de la Prusse « par le fer et par le sang ». Dans son uniforme impeccable et ses bottes cirées rutilantes, Bismarck ressemble à une figurine de plomb. Comble du ridicule et de l’ironie, pour éliminer les indésirables de la Confédération germanique, il est « armé » d’un immense balai et d’une pelle géante.

  Interprétation

L’image de la Prusse

Devenu chancelier, Otto von Bismarck veut assurer l’hégémonie de la Prusse sur une Allemagne unifiée. Il pousse donc habilement l’Autriche à la guerre pour l’exclure de la Confédération germanique. Vienne écartée, Bismarck institue en 1867 la Confédération d’Allemagne du Nord qui rassemble les États allemands septentrionaux sous l’autorité d’un gouvernement fédéral dominé par la Prusse. En France, l’expansionnisme de la Prusse, considéré comme une menace de guerre, occupe déjà largement la presse. Mais après la guerre franco-prussienne (1870-1871) qui opposa « l’ennemi héréditaire » (la France) aux « Barbares » (les États allemands fédérés), les journaux français se font l’écho des mentalités patriotes et revanchardes envers la Prusse. L’annexion par Bismarck de l’Alsace et de la Lorraine, sans consultation de ses habitants, et les cinq milliards de francs-or versés par la France comme contribution de guerre, alimentent cette rancune. Après la fondation du Reich allemand et le couronnement de Guillaume Ier, la crainte de l’ennemi prussien s’inscrit durablement dans les mentalités françaises. Dans Le Charivari du 6 avril 1871, Daumier représente l’empereur allemand assis sur le trône de Charlemagne, coiffé d’une « couronne à pointe » et brandissant un os en guise de sceptre.

Auteur : Emmanuelle GAILLARD


Notes

Kladderadatsch : journal humoristique et conservateur (« patatras » en français) fondé par Albert Hofman et David Kalisch


Bibliographie

  • Lothar GALL, Bismarck, le révolutionnaire blanc, Paris, Fayard, 1984.
  • Henri GEORGES, La belle histoire des images d’Épinal, Paris, Le Cherche-Midi, 1996.
  • John GRAND-CARTERET, Bismarck en caricatures, Paris, Perrin, 1890.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page