Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Guerre 14-18 (90 études)

Intérieur de la cathédrale d'Arras en ruines.
Intérieur de la cathédrale d'Arras en ruines.
Fernand SABATTE

Les troupes coloniales (8 études)

Tirailleur annamite en grande tenue.
Tirailleur annamite en grande tenue.
Pierre Albert LEROUX

Découvrez aussi

Regards sur les guerriers gaulois

Le courage guerrier ou le courage Gaulois.
Le courage guerrier ou le courage Gaulois.
François GERARD

Les Annamites dans la Grande Guerre

Tirailleur annamite en grande tenue.
Tirailleur annamite en grande tenue.
Pierre Albert LEROUX

La reprise de Mondement

Reprise de Mondement.
Reprise de Mondement.
Espérance Léon BROQUET

Le recrutement de la Coloniale

Troupes d’Afrique. Engagez-vous.
Troupes d’Afrique. Engagez-vous.
Georges Bertin SCOTT

Verdun

Verdun. Tableau de guerre interprété, projections colorées noires, bleues et rouges, terrains dévastés, nuées de gaz.
Verdun. Tableau de guerre interprété, projections colorées noires, bleues et rouges, terrains dévastés, nuées de gaz.
Félix VALLOTTON

Les troupes coloniales dans la Grande Guerre

La partie de loto. Soldats nord-africains au repos, 1915.
La partie de loto. Soldats nord-africains au repos, 1915.
Jules Alfred HERVE-MATHE

Le général Marchand

Le commandant Marchand à travers l'Afrique.
Le commandant Marchand à travers l'Afrique.
Jean Paul Louis PINAYRE

Les tirailleurs marocains

commentaires 0 commentaire commentaires
Attaque du 1er régiment de tirailleurs marocains, le 28 juin 1918, à 5 h 5 m.

© Photo RMN-Grand Palais - F. Vizzavona

Agrandissement - Zoom

Titre : Attaque du 1er régiment de tirailleurs marocains, le 28 juin 1918, à 5 h 5 m.

Auteur : Charles Paul RENOUARD (1845-1924)
Date représentée : 28 juin 1918
Technique et autres indications : Exposé au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts de 1919.
Photographié par François Antoine Vizzavona.
Lieu de Conservation : Agence photographique Rmn, fonds Druet-Vizzavona (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 97-027517 / VZC9955

  Contexte historique

Les troupes coloniales marocaines dans « la seconde bataille de la Marne »

Libérées du front de l’est par le traité de Brest-Litovsk (1917) qui voit la Russie se retirer du conflit, les forces allemandes s’acheminent sur le front ouest, pour lancer l’offensive finale. En mars en Picardie, puis en mai dans l’Aisne, elles avancent de plus de 50 km, enfonçant les lignes Françaises. Les Allemands décident une nouvelle offensive dans la Marne, qu’ils veulent cette fois décisive, appelée le « Friedensturm » ou bataille pour la paix. Débute alors « la seconde bataille de la Marne » (27 mai - 6 août 1918) : les troupes alliées résistent et lancent la contre-offensive. Le 1er régiment de Tirailleurs marocains, créé le 1er janvier 1915 à partir des Troupes auxiliaires marocaines (qui datent de 1912) joue alors un rôle décisif lors de la bataille de Cutry (28 juin).

  Analyse de l'image

Soldats marocains à l’attaque ou en représentation

L’image Attaque du 1er régiment de tirailleurs marocains, le 28 juin 1918, à 5 h 5 m. est une photographie en noir et blanc d’une œuvre de Paul Renouard, dessinateur et graveur célèbre pour avoir représenté les grands événements de son époque, comme le procès Dreyfus. Elle présente, d’un point de vue fixe, le passage des soldats qui chargent en dévalant la pente d’un plateau. Au premier plan à gauche, tout près du spectateur et comme saisi sur le vif par l’artiste, un homme au faciès marocain (moustache et pommettes saillantes). Vêtu de l’uniforme et du casque en usage en 1918, il court, fusil avec baïonnette au poing. Son air est à la fois grave, déterminé et concentré. Plus éloignés et sur la droite, deux autres soldats que l’on devine marocains le devancent et, poursuivant le mouvement sont en train de sortir du cadre, sur le point d’échapper au point de vue qui détermine la représentation. Au second plan, trois ou quatre hommes se détachent encore, quoique beaucoup moins nettement, d’une masse que l’on devine en mouvement, de plus en plus imprécise jusqu’à se confondre avec le relief et la brume de l’aube.

  Interprétation

Les soldats marocains s’inscrivent pleinement dans l’armée et la patrie

L’œuvre de Renouard insiste d’abord sur la cohésion entre les soldats du 1er régiment de tirailleurs marocains. Chargeant comme un seul homme, ils forment un seul corps, soudé par le combat. Ce n’est qu’au privilège d’une position de spectateur plongé dans l’action, que l’on peut distinguer un homme, comme par accident, et pour un instant seulement.
L’image signifie ensuite l’avancée et la reconquête : le caractère indéfini de la masse qui se poursuit en arrière plan suggère qu’un grand nombre d’hommes (autant qu’il en faut) est prêt à livrer bataille. Et cette masse soudée et en mouvement semble impossible à arrêter : elle déferle sur son objectif, irrésistible.
Enfin, la confusion des hommes avec le relief et les éléments pourrait signifier que ces soldats, même « coloniaux », s’ancrent pleinement dans la patrie, nourrissant son sol de leur sang, se mariant corps et âme avec elle dans l’épreuve du feu. Dans une perspective à la fois documentaire et historique, Renouard montre bien que l’homme au premier plan est marocain, mais surtout qu’il appartient au régiment et à la France.

Auteur : Alban SUMPF


Bibliographie

  • Stéphane AUDOIN-ROUZEAU et Jean-Jacques BECKER (dir), Encyclopédie de la Grande Guerre 1914-1918, Paris, Bayard, 2004.
  • Marc MICHEL, Les Africains et la Grande Guerre. L'appel à l'Afrique (1914-1918), Paris, Karthala, 2003.
  • Pierre VALLAUD, 14-18, la Première Guerre mondiale, tomes I et II, Paris, Fayard, 2004.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page