Alfred de Musset

Partager sur:

Contexte historique

Né à Paris dans un milieu cultivé, Alfred de Musset fait d’excellentes études et fréquente très tôt le cénacle romantique : accueilli par Lamartine, Hugo et Charles Nodier, il se lie d’amitié avec Vigny, Sainte-Beuve et Mérimée. Il publie ses premiers vers avant d’avoir vingt ans. Grâce à l’argent que lui donnent ses parents, il mène la vie d’un dandy. L’amour, avec ses deux visages, le plaisir et la passion, est le thème central de son œuvre, dominée par la poésie et le théâtre. La Confession d’un enfant du siècle, célèbre roman publié en 1836, est l’analyse lucide d’une maladie morale, le désarroi de la jeunesse française au lendemain de la Révolution et de l’Empire. Le poète des Nuits trouve essentiellement son inspiration dans la souffrance (“ Les plus désespérés sont les chants les plus beaux ”). Des pièces comme On ne badine pas avec l’amour, Les Caprices de Marianne ou Lorenzaccio donnent la mesure du génie dramatique de Musset. Dés 1840, la santé de l’écrivain s’altéra et son activité littéraire déclina. Il fut reçu à l’Académie française en 1852. Il mourut à 47 ans d’une maladie de cœur, usé par les excès.

Analyse des images

Musset est représenté de trois quarts face, sur un fond neutre. La coiffure, la barbe, la cravate sombre sur un habit sombre égayé par un mince col blanc sont caractéristiques de la mode romantique. Le regard concentre l’essentiel de l’expressivité de ce portrait, toute mise en scène étant rejetée par le peintre. Etude psychologique exécutée sans flatterie, ce portrait est bien de son temps, dans son refus de tout accessoire, dans sa volonté de sobriété.

Interprétation

Ce portrait peint à l’huile, commandé en 1877 pour le musée de Versailles, est la répétition d’un pastel réalisé par Charles Landelle en 1854 (musée du Louvre), trois ans avant la mort de Musset. Ainsi en atteste une lettre autographe de l’artiste, priant Paul de Musset, le frère de l’écrivain, de lui remettre “ le pastel que j’ai fait de votre frère afin que je puisse terminer la peinture à l’huile que le Ministère m’a chargé de faire pour le musée de Versailles ” (13 mai 1878). Dans les séries de portraits commandés aux artistes par l’Administration du Second Empire puis de la IIIe République se trouvait une majorité de portraits de militaires. Il demeure toutefois que la République, soucieuse de parfaire ses galeries des grands hommes en incluant des représentants des sciences et des lettres, eut également recours à la commande publique pour acquérir des effigies de certains grands intellectuels du XIXe siècle.

Bibliographie

Paul BÉNICHOU L’école du désenchantement : Sainte-Beuve, Nodier, Musset, Nerval, Gautier Paris, Galimard, 1992.
Franck LESTRINGANT Alfred de Musset Paris, Flammarion, 1999.

Pour citer cet article
Barthélemy JOBERT et Pascal TORRÈS, « Alfred de Musset », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 01 Octobre 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/alfred-musset?i=399&d=1&c=ecrivains
Commentaires

Découvrez aussi