• Benjamin Delessert.

    Honoré DAUMIER (1808 - 1879)

  • Antoine Odier.

    Honoré DAUMIER (1808 - 1879)

  • Jacques Lefevre.

    Honoré DAUMIER (1808 - 1879)

Bustes-charges de banquiers par Honoré Daumier

Date de publication : Juin 2011

Partager sur:

Contexte historique
L’oligarchie de Juillet 

Fragmentés en groupes concurrents, les parlementaires n’en constituaient pas moins une entité d’une exceptionnelle homogénéité sociologique, grâce au cens électoral de cinq cents francs qui réservait les fonctions électives aux notables de milieux divers. Les structures et les péripéties de la vie politique sous Louis-Philippe ne manquent pas d’alimenter un certain antiparlementarisme, facilement décelable dans la presse de l’époque, tout particulièrement dans les caricatures d’Honoré Daumier. Les trois bustes présentés ici sont issus de la série des « Célébrités du Juste Milieu », expression qui parodie un discours tenu par Louis-Philippe quelques mois après son accession au pouvoir. Il est intéressant d’analyser conjointement ces trois banquiers en regard de l’influence considérable de cette corporation durant la monarchie de Juillet. L’industrialisation et la financiarisation grandissantes de l’économie lui procurent des revenus appréciables qui se répercutent dans la détention de places politiques privilégiées. Pour autant, les manieurs d’argent sont une proie facile pour la critique, qui les ramène volontiers à la nature prosaïque de leur activité. Ainsi, pour l’historien légitimiste Capefigue, les luxueuses mondanités organisées par Delessert ou Odier s’accompagnaient d’une « lourdeur de formes, mélange des souvenirs et des traditions de la boutique » (Cité par Louis Bergeron, Les Capitalistes en France, 1780-1914, p. 120.). Les caricatures du républicain Daumier ont beau provenir de l’autre bord du spectre politique, une telle vision situe l’étendue des préventions à l’égard des milieux financiers à l’époque.
Analyse des images
La matière première des lithographies de Daumier pétrie à la main 

Les trois banquiers analysés ici figurent dans « Le Ventre Législatif », la célèbre composition de Daumier publiée pour la première fois par L’Association mensuelle en janvier 1834. Les personnages y sont assis côte-à-côte dans le coin supérieur droit. Ces petits bustes nous éclairent sur le processus adopté par Daumier, qui élaborait ses lithographies à partir de moulages faits en amont. Le modelé est expressif, précis, les volumes restituent les plis des vêtements, les coiffures, les traits et rides des visages. Ce travail préparatoire à la composition graphique permettait à Daumier de saisir les éléments qui allaient servir de matière première à sa caricature. 

Engoncés dans leurs manteaux et cache-cols, le front dégarni, ces trois figures de la haute bourgeoisie présentent des traits généraux très similaires, ce qui est pensé par l’artiste comme un reflet de leur homogénéité sociale. Les faciès offrent cependant des expressions diverses. Plutôt tout en rondeurs, Delessert et Odier paraissent ainsi avoir des tempéraments fort différents, débonnaire pour le premier, dur et plein de morgue pour le second. Avec sa figure maigre en triangle inversé et ses yeux rapprochés, Lefevre détonne dans le stéréotype du banquier bien portant.
Interprétation
« Le règne des banquiers » (Karl Marx) 

La diversité des expressions conférées par Daumier à ces trois banquiers peut être rapprochée des caractéristiques propres à chacun d’entre eux. Celui qui a l’apparence la plus affable et la plus bienveillante, Benjamin Delessert, fut un banquier philanthrope, initiateur des caisses d’épargne en France. Par contraste, Odier, lui aussi issu d’une famille aux origines suisses, fut bien davantage un homme de l’ordre établi. La Caricature, journal auquel Daumier collabora, dit ainsi de lui que « son nom est Odier ; c’est par erreur que l’imprimeur lithographe a écrit Odieux » (La Caricature, 20 juin 1833). De même, Lefebvre fut un régent de la Banque de France aux positionnements conservateurs. Loin d’amalgamer à toute force les représentants du monde de la finance, Daumier montre ainsi son sens de la nuance dans le traitement de ces trois figures. 

Ces sculptures éclairent néanmoins un versant de la monarchie de Juillet, temps du « règne des banquiers » selon l’expression de Karl Marx, temps aussi du pouvoir restreint par le suffrage censitaire à une mince élite au sein de laquelle les travers politiciens fleurissent : « La plupart de nos hommes politiques, qui, depuis dix ans, nous dirigent ont tant de fois changé de principes et de parti, qu’il est permis de croire qu’ils n’ont point de principes et qu’ils sont incapables ou indignes d’avoir un parti », note ainsi Tocqueville en 1843. Or « Le Ventre Législatif » fait référence aux Constitutionnels, force d’appoint volatile de la plupart des majorités ministérielles : la représentation qu’en fait Daumier, ces êtres flasques, d’une consistance incertaine, peut être rapprochée de la nature de leurs pratiques politiques.
Pour citer cet article
François BOULOC, « Bustes-charges de banquiers par Honoré Daumier », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26 Juillet 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/bustes-charges-banquiers-honore-daumier?i=1154&d=1&c=banque
Commentaires