Le catholicisme libéral de Lamennais

Partager sur:

Contexte historique
De La Mennais à Lamennais

Félicité Robert de La Mennais fut une des personnalités intellectuelles les plus marquantes de la Restauration et de la monarchie de Juillet. Né en 1782, ordonné prêtre en 1815, il s’affirme très vite comme l’un des défenseurs les plus actifs de la contre-révolution. Le premier volume de son Essai sur l’indifférence en matière de religion, ouvrage publié en 1817 dont on disait qu’il « réveillerait un mort »., est un immense succès de librairie. Sa défense des prérogatives de l’Eglise romaine ne l’empêche cependant pas d’être favorable à la liberté de la presse malgré les errements qu’elle peut favoriser (voir à ce sujet : De la religion considérée dans ses rapports avec l’ordre politique et civil, 1826 et

Des progrès de la révolution et de la guerre contre l’Eglise, 1829). Lorsque ce tableau est peint, en 1827, La Mennais n’en est qu’au début d’un changement profond qui va s’accentuer après la révolution de 1830. Il fonde alors avec Montalembert et Lacordaire L’Avenir, quotidien dans lequel il prône un catholicisme libéral fondé sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Cet engagement très marqué vaut au journal une condamnation par le pape Grégoire XVI (encyclique Mirari vos, 1832). Lamennais, qui a volontairement supprimé sa particule nobiliaire, rompt alors avec Rome et s’oriente vers un véritable socialisme.
Analyse des images
Un homme, une personnalité

La Mennais est représenté ici très simplement, de face, à mi-corps, assis dans un fauteuil rouge, écrivant à sa table. Tout l’intérêt du tableau se concentre ainsi sur sa physionomie, qui frappa tous ses contemporains. George Sand en a laissé un portrait très vivant, qui semble parfaitement s’appliquer à l’œuvre de Paulin-Guérin : « M. Lamennais, petit, maigre et souffreteux, n’avait qu’un faible souffle de vie dans la poitrine. Mais quel rayon dans sa tête ! Son nez était trop proéminent pour sa petite taille et pour sa figure étroite. Sans ce nez disproportionné, son visage eût été beau. L’œil clair lançait des flammes; le front droit et sillonné de grands plis verticaux, indices d’ardeur dans la volonté, la bouche souriante et le masque mobile sous une apparence de contraction austère, c’était une tête fortement caractérisée pour une vie de renoncement, de contemplation et de prédication. Toute sa personne, ses manières simples, ses mouvements brusques, ses attitudes gauches, sa gaieté franche, ses obstinations emportées, ses soudaines bonhomies, tout en lui, jusqu’à ses gros habits propres, mais pauvres, et à ses bas bleus, sentait le cloarek [clerc] breton » (Histoire de ma vie).
Interprétation
La diffusion de l’œuvre

Le tableau conservé à Versailles est une réplique de l’original exposé au Salon de 1827 aujourd’hui conservé au musée des Beaux-Arts de Rennes. Il fut lithographié par Z. Belliard en 1828, et l’estampe obtint un très grand succès. Elle était en vente aux bureaux du Mémorial catholique, publication que dirigea La Mennais sous la Restauration et dont naquit ensuite L’Avenir. La gravure tient alors une place essentielle dans une population encore largement illettrée. Tout autant que ses écrits, le portrait de Paulin-Guérin contribua ainsi à forger l’image d’un La Mennais austère, vivant avant tout d’une flamme intérieure inextinguible, tout entier dévoué à la propagation de ses idées et, en définitive, au bien commun et universel.
Bibliographie
Dominique BARJOT, Jean-Pierre CHALINE, André ENCREVE La France au XIXe siècle, 1814-1914 Paris, PUF, 1998.
Claire CONSTANS Musée national du château de Versailles.
Les Peintures
, 2 vol.Paris, RMN, 1995.
Jean LEBRUN Lamennais ou l’inquiétude de la liberté Paris, Fayard, 1981.
Jacques LE GOFF, René REMOND (dir.) Histoire de la France religieuse , t.3 « Du roi très chrétien à la laïcité républicaine, XVIIIe-XIXe siècle »Paris, Seuil, 1991.
Michel WINOCK Les Voix de la liberté : les écrivains engagés au XIXe siècle Paris, Seuil, 2001.
Dominique BARJOT, Jean-Pierre CHALINE, André ENCREVE La France au XIXe siècle, 1814-1914 Paris, PUF, 1998.
Claire CONSTANS Musée national du château de Versailles.
Les Peintures
, 2 vol.Paris, RMN, 1995.
Jean LEBRUN Lamennais ou l’inquiétude de la liberté Paris, Fayard, 1981.
Jacques LE GOFF, René REMOND (dir.) Histoire de la France religieuse , t.3 « Du roi très chrétien à la laïcité républicaine, XVIIIe-XIXe siècle »Paris, Seuil, 1991.
Michel WINOCK Les Voix de la liberté : les écrivains engagés au XIXe siècle Paris, Seuil, 2001.
Pour citer cet article
Pascal TORRÈS, « Le catholicisme libéral de Lamennais », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 27 Août 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/catholicisme-liberal-lamennais?i=162&d=31&e=pascal%20torres
Commentaires