Charles X, continuation de l'Ancien Régime

Partager sur:

Contexte historique
La mémoire de Louis XVI

Ayant défait les armées impériales, les Alliés remettent sur le trône de France les Bourbons émigrés : Louis XVIII puis, à sa mort en 1824, Charles X, tous deux frères de Louis XVI, sont les rois de la monarchie restaurée. Ils multiplient les cérémonies funèbres et expiatoires en souvenir du roi guillotiné ou d’autres victimes de la Révolution, et invitent le peuple français au repentir doloriste. Louis XVIII fait transférer à Saint-Denis les restes du roi et de la reine, retrouvés au cimetière de la Madeleine ; le 21 janvier, date anniversaire du régicide, est déclaré jour de deuil national. Charles X – sacré à Reims conformément à la tradition d’Ancien Régime – fait ériger un monument à la mémoire de Louis XVI sur la place de la Concorde, où avait eu lieu l’exécution.
Analyse des images
L’inauguration du monument place de la Concorde

Le tableau de Joseph Beaume, commandé en 1827 par Charles X, représente l’inauguration du monument le 3 mai 1826.
Au centre de la toile, à l'endroit même où Louis XVI avait été exécuté, Charles X s'apprête à poser la première pierre du monument commémoratif à la mémoire de Louis XVI. A droite, sur la tribune élevée pour la prière publique, l’archevêque de Paris donne sa bénédiction. Derrière lui, le clergé catholique se groupe en une procession que l’on peut voir se prolonger à l’arrière-plan du tableau. L’architecture votive et funéraire mise en place pour la cérémonie (encensoir, crucifix et croix de mission) marque clairement l’importance prise par l’Eglise catholique. Avec l’aristocratie et l’Eglise réunies autour du roi, dans un faste chamarré et suranné, l’inauguration représentée dans le tableau de Beaume a décidément un parfum d’Ancien Régime.
Interprétation
Le trône et l’autel

Si les cérémonies expiatoires du règne de Louis XVIII avaient surtout mobilisé toute la pompe civile et militaire, l’inauguration du monument érigé à la mémoire de Louis XVI, que représente le tableau de Beaume, marque bien l’importance recouvrée par l’Eglise catholique. La cérémonie s’inscrit dans les nombreuses missions, processions et jubilés du règne du roi dévot qui voulait favoriser la religion d’Etat, encourager les communautés religieuse et qui fit punir de mort la profanation des objets du culte. Pour spectaculaire qu’elle soit, la dévotion démonstrative du roi n’était cependant guère suivie par la population, assez largement voltairienne.
Bibliographie
Guillaume BERTIER DE SAUVIGNY La Restauration Paris, Flammarion, 1955.
Francis DÉMIER La France au XIXe siècle Paris, Folio, 2000.
Jacques LE GOFF, René RÉMOND Histoire de la France religieuse , t.3Paris, Seuil, 1991.
Eric LE NABOUR Charles X, le dernier roi Paris, Lattès, 1980.
J.
VIDALEN La Restauration Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1983.
Guillaume BERTIER DE SAUVIGNY La Restauration/ Paris, Flammarion, 1955.
Francis DÉMIER La France au XIXe siècle Paris, Folio, 2000.
Jacques LE GOFF, René RÉMOND Histoire de la France religieuse , t.3Paris, Seuil, 1991.
Eric LE NABOUR Charles X, le dernier roi Paris, Lattès, 1980.
J.
VIDALEN La Restauration Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1983.
Pour citer cet article
Mathilde LARRÈRE, « Charles X, continuation de l'Ancien Régime », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 01 Septembre 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/charles-x-continuation-ancien-regime?i=138&d=1&e=mathilde%20larrere
Commentaires

Albums liés

Ajoutez vos commentaires

Les partenaires du projet