Un comité révolutionnaire sous la Terreur

Date de publication : Octobre 2003

Partager sur:

Contexte historique

Le fonctionnement des comités révolutionnaires

Dans le cadre des mesures d’exception qu'elle prend au printemps 1793, la Convention décrète le 21 mars que chaque commune ou section aura à constituer un comité de surveillance révolutionnaire de douze membres pour identifier les étrangers. Chargés également des suspects à partir de septembre, ces comités composés de sans-culottes issus des clubs de Jacobins et des sociétés populaires jouent le rôle d’instruments de police politique. Ils sont bientôt placés dans l’unique dépendance du gouvernement révolutionnaire. Rémunérés sur des fonds attribués par le Comité de salut public, ils sont chargés « de l’application des lois révolutionnaires et des mesures de sûreté générale et de salut public », ce qui leur permet toutes les mesures arbitraires. Ils constituent ainsi, du printemps 1793 à l’été 1794, des organes d’exception faisant partie du système de la Terreur.

Analyse des images

L’intérieur d’un comité révolutionnaire

Vingt Jacobins, la pipe à la bouche, le verre à la main, armés de piques et de gourdins, procèdent à l’interrogatoire d’un jeune homme, d’une jeune femme et de leur petite fille au milieu des cris, des vociférations, de la fumée. Ils sont vêtus du costume des sans-culottes et coiffés du bonnet rouge. Au mur pend l’oriflamme de la section, entre les tables des droits de l’homme et les bustes de Marat et de Le Peletier. Derrière la table, les cartons d’archives empilés contiennent les interrogatoires et les dénonciations largement utilisés sous le régime de la Terreur. Au sol traînent des bouteilles cassées et des grabats en désordre.

Interprétation

Des témoignages postérieurs mais convergents

Le dessin d’Alexandre-Evariste Fragonard, fils du peintre Jean-Honoré Fragonard, est postérieur à la Terreur, période d’activité des comités de surveillance révolutionnaire. Gravé à l’eau-forte par Claude-Nicolas Malapeau, il est reproduit par Pierre-Gabriel Berthault dans les Tableaux historiques de la Révolution française.

Cette image cherche visiblement à dénoncer et à exorciser les abus et l’arbitraire de la Terreur qui ont terriblement marqué les mémoires, mais elle garde un saisissant caractère de témoignage. Les bonnets phrygiens, les piques, les bouteilles et les cartons d’archives se retrouvent sur les autres estampes qui représentent ces comités.

Animations
Un comité révolutionnaire sous la Terreur
Bibliographie

Bibliothèque nationaleEstampes.Collection de Vinck. Inventaire analytique par F. L.BruelParis, 1914.
Albert SOBOUL Dictionnaire historique de la Révolution Paris, PUF, 1989
Michel VOVELLE La Révolution française, images et récit, 1789-1799 , tome IV.Paris, Messidor, 1986.

Pour citer cet article
Luce-Marie ALBIGÈS, « Un comité révolutionnaire sous la Terreur », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 01 Octobre 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/comite-revolutionnaire-terreur?t=132&d=1&i=270&type_analyse=0&oe_zoom=491&id_sel=491
Commentaires
Ajouter un commentaire
Histoire-image le 19/06/2015 à 11:06:12
Bonjour, et merci pour l'intérêt que vous portez à notre site,

A bientôt,

Juliette.
bibibou le 08/06/2015 à 05:06:48
ce site est vraiment intéressant et explique bien les causes et la mise en place de la terreur aux seins de la population en 1793-1794 lors de la Terreur. MERCI pour ces explication cohérente et claires.