Le défilé du 11 novembre 1944 sur les Champs-Elysées

Date de publication : Octobre 2012

Partager sur:

Contexte historique

Des images libérées

À partir de 1944, la reconquête du territoire national s’accompagne de la production et de l’émission d’images des succès alliés. Avec la libération de Paris le 25 août 1944, les différents organes de presse et d’information français peuvent diffuser très massivement les clichés ou les films qui montrent la victoire en marche, ancrant celle-ci un peu plus dans les représentations et l’imaginaire collectifs.

À ce titre, la photographie étudiée ici, « Le défilé du 11 novembre 1944 » est caractéristique : comme d’autres images (animées ou photographiques) qui relatent l’événement, elle présente une valeur documentaire, symbolique et politique.

Analyse des images

Une cérémonie franco-britannique

Le 11 novembre 1944, pour la première fois depuis la Libération, l’armistice de la Première Guerre mondiale peut être célébré sur les Champs-Élysées. Un défilé est organisé, placé sous le signe de l’alliance franco-britannique.

Par cette journée brumeuse, le photographe s’est placé face aux personnalités, dans l’axe des Champs-Élysées bordés d’arbres à demi nus. À l’arrière-plan apparaît l’Arc de triomphe. En tête du défilé marchent le général de Gaulle et Winston Churchill, qui salue la foule chapeau à la main. Au second plan Georges Bidault (à gauche) et Anthony Eden (à droite), tous deux ministres des Affaires étrangères. À leur suite, un cortège composé de militaires et de civils.

Interprétation

La victoire en marche

Le cliché « Le défilé du 11 novembre 1944 » qui montre les Champs-Élysées enfin rendus aux Alliés (d’alors et d’aujourd’hui) est l’image d’une multiple victoire. Faisant écho à la victoire définitive du 11 novembre 1918, mais aussi aux victoires plus anciennes associées à l’Arc de triomphe, le 11 novembre 1944 rappelle aussi la victoire (en cours) sur les nazis, tandis que la possibilité même de célébrer l’armistice en ce lieu pour la première fois est aussi une victoire symbolique et idéologique.

Une image de victoire en marche, tant le dynamisme de la représentation (mouvement décidé du cortège et de ceux qui le mènent) renvoie aussi au processus de reconquête et d’anéantissement de l’ennemi, qui restent encore à achever. De même, le photographe exploite-t-il de manière symbolique les éléments : émergeant de la brume et du brouillard de l’Occupation, les représentants et les acteurs de la Libération semblent tracer un nouveau chemin.

Placée opportunément sous le signe de l’alliance franco-britannique, la cérémonie distingue enfin le partenaire principal du succès de 1918, puisant dans le passé des éléments et des arguments mémoriels pour renforcer, dans le réel comme dans les consciences, une relation encore assez complexe entre les deux pays (dirigeants et peuples).


A découvrir sur le site de l’INA, le récit de cette journée en vidéo :
http://www.ina.fr/histoire-et-conflits/seconde-guerre-mondiale/video/AFE86002880/11-novembre-1944.fr.html

Bibliographie

· Farid ABDELOUAHAB, L’Année de la liberté : juin 1944-juin 1945, Paris, Acropole, 2004.

· Jean-Pierre AZÉMA, Nouvelle histoire de la France contemporaine, tome XIV « De Munich à la Libération, 1938-1944 », Paris, Le Seuil, coll. « Points Histoire », 1979, nouv. éd. 2002.

· Charles de GAULLE, Mémoires de guerre, tome III « Le salut : 1944-1946 », Paris, Plon, 1959.

Pour citer cet article
Alexandre SUMPF, « Le défilé du 11 novembre 1944 sur les Champs-Elysées », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 20 Octobre 2017. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/defile-11-novembre-1944-champs-elysees?i=1264&d=1&c=patriotisme
Commentaires

Découvrez aussi