Les destructions de la guerre de 14-18

Auteur : Patrick DAUM

Partager sur:

Contexte historique
Une guerre iconoclaste

La guerre de 1914-1918 causa de très graves dommages au patrimoine bâti, l’armée allemande ayant bombardé, voire dynamité de nombreux édifices avec pour objectif d’affaiblir la cohésion morale des Français.
Reims a été la plus éprouvée par la guerre de 1914 : la ville a subi un bombardement presque continu pendant toute la durée de l’occupation allemande du nord de la France, du 3 septembre 1914 au 5 octobre 1918.
Sa cathédrale, sanctuaire des sacres, apparaît ici comme le symbole de la barbarie destructrice de la Grande Guerre. Le bombardement dont elle a été la cible est hautement symbolique de la stratégie militaire allemande dès 1914. Prétextant que la terrasse des tours pouvait servir de poste d’observation, l’armée allemande canonne les combles, la charpente prend feu et embrase les échafaudages dressés contre la tour nord bientôt calcinée. Au total, ce sont 350 obus qui furent tirés sur l’édifice, crevant les voûtes de la nef et mutilant 70 statues, dont L’Ange au sourire.
Le coup porté au monument est jugé aussi sacrilège qu’inutile. Les observateurs de l’époque insistent sur la volonté de l’ennemi de détruire la cathédrale, en épargnant les maisons alentour. Les habitants de Reims doivent apprendre à vivre à l’ombre de cet emblème mutilé. Durant la guerre déjà, un débat s’engage sur l’opportunité de laisser le monument en l’état, comme témoignage de la barbarie ennemie. La restauration à l’identique est finalement décidée. Des ruines ne subsisteront que les images documentaires. La reconstruction de la cathédrale ne sera totalement achevée qu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, en 1937.
Analyse des images
La destruction de la cathédrale de Reims hautement symbolique

Une infirmité au talon gauche fait de Boussu un réformé de la première heure, bien malgré lui. On ignore à quel moment et dans quelles circonstances l’artiste a pu réaliser ce magnifique dessin de la cathédrale de Reims en feu. Il est cependant possible de le dater. La présence d’un échafaudage en bois, adossé à la tour nord et que le feu ravage, indique en effet qu’il s’agit de l’incendie de 1914. La cathédrale où furent sacrés les rois de France n’est plus qu’une ruine fumante, avec des drapeaux de la Croix-Rouge sur les tours.
Boussu, d’un trait précis, a su rendre le caractère dramatique de cet événement. Aucun être humain ne figure dans cette image de désolation qui restitue l’ampleur de la destruction. A ce titre, ce dessin présente aussi un intérêt documentaire.
Interprétation
La mémoire des ruines

Après Reims, Arras connut un sort comparable. Le bombardement du 21 octobre 1914 a détruit la Grande et la Petite-Place, encadrées de maisons à arcades et à pignons du XVIIe siècle, un ensemble architectural unique dans le nord de la France. Plus éloigné du front, Paris a eu la chance d’être relativement épargnée. Le 29 mars 1918, un obus lancé à grande distance par « la grosse Bertha » a cependant crevé la voûte de l’église Saint-Gervais au moment de l’office du vendredi saint, tuant plus de cent personnes, pour la plupart des femmes en prière.
Ces destructions de monuments, sans précédent historique, ont été abondamment représentées. Les images des charpentes calcinées de ces grands édifices, symboles de l’identité nationale, ont servi la propagande, construisant ainsi la figure du barbare teuton, ennemi du Droit et de la Civilisation. L’anéantissement des monuments est perçu comme une perte irrémédiable, une rupture brutale avec le passé et l’histoire. Les Français découvrent l’étendue du désastre par les représentations des peintres et des photographes, mais aussi par les reportages comme celui d’Albert Londres sur le bombardement de Reims. Après 1918, les cartes postales prennent le relais en montrant d’innombrables vues de cités et de monuments dévastés, souvent accompagnées de la légende « Français, souvenez-vous ».
Bibliographie
Pierre VALLAUD, 14-18, la Première Guerre mondiale, tomes I et II, Paris, Fayard, 2004.
Louis REAU Histoire du vandalisme : les monuments détruits de l'art français Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1994.
Hans REINHARDT La Cathédrale de Reims : son histoire, son architecture, sa sculpture, ses vitraux Marseille, Laffite Reprints, 1983.
Pour citer cet article
Patrick DAUM, « Les destructions de la guerre de 14-18 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 27 Septembre 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/destructions-guerre-14-18?i=311&hspgm=1
Commentaires
Ajouter un commentaire
myst le 01/05/2012 à 02:05:51
Super pour l'histoire des arts des 3eme MERCI !!!