• Entrevue de Napoléon Ier et de François II après la bataille d'Austerlitz.

    Antoine-Jean GROS (1771 - 1835)

  • Entrevue de Napoléon Ier et d'Alexandre Ier sur le Niemen.

    Adolphe ROEHN (1780 - 1867)

Les entrevues de Napoléon avec les souverains européens

Date de publication : Décembre 2005

Partager sur:

Contexte historique

Les brillantes campagnes militaires de Napoléon lui permirent d’investir des pays et d’entrer en pourparlers avec des émissaires étrangers, et ce depuis la première campagne d’Italie de 1796-1797. Devenu empereur, ce fut directement avec les souverains de l’Europe qu’il traita. A la suite de ses victoires sur l’Autriche, la Prusse, la Russie, et de ses tractations avec l’Espagne, Napoléon rencontra toutes les dynasties régnantes, excepté le roi d’Angleterre. La victoire d’Austerlitz donna lieu ainsi le 4 décembre 1805 à sa rencontre avec l'empereur germanique François II, afin de négocier un armistice. Mais la plus importante de toutes ces entrevues fut certainement celle qu’il eut le 25 juin 1807 sur le Niemen avec Alexandre Ier, qui aboutit à une alliance visant à partager l’Europe en zones d’influences (traité de Tilsit, 7 juillet 1807).

Analyse des images

Entrevue de Napoléon Ier et de François II après la bataille d'Austerlitz d'Antoine-Jean Gros

Le 4 décembre 1805, l'empereur germanique François II rencontra Napoléon à Sarutschitz, en Moravie, devant les lignes françaises. « Je vous reçois dans le seul palais que j’habite depuis deux mois », dit l’Empereur en accueillant le souverain autrichien. Techniquement, l’œuvre de Gros se ressent de sa manière brillante, particulièrement dans les décors annexes comme le cheval à droite, mais cette entrevue toute de civilité ne convient guère à ce peintre de batailles, attaché à Bonaparte depuis Milan en 1796, et la composition se réduit une nouvelle fois à un face-à-face entre deux personnalités. L’empereur François II est suivi de son aide de camp le feld-maréchal Johann von Liechtenstein.

Pierre-Paul Prud’hon (1758-1824), peintre quelque peu distinct de l’école néoclassique en raison de sa manière langoureuse, toute de sfumato, peignit également le même thème en 1806-1809 (musée de Versailles) dans une toile qui lui fut commandée soit pour le Luxembourg, soit pour la galerie de Diane aux Tuileries. Comme Gros, l’artiste réduit aussi l’entrevue à un face-à-face, mais plus maladroitement car il semble avoir travaillé d’après des mannequins. Seule l’atmosphère nocturne dramatise le sujet des tractations qui aboutirent à la signature du traité de Presbourg le 26 décembre 1805.

Entrevue de Napoléon Ier et d'Alexandre Ier sur le Niemen d'Adolphe Roehn

Après que la Prusse eut été écrasée à Iéna et que Napoléon fut entré dans Berlin, après que les Russes eurent été difficilement battus à Eylau, Napoléon parvint enfin à vaincre les dernières armées alliées de Bennigsen et de Lestocq à Friedland, le 14 juin 1807. Il fallait dès lors traiter. Une entrevue fut ménagée entre le tsar Alexandre et Napoléon à bord d’un radeau installé sur le Niemen. L’Empereur, accompagné par Murat et Berthier, Ney et Bessières, arriva le premier. Bientôt se présenta le tsar, suivi du grand-duc Constantin. C’est cette scène qu’a donc représentée Roehn. Mais plutôt que d’axer son sujet sur les protagonistes et de réduire, comme beaucoup d’autres peintres, l’entrevue à un simple face-à-face entre deux souverains, conception finalement sans grande signification, l’artiste a choisi de représenter surtout le lieu, insolite, où se déroula cet entretien qui mena à l’alliance franco-russe. C’est la sorte de cabane impériale de bois qui fait le sujet de l’œuvre. Toutefois, comme dans le tableau de Gros, Napoléon ne fait qu’accueillir son hôte. C’est toujours vers lui que l’on se tourne, vers lui que les lignes directrices des compositions et les actions convergent. Ceci est particulièrement évident dans ce tableau de Roehn où la barque à voile du tsar aborde le radeau. Napoléon impassible, mais ayant ôté son chapeau en hommage à son visiteur, se tient au centre de la composition tandis qu’Alexandre se dirige vers lui.

Interprétation

Napoléon évolue parmi les grands de ce monde. Il rencontre tous les souverains de l’Europe, que ses victoires font passer du rang d’ennemis à celui d’alliés. Il est celui qui dicte sa loi, celui enfin qui traite en égal ou en supérieur toutes les antiques dynasties, celui qui réorganise l’Europe vétuste des souverains. Mais il les traite avec respect. Car son dessein est de créer lui-même une nouvelle dynastie en France. Il n’y parviendra que grâce au mariage autrichien avec Marie-Louise, qui causera aussi sa perte. Car cette union résulta en réalité d’un calcul de Metternich pour faire entrer Napoléon dans l’échiquier des souverains européens en lui faisant croire à leur soumission, voire à leur capitulation définitive face à sa puissance.

Bibliographie

Louis BERGERON L’Episode napoléonien.
Aspects intérieurs.
1799-1815
, 2 vol,Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1972.
J.LOVIE, PALLUEL-GUILLARD Aspects extérieurs , 2 vol,Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1972.
Claire CONSTANS Musée national du château de Versailles.
Les Peintures
, 2 vol.Paris, RMN, 1995.
Georges LEFEBVRE Napoléon Paris, PUF, 1969.
Adolphe THIERS Histoire du Consulat et de l’Empire , 20 vol.Paris, Paulin-Lheureux, 1845-1862.
Jean TULARD (dir.) Dictionnaire Napoléon Paris, Fayard, 1987.
Jean TULARD (dir.) L’Histoire de Napoléon par la peinture Paris, Belfond, 1991.
Jean TULARD, Louis GARROS Itinéraire de Napoléon au jour le jour.
1769-1821
Paris, Tallandier, 1992.
Collectif De David à Delacroix , catalogue de l’exposition au Grand-PalaisParis, RMN, 1974-1975.
Collectif Dominique Vivant Denon.
L’œil de Napoléon
, catalogue de l’exposition au LouvreParis, RMN, 1999.
Louis BERGERON L’Episode napoléonien.
Aspects intérieurs.
1799-1815
, 2 vol,Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1972.
J.LOVIE, PALLUEL-GUILLARD Aspects extérieurs , 2 vol,Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1972.
Claire CONSTANS Musée national du château de Versailles.
Les Peintures
, 2 vol.Paris, RMN, 1995.
Georges LEFEBVRE Napoléon Paris, PUF, 1969.
Adolphe THIERS Histoire du Consulat et de l’Empire , 20 vol.Paris, Paulin-Lheureux, 1845-1862.
Jean TULARD (dir.) Dictionnaire Napoléon Paris, Fayard, 1987.
Jean TULARD (dir.) L’Histoire de Napoléon par la peinture Paris, Belfond, 1991.
Jean TULARD, Louis GARROS Itinéraire de Napoléon au jour le jour.
1769-1821
Paris, Tallandier, 1992.
Collectif De David à Delacroix , catalogue de l’exposition au Grand-PalaisParis, RMN, 1974-1975.
Collectif Dominique Vivant Denon.
L’œil de Napoléon
, catalogue de l’exposition au LouvreParis, RMN, 1999.

Pour citer cet article
Jérémie BENOÎT, « Les entrevues de Napoléon avec les souverains européens », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 29 Septembre 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/entrevues-napoleon-souverains-europeens?i=146&id_sel=304
Commentaires

Découvrez aussi