• Ferdinand de Lesseps raconte son expédition à Panama.

    Adrien MARIE (1848 - 1891)

  • Ferdinand de Lesseps.

    NADAR (Gaspard Félix TOURNACHON, dit) (1820 - 1910)

  • Le Poireau, F. de Lesseps.

    Alfred LE PETIT (1841 - 1909)

Une figure de son temps : Ferdinand de Lesseps

Date de publication : Septembre 2011

Partager sur:

Contexte historique
De l’actualité à la postérité 

Diplomate et entrepreneur, Ferdinand de Lesseps (1804-1895) s’est rendu célèbre pour avoir dirigé la construction du canal de Suez, inauguré en 1869. Disposant de solides réseaux économiques et politiques, il jouit d’un grand prestige auprès des médias et du public. En 1879, il entreprend de faire percer le canal de Panama et se rend sur place pour observer le début des travaux. À son retour, il donne une conférence à la Sorbonne. Un événement couvert par le magazine mensuel Le Monde Illustré d’avril 1880, où la gravure Ferdinand de Lesseps raconte son expédition à Panama accompagne un article. 

Lesseps est alors devenu une sorte de héros national. C’est donc tout naturellement qu’il figure dans la première collection Félix Potin de photos de petit format, parue en 1885 et consacrée à cinq cents « célébrités contemporaines », que le pionnier de la grande distribution offrait à ses clients. 

Un passage à la postérité et un ancrage dans l’imaginaire du grand public confirmés par sa présence dans la série de dix assiettes éditée pour l’Exposition universelle de 1889 et intitulée Les Hommes d’aujourd’hui, à laquelle appartient l’assiette imprimée Le Poireau, F. de Lesseps.
Analyse des images
Figures de Lesseps 

Réalisée par l’illustrateur Marie en 1880, l’estampe Ferdinand de Lesseps raconte son expédition à Panama présente Lesseps entouré de sa famille (ses trois petites filles et sa femme) qui l’a accompagné dans son voyage (l’une de ses filles a donné le premier coup de pioche). Juché sur une estrade avec l’air solennel et presque sévère du savant, il semble donner une leçon de géographie (baguette de bois pour désigner des points sur la carte qui figure derrière lui). La salle de la Sorbonne est comble : les auditeurs sont tout proches de l’orateur (chaises au premier plan), et les balcons de l’amphithéâtre sont pleins (second plan à gauche). 

Produite par l’atelier Nadar, Ferdinand de Lesseps est typique des photographies de la collection Félix Potin. On y retrouve la mention de l’enseigne en haut, le nom du personnage en bas. Dans ce portrait en buste et de face, Lesseps apparaît âgé. Le regard un peu fatigué, la moustache tombante et les cheveux un peu décoiffés tempèrent quelque peu la dignité de la pose et suggèrent plus un grand-père bienveillant qu’un redoutable entrepreneur. 

Enfin, l’assiette Le Poireau, F. de Lesseps, exécutée par Alfred Lepetit en 1889, montre un homme encore plus ridé. Transformé de manière comique en légume (selon le principe de la série), Lesseps devient un « poireau » célébré pour sa verdeur (« On voit de cheveux blancs son crâne recouvert, / Mais semblable au poireau, le reste est toujours vert », dit la légende sur le côté) et dont les feuilles portent des enfants (Lesseps a en effet eu dix-sept rejetons de deux mariages).
Interprétation
De l’homme au symbole 

Après la défaite de 1870, la France se cherche (et se trouve en la personne de Lesseps) un motif de fierté nationale. On comprend donc que les trois images le présentent favorablement. Paradoxalement pourtant, elles ne figurent pas l’entrepreneur audacieux qui réussit, l’aventurier ou l’ingénieur (preuve du « génie français »), ou encore l’homme de réseaux et de conquêtes, puissant et influent, mais privilégient le thème du « patriarche ». Seule la première mêle à cet aspect le motif du savant (Lesseps est aussi géographe). Peut-être que les « exploits » de Lesseps étant alors connus, les artistes ont choisi de le rendre proche et familier, associant idéologiquement son sens de la famille à sa réussite. 

On notera aussi que l’homme représenté en action dans Ferdinand de Lesseps raconte son expédition à Panama devient une sorte d’icône un peu figée dans le cliché de la collection Félix Potin. Déjà proche du symbole (même si la photographie reste étonnamment « humaine »), le héros Lesseps est tout simplement métamorphosé dans Le Poireau, F. de Lesseps, où il accède au rang de signe (signifiant/signifié) d’une fertilité et d’une vitalité qui renvoient à ses nombreuses entreprises, à sa réussite et à sa suractivité légendaire.
Bibliographie
Ghislain de DIESBACH, Ferdinand de Lesseps, Paris, Perrin, 1998.
Benoît HEIMERMANN, Suez et Panama, la fabuleuse épopée de Ferdinand de Lesseps, Paris, Arthaud, 1996.
Claude MALECOT, « Célébrités contemporaines de Félix Potin » in Une traversée photographique du XXe siècle, Paris, Créaphis Éditions, 2008.
Thierry TESSON, Ferdinand de Lesseps, Paris, Éditions Jean-Claude Lattès, 1992.
Pour citer cet article
Alexandre SUMPF, « Une figure de son temps : Ferdinand de Lesseps », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 24 Août 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/figure-son-temps-ferdinand-lesseps?i=1180&d=181&musee=Mus%C3%A9e%20national%20du%20Ch%C3%A2teau%20de%20Versailles&id_sel=2232
Commentaires