Figures de l’aviateur en sportif, l’exemple d’Henri Farman

Partager sur:

Contexte historique
Si les pionniers de la conquête de l’air furent avant tout des ingénieurs et des bricoleurs de génie, à l’instar des frères Wright ou de Blériot, les vols des « plus lourds que l’air » prirent rapidement une tournure sportive. Une fois passée la période des essais et des démonstrations devant un public avide de voir le rêve icarien se réaliser, les performances des aviateurs se transforment en véritables compétitions, sur le modèle des concours automobiles ou vélocipédiques. Le caractère sportif de l’aviation devient ainsi prédominant, prenant le pas sur l’aspect technique, tandis que l’image du pilote se modifie en conséquence.

Activité dangereuse réclamant une excellente condition physique, l’aviation attire en effet rapidement les sportsmen, notamment ceux férus de disciplines mécaniques, qui y trouvent un terrain nouveau où exercer leur courage, leur goût du risque et leur adresse. Le pilotage des premiers avions, en raison de leur faible puissance et de leurs commandes rudimentaires, nécessite un engagement physique important de la part des aviateurs : ils doivent accompagner et compenser les mouvements de l’appareil avec leur propre corps. Nombre d’entre eux y perdirent la vie, et la fréquence des accidents a rapproché la navigation aérienne des autres sports périlleux qui se développent au même moment, tels l’alpinisme ou le nautisme. Mais c’est surtout la proximité avec le monde de la vitesse qui conduit à faire rapidement de l’aviation un sport-spectacle symbolique du progrès technologique et de la modernité. Tandis que des concours et des coupes se mettent en place, les journaux sportifs s’enthousiasment pour la nouvelle invention, consignant les résultats et les différents records (de hauteur, de vitesse, de distance parcourue, de durée de vol…) contrôlés par des autorités indépendantes.
Analyse des images
Henri Farman est emblématique de cette nouvelle figure de l’aviateur en sportif. Après s’être distingué comme coureur cycliste et automobile, il se tourne vers l’aviation et, le 13 janvier 1908, remporte le prix mis au concours par Henry Deutsch de la Meurthe et Ernest Archdeacon pour récompenser le premier kilomètre parcouru en boucle. Grâce à cet exploit, il devient une célébrité du milieu de l’aviation naissante, étendant à cette nouvelle discipline la renommée sportive qu’il avait déjà acquise au sein des courses automobiles et vélocipédiques.

Il est photographié ici aux manettes de son avion selon une rhétorique similaire à celle des clichés pris lors de concours sportifs. Exactement comme il pose au volant de son automobile ou sur sa bicyclette, Henri Farman se fait immortaliser avec sa machine dans une attitude qui indique sa maîtrise de l’appareil : assis bien droit, tenant fermement le manche de direction, il chevauche et domine son avion de la même manière que son automobile ou son vélo. Emblématique du sportif de l’époque, sa tenue – casquette, veste en tweed et pantalon court serré aux mollets – témoigne elle aussi de l’assimilation de l’aviation à un sport.
Interprétation
C’est précisément l’approche sportive de l’aviation d’Henri Farman, mise en scène dans cette photographie, qui lui permet d’innover dans les manœuvres de décollage : il invente le geste de baisser puis de remonter le gouvernail de profondeur afin de rejeter l’air sous l’appareil qui est alors soulevé par la résistance de cette masse.

La tournure sportive que prend l’aviation à partir de 1908 a des conséquences sur la manière de médiatiser la conquête de l’air. Pour obtenir une visibilité plus grande, les inventeurs sont contraints de se montrer aux commandes de leur machine et de prendre part aux compétitions. L’assimilation de la navigation aérienne à un sport ne durera cependant qu’un temps : l’amélioration rapide des performances des avions procure des débouchés à cette invention jusqu’alors sans utilité. Autrement dit, si l’aviation a d’abord été regardée comme un sport, c’est parce que sa technologie encore rudimentaire limitait ses applications pratiques.
Bibliographie
CHADEAU, Emmanuel : Le rêve et la puissance.
L’avion et son siècle
, Paris, Fayard, 1996.
CORBIN Alain (dir.) : L’avènement des loisirs 1850-1960, Paris, Rome, Éditions Aubier, Laterza, 1995.
L’Épopée de l’aviation, Histoire d’un siècle, 1843-1944, coll. « Les grands dossiers de L’Illustration », Bagneux, Le Livre de Paris, 1987.
KALIFA Dominique : La culture de masse en France, 1.
1860-1930
, Paris, La Découverte/Syros, 2001.
Pour citer cet article
Claire LE THOMAS, « Figures de l’aviateur en sportif, l’exemple d’Henri Farman », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 24 Juillet 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/figures-aviateur-sportif-exemple-henri-farman?t=341&d=1&i=1247&type_analyse=0&oe_zoom=2355&id_sel=2355
Commentaires
Ajouter un commentaire
profhda le 02/11/2015 à 12:11:05
Si le sujet vous intéresse, vos élèves seront peut être contentes d'aller voir La conquete de l'air , un spectacle qui s'annonce assez chouette sur toute l'aventure et les hommes qui l'ont fait, gros focus sur les deux guerres mondiales et la fascination du début du siècle pour les airs ... les fous du ciel comme Farman! (avril 2016) http://www.conquetedelair.com/
tricpa le 30/08/2013 à 10:08:43
riche étude, merci. je m'intéresse à la vie d'Henri Farman et recherche toutes les documentations relatives à sa vie.

Albums liés

Découvrez aussi