• La République.

    Armand CAMBON (1819 - 1885)

  • La République.

    Honoré DAUMIER (1808 - 1879)

  • Timbre-poste, République.

    Jacques-Jean BARRE

Les figures symboliques de la IIe République

Date de publication : Juin 2011

Partager sur:

Contexte historique

La Révolution de février 1848 entraîne un retour des républicains au pouvoir.

Dès la fin du mois de mars, le gouvernement lance par voie de presse un « appel aux artistes » sous la forme d’un concours pour « la composition de la figure symbolique de la République française » ; dans le même temps, est ouvert un concours pour une figure sculptée de la République ainsi que pour la médaille commémorative de la Révolution de 1848 et de l’établissement de la République.

Analyse des images

La République de Cambon se présente comme une allégorie somme toute classique, accompagnée de nombreux attributs. Elle brandit des mains serrées, symboles de concorde, au-dessus des tables de la Constitution, surmontées du triangle égalitaire. L’arc-en-ciel est un symbole de fraternité. La ruche, également symbole de fraternité et de travail, est complétée par la force du lion. Le drapeau tricolore permet d’identifier la République française.

La République de Daumier s’appuie également sur le drapeau tricolore. Le célèbre caricaturiste du Charivari fait ici – et sans doute pour la première fois – œuvre de peintre. Cette République, forte femme aux seins lourds, sera souvent perçue par les contemporains comme une Charité. Le signe placé à droite en bas par l’artiste offre une clef interprétative supplémentaire. La double patte d’oie inscrite dans un cercle et trois points disposés en triangle appartiennent au vocabulaire compagnonique. La République occupe la même fonction que la Mère des compagnons : elle nourrit, abrite, protège et instruit ses enfants. L’esquisse de Daumier est classée onzième par le jury. Pourtant l’artiste ne réalisera pas le tableau en grand.

L’imagerie publique investit un nouveau support. Le premier timbre poste, émis le 1er janvier 1849, donne à voir une République coiffée d’une couronne mariant les épis de blé, le raisin, et le laurier. Ce timbre est dit de type Cérès, du nom de la divinité romaine de l’agriculture, des moissons et de la fécondité. Mais il s’agit bien officielment d’une figure de la République. Cette République bien sage sied parfaitement à un régime de plus en plus conservateur.

Interprétation

Le concours pour la figure symbolique de la République montre combien les républicains étaient conscients de l’importance de la question de la représentation du pouvoir d’État. La République, abstraite, impersonnelle et collégiale, devait s’incarner sous une forme visible pour mieux estomper le souvenir du roi. La plantation d’arbres de la liberté et le maintien du drapeau tricolore – aux dépens du rouge – montrent que le gouvernement souhaite agir vite tout en contrôlant l’émergence de symboles nouveaux. La procédure du concours, revendication des artistes, traduit également le passage dans le domaine artistique du principe d’égalité qui s’impose alors avec le suffrage universel dans le champ politique.

L’image symbolique devait s’imposer au sein d’une population encore bien peu républicaine. Elle devait être à la fois explicative et rassurante. Les républicains de 1848 – de Lamartine à Ledru-Rollin – ont le souci de faire triompher un régime qui puisse faire oublier le précédent républicain de la Terreur. Le gouvernement avait laissé toute liberté aux artistes. Pourtant, une circulaire de Ledru-Rollin, ministre de l’Intérieur chargé des Beaux-Arts, rappelle l’esprit que doit exprimer la République fraternelle de 1848 : « Votre composition doit réunir en une seule personne la Liberté, l’Égalité, la Fraternité. […] Gardez-vous aussi des airs trop belliqueux. Songez à la force morale avant tout. »

Le concours sera un échec. Le jury, réuni le 23 octobre, renonce à choisir parmi les vingt œuvres retenues. L’heure n’était plus à l’euphorie fraternelle : l’insurrection ouvrière de juin et sa répression étaient dans toutes les mémoires.

L’histoire de l’art sera tout aussi sévère. La postérité ne retiendra que La République de Daumier dans son panthéon des chefs-d’œuvre. L’esquisse entre dans les collections nationales en 1906 et est conservée aujourd’hui au musée d’Orsay. Quant à la République au bonnet phrygien, elle demeure la propriété des républicains convaincus, dans l’opposition à partir de 1849 ; avant d’être pourchassés après le coup d’État du 2 décembre 1851.

Le retour de la république en 1870 permettra l’épanouissement de la symbolique républicaine. Marianne s’impose comme l’allégorie de la République, et bientôt de la France.

Animations
Les figures symboliques de la IIe République
Bibliographie

Maurice AGULHON, Marianne au combat, l’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1889, Paris, Flammarion, 1979.

Maurice AGULHON et Pierre BONTE, Marianne. Les visages de la République, Paris, Gallimard, 1992.

Marie-Claude CHAUDONNERET, La Figure de la République. Le concours de 1848, Paris, RMN, 1987.

Chantal GEORGEL, 1848, les artistes et les arts vivants, Paris, Fayard-RMN, 1998.

Pour citer cet article
Philippe POIRRIER, « Les figures symboliques de la IIe République », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 27 Septembre 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/figures-symboliques-iie-republique?i=97&d=1&musee=Mus%C3%A9e%20Ingres%20de%20Montauban&id_sel=195
Commentaires
Ajouter un commentaire
BOUQUIN le 10/09/2014 à 06:09:02
Bonjour, j aimerai savoir quels sont les enjeux politiques(ou sociaux)du document("La République" de Cambon)
Merci d'y répondre au plus vite!
Histoire-image le 02/11/2010 à 10:11:07
Une femme assise sur un trône en plein air, la poitrine dénudée donnant le sein à deux petits enfants pendant qu'un troisième lit à ces pieds, et tenant dans sa main droite un drapeau tricolore... en quoi est-ce réaliste ?!

Bien au contraire la représentation n'a rien de réaliste nous sommes clairement face à une allégorie. Il s'agit d'une représentation imaginaire d'une personne comme incarnation d'une idée et qui par des analogies caractérise cette idée : la République est une bonne mère prodiguant nourriture pour tous et instruction.
Bla bla le 02/11/2010 à 09:11:20
Bonjour, j'aimerai savoir en quoi l'oeuvre de Daumier, la république, est- elle une oeuvre réaliste? Merci d'y répondre au plus vite!