• Como ha sembrado la iglesia su religion en España , UGT [" Comment l'Église a répandu sa religion en Espagne "]

    ANONYME

  • ? Que haces tu para evitar esto ? Ayuda a Madrid [" Que dois-tu faire pour éviter cela ? Aide Madrid. "]

    ANONYME

  • Solidarité internationale antifasciste.

    LELOUP

  • Kion vi faras por eviti tion [" Ce que vous ferez pour éviter cela "]

    ANONYME

La guerre d'Espagne vue à travers les affiches

Date de publication : Janvier 2005

Partager sur:

Contexte historique
L’intervention étrangère dans la guerre d’Espagne

L’échec du soulèvement militaire contre le gouvernement du Front populaire qui avait remporté les élections en Espagne en février 1936 ouvrit la voie à une guerre civile de longue durée, qui prit rapidement des proportions inattendues et entraîna l’intervention de grandes puissances étrangères. Tandis que l’Italie de Mussolini apporta son soutien militaire et financier dès le début aux nationalistes, bientôt rejointe par l’Allemagne de Hitler, la France et l’Angleterre, fidèles à l’esprit pacifiste qui animait leur politique étrangère, préférèrent adopter une position neutre, même si, dans les premiers temps du conflit, le gouvernement français avait envoyé des avions aux républicains espagnols : elles se bornèrent à mettre sur pied un Comité international de non-intervention. En revanche, l’engagement italo-allemand en faveur du général Franco, chef des nationalistes, entraîna celui de l’U.R.S.S. aux côtés de la République. Le Komintern favorisa également la création de Brigades internationales, qui furent opérationnelles en Espagne dès octobre 1936.
Analyse des images
L’affiche, moyen de propagande

La propagande visuelle joua pour la première fois un rôle essentiel dans la guerre civile espagnole, par l’intermédiaire des photographies et des affiches qui contribuèrent à diffuser les positions idéologiques de l’un et de l’autre camp, dans le but de rallier des partisans. Plusieurs affiches émanant du camp des républicains espagnols traduisent bien leur souci de mobiliser l’opinion internationale, à travers l’utilisation d’une iconographie antifasciste. La première d’entre elles, émise par l’Union Générale des Travailleurs, syndicat socialiste espagnol, met en scène un homme en habit ecclésiastique arborant, au lieu de la croix chrétienne, la croix gammée autour du cou et une épée sur le côté, en train de semer de petites croix dans les sillons d’un champ, où sont déjà plantées de nombreuses croix. Cette métaphore de la Mort, représentée ici sous les traits d’un homme d’Église, est renforcée par l’inscription qui accompagne l’image : « Como ha sembrado la iglesia su religion en España » [« Comment l’Église a répandu sa religion en Espagne »]. L’association du nazisme et de l’Église fait allusion à l’appui apporté par le clergé espagnol aux troupes franquistes. Pour les nationalistes, l’Église devait en effet être l’un des bastions de l’État nouveau qu’ils projetaient de fonder. Une seconde affiche met, quant à elle, l’accent sur le danger de l’alliance entre le nazisme et le fascisme et appelle à une alliance de toutes les énergies dans le monde contre le fascisme, à travers l’image d’une carte de l’Europe d’où émergent deux poignets menaçants tatoués, l’un de la croix gammée allemande, l’autre des faisceaux italiens, et brandissant chacun un couteau sanglant en direction de l’Espagne. Les républicains se sont également servis de l’affiche en vue de dénoncer les destructions matérielles et les pertes humaines survenues lors du siège de Madrid, symbole de la résistance héroïque du peuple espagnol, comme en témoigne une affiche destinée à lancer un appel au secours en faveur de la ville, au moyen d’un photomontage représentant une mère éplorée tenant son enfant dans les bras, tandis qu’à l’arrière-plan, une escadrille d’avions allemands de la légion Condor survole un immeuble éventré. En France, cette iconographie a trouvé un écho dans une affiche émanant de l’organisme « Solidarité Internationale Antifasciste », chargé de recueillir des aides en direction de l’Espagne. Ainsi, véhiculant une forte charge émotionnelle et s’adressant à tous, l’affiche s’est avérée être un excellent vecteur de propagande, qui fut abondamment exploité aussi bien par les franquistes que par les républicains, pour sensibiliser l’opinion internationale et diffuser leurs idées politiques.
Interprétation
La dimension internationale de la guerre civile espagnole

Ces affiches révèlent également que les républicains, se sentant délaissés par les démocraties, ont cherché à souligner la cruauté de leurs ennemis, ainsi que la dimension internationale du combat pour réclamer des secours étrangers. La division de l’Espagne en deux zones refléta en effet rapidement celle, politique et idéologique, de l’Europe partagée en deux camps : d’un côté, les démocraties occidentales alliées à la Russie communiste, de l’autre l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste. La guerre d’Espagne devint ainsi le terrain où s’exprima la rivalité entre les grandes puissances, à travers l’aide apportée à l’un ou à l’autre camp, constituant un prélude à la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre d’Éthiopie menée par Mussolini en 1935, après la remilitarisation illégale de la Rhénanie opérée par Hitler en mars 1936, le coup d’Etat de Franco appuyé par les régimes fasciste et nazi permit aux démocrates de prendre conscience du danger que représentaient les dictateurs allemand et italien. Mais cette prise de conscience demeura assez limitée, bien qu’elle se traduisît par le départ vers l’Espagne de milliers de combattants volontaires de toutes nationalités regroupés au sein des Brigades internationales et par l’engagement d’intellectuels français en faveur de la République, comme en témoigne le célèbre roman d’André Malraux, L’Espoir.
Bibliographie
Rafael ALBELLALa vida cotidiana durante la guerra civilBarcelone, Planeta, 1973.
Les années trente.
De la crise à la guerre
Paris, Le Seuil, 1990 Fabrice d’ALMEIDAImages et propagande au XXe siècleParis, Casterman, Florence, Giunti, 1995.
Pierre BROUÉ et Émile TÉMINELa Révolution et la Guerre d’EspagneParis, éd.
de Minuit, 1961.
Guy HERMETLa guerre d’EspagneParis, Seuil, 1989.
Fabrice D’ALMEIDAImages et propagandeCastermann/Giunti, 1995.
Laurent GERVEREAUHistoire du visuel au XXème siècleParis, Le seuil, 2000.
Pour citer cet article
Charlotte DENOËL, « La guerre d'Espagne vue à travers les affiches », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 30 Septembre 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/guerre-espagne-vue-travers-affiches?i=567&d=31&musee=Mus%C3%A9e%20d%27histoire%20contemporaine%20/%20BDIC&id_sel=968
Commentaires

Découvrez aussi