L'impressionnisme de Jean Renoir

Date de publication : Février 2008

Partager sur:

Contexte historique

Un film inachevé

En plein Front populaire, Jean Renoir, alors très proche du parti communiste français, entreprend un moyen métrage (50 min) tiré de la nouvelle de Guy de Maupassant Une partie de campagne. Tourné en forêt de Fontainebleau, sur les rives du Loing, près de Marlotte, le film montre une famille de quincaillers parisiens, les Dufour, passant un dimanche de l’été 1860 au bord de l’eau. Tandis que le père et le commis s’en vont pêcher, la mère et sa fille Henriette se laissent séduire par deux canotiers (Rodolphe et Henri) habitués des lieux. Comme le dit le cinéaste, c’est « l’histoire d’un amour déçu, suivie d’une vie ratée ». La réalisation est interrompue à plusieurs reprises, d’abord à cause des intempéries, puis du fait du départ de Renoir pour tourner Les Bas fonds. Le montage définitif sera entrepris par Marguerite Houle-Renoir en 1946.

Analyse des images

Le bonheur est dans le pré

Le document est une photographie de tournage prise par Eli Lotar en 1936. Elle représente les quatre comédiens principaux du film de Jean Renoir Une partie de campagne. On y voit de gauche à droite : Georges Darnoux (Henri), Brunius (de son vrai nom Jacques Henri Cottance ; Rodolphe), Sylvia Bataille (Henriette) et Jane Marken (Mme Dufour). Cette image prise lors d’un moment de détente des acteurs, témoigne remarquablement bien de l’esprit chaleureux qui régna lors du tournage, de cette camaraderie à laquelle Jean Renoir était tant attaché (pour constituer l’équipe du film, il s’était en effet entouré de proches, d’amis, de fidèles).

Interprétation

L’esprit renoirien

Le photographe Eli Lotar, ami des frères Prévert, adepte des vues de la vie populaire, travailla beaucoup pour le cinéma. Le présent tirage fait partie d’un reportage sur le film de Jean Renoir réalisé entre le 15 juillet et le 25 août 1936. Pour l’occasion, ce dernier renoue avec ses souvenirs d’enfance, avec ses débuts au cinéma aussi (La Fille de l’eau en 1926), mais surtout il s’empare de l’univers de son père le peintre Auguste Renoir (la fin du XIXe siècle, avec les déjeuners sur l’herbe, les guinguettes, les balançoires, les promenades au bord de l’eau ou en canot) et de son style impressionniste (traitement plastique de la lumière et des cadrages). Enfin, tout en faisant lointainement écho au travail pictural de son père, ce film de 1936 (et indirectement cette photographie) est en phase avec l’air du temps : celui du Front populaire. En effet, bien que tourné juste avant l’obtention des congés payés, l’ambiance générale de cette Partie de campagne, de cette « espèce de tendresse pour l’herbe, pour l’eau, pour les arbres » qui envahit Henriette, alors qu’elle en profite rarement « à cause du travail », comme elle dit, n’est pas sans évoquer les loisirs des ouvriers parisiens des années 30, le dimanche, au bord de la Seine ou de la Marne.

Bibliographie

André BAZINJean RenoirParis, Champ libre, 1971.
Celia BERTINJean RenoirParis, Perrin, 1986.
Jean RENOIRMa vie et mes filmsParis, Flammarion, 1974.
Roger VIRY-BABELJean Renoir : le jeu et la règleParis Denoël, 1986.

Pour citer cet article
Laurent VÉRAY, « L'impressionnisme de Jean Renoir », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 27 Juillet 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/impressionnisme-jean-renoir?i=851&d=1&musee=Mus%C3%A9e%20national%20d%27Art%20moderne%20-%20Centre%20Pompidou
Commentaires