Louis XVIII, l'image d'un souverain moderne

Partager sur:

Contexte historique
Le roi restauré

La défaite infligée à Napoléon par les armées des puissances coalisées finit par provoquer son abdication en avril 1814. La restauration de la monarchie n’était en réalité qu’une des solutions politiques possibles, mais elle s’imposa grâce aux manœuvres de Talleyrand et surtout avec l’appui du tsar Alexandre. Frère de Louis XVI, Louis XVIII, qui n’avait jamais abandonné ses prétentions au trône depuis la mort de son neveu Louis XVII en 1795, devient roi. Conscient de ses droits (1815 était pour lui la vingtième année de son règne), il l’était aussi de l’histoire : s’il défendit toujours les droits du monarque, il chercha aussi à pratiquer une politique de réconciliation et, après 1815, se détacha des « ultras », faction la plus intransigeante du parti royaliste.
Analyse des images
Le monarque au travail

Le portrait peint par Gérard est la réplique réduite d’une composition destinée à l’origine à la comtesse du Cayla, favorite du souverain, composition présentée au Salon de 1824 où elle obtint un grand succès. Louis XVIII est représenté dans son cabinet de travail et, selon le livret, « au moment de son arrivée en 1814, méditant sur la charte qu’il va donner aux Français ». Ce cabinet avait été celui de l’Empereur, et le décor n’a pas fondamentalement changé. Le roi est en uniforme, car il commande officiellement aux armées. Il porte les décorations de l’ancienne monarchie (en particulier le cordon bleu de l’ordre du Saint-Esprit), mais aussi de la France nouvelle (la Légion d’honneur). Il est surtout assis à une petite table de bois blanc, celle-là même qu’il avait utilisée pendant toutes ses années d’exil. Sur la table, la Charte de 1814, « octroyée » par le roi, qui est en fait la constitution de la monarchie restaurée. La scène représentée n’eut cependant jamais lieu en tant que telle : la Charte ne fut pas « méditée » par le roi, mais rédigée par d’autres à la suite de nombreuses discussions auxquelles il eut peu de part, et ensuite approuvée par lui. Mais l’accumulation d’éléments réalistes et la philosophie politique qu’elle affirme (la Charte « octroyée » par le souverain) donnent à la scène un caractère plausible.
Interprétation
L’héritier de la tradition, le souverain de la France moderne

Gérard a su, dans ce tableau, renouveler en profondeur l’iconographie traditionnelle, notamment illustrée en France par Rigaud, et donner par là à son œuvre une signification politique que tous les contemporains ont comprise. Louis XVIII n’est pas représenté dans les habits du sacre, avec les insignes de sa fonction, le sceptre, la main de justice et la couronne, dans un palais imaginaire. Il est ici dans son environnement habituel, un endroit où seuls les familiers et les grands serviteurs de l’Etat pouvaient pénétrer. Le spectateur entre ainsi de plain-pied dans l’intimité royale. Le réalisme du tableau accentue ce trait et permet en même temps d’évoquer habilement l’histoire récente : l’héritage de l’Empire, grâce au décor du cabinet, le souvenir de l’exil avec la table en bois blanc qui tranche sur le luxe de l’ameublement, les fondations de la monarchie restaurée avec la Charte. Louis XVIII ne peut se contenter de revenir occuper le trône de ses pères : il assume, sans rien oublier, les années de la Révolution et de l’Empire. Aussi est-ce un souverain moderne, bonhomme et familier dont Gérard offre ici l’image.
Bibliographie
Claire CONSTANS Musée national du château de Versailles.
Les Peintures
, 2 vol.Paris, RMN, 1995.
Francis DEMIER La France du XIXe siècle Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 2000.
François FURET La Révolution, 1780-1880 Paris, Hachette, 1988, rééd.coll.
« Pluriel », 1992.
Evelyne LEVER Louis XVIII Paris, Fayard, 1988.
Emmanuel de WARESQUIEL, Benoît YVERT Histoire de la Restauration : naissance de la France moderne Paris, Perrin, 1996.
Claire CONSTANS Musée national du château de Versailles.
Les Peintures
, 2 vol.Paris, RMN, 1995.
Francis DEMIER La France du XIXe siècle Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 2000.
François FURET La Révolution, 1780-1880 Paris, Hachette, 1988, rééd.coll.
« Pluriel », 1992.
Evelyne LEVER Louis XVIII Paris, Fayard, 1988.
Emmanuel de WARESQUIEL, Benoît YVERT Histoire de la Restauration : naissance de la France moderne Paris, Perrin, 1996.
Pour citer cet article
Pascal TORRÈS, « Louis XVIII, l'image d'un souverain moderne », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 24 Août 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/louis-xviii-image-souverain-moderne?i=159&d=1&c=portrait%20officiel
Commentaires

Albums liés