La mobilisation des femmes

Date de publication : Juillet 2006

Partager sur:

Contexte historique

En 1914-1918, pendant que les hommes sont au front, les femmes participent activement à l’effort national. Dans une guerre totale, longue et meurtrière, où le rôle de l’arrière est aussi déterminant que celui des combattants, les femmes accèdent à des activités professionnelles jusque-là masculines. Tant à la ville qu’à la campagne, les « remplaçantes » des maris ou des fils mobilisés sont promues à de nouvelles responsabilités.

Analyse des images

Dans cette affiche, Georges Capon a organisé l’espace en deux zones distinctes. Au premier plan, trois femmes se livrent à différentes activités : à gauche figure une « munitionnette », une ouvrière d’usine de guerre devant sa machine à tourner les obus. À droite, une paysanne bêche un champ de maïs. Au milieu, une mère allaite son nourrisson, alors que sa fillette lui tend une lettre probablement envoyée par son père mobilisé. Au second plan apparaît en médaillon une Marianne guerrière, casquée et cuirassée.

Interprétation

Cette affiche au style réaliste, qui symbolise les nouvelles tâches et les devoirs des femmes françaises pendant la guerre, annonce en fait la version anglaise d’un documentaire de propagande réalisé en 1918 par Alexandre Desvarennes pour le compte de la Section cinématographique de l’armée française. Il s’agit d’un film de montage constitué de vues d’actualités tournées pendant le conflit, introduites par une petite fiction et réorganisées de façon à mettre en évidence le rôle exceptionnel de la femme française. À la ville, elle est manutentionnaire dans les gares, conductrice dans les transports, ou serveuse. À l’usine, ouvrière affectée à divers postes, elle ne s’interrompt que pour aller allaiter son enfant à la crèche. À la campagne, elle conduit la charrue pour les labours. Le film exalte aussi son patriotisme et son héroïsme, notamment en montrant les récompenses accordées aux veuves, infirmières ou travailleuses blessées par les bombes ennemies. L’affiche synthétise cette place nouvelle de la femme dans la guerre et son dévouement pour son pays. À cet égard, l’usage sobre des couleurs est significatif : les vêtements des trois femmes recomposent celles du drapeau national. Cependant, conformément au contenu du film auquel elle renvoie, elle dit aussi très clairement que, en dépit de ces changements sociaux importants, subsiste aux yeux de la société (représentée par la Marianne républicaine) une féminité éternelle : le rôle fondamental de la femme est la maternité (d’où le positionnement central de la mère entre l’ouvrière et la paysanne). On comprend effectivement que, dans un contexte de mort de masse, la natalité reste une priorité absolue. Contrairement à l’idée commune, la guerre n’a pas favorisé le processus de l’émancipation féminine, sa fin ayant été marquée par une période de réaction à cet égard.

Bibliographie

Stéphane AUDOIN-ROUZEAU et Jean-Jacques BECKER (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918, Paris, Bayard, 2004.
Françoise THEBAUD, La Femme au temps de la guerre de 14, Paris, Stock, 1986.
Pierre VALLAUD, 14-18, la Première Guerre mondiale, tomes I et II, Paris, Fayard, 2004.

Pour citer cet article
Laurent VÉRAY, « La mobilisation des femmes », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 28 Août 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/mobilisation-femmes?i=716&d=1&a=537
Commentaires
Ajouter un commentaire
MaenaBnr le 04/05/2015 à 01:05:39
Bonjour,
Pouvez-vous me dire qu'elle st la technique utilisée par Georges Emile Capon pour créer cette affiche?
Merci d'avance.