Le mythe du soldat-laboureur

Auteur : Ivan JABLONKA

Partager sur:

Contexte historique
Un mythe tenace, transmis par des chansons, des vaudevilles et des gravures, prétend qu’après avoir combattu en héros dans les armées révolutionnaires et napoléoniennes, Nicolas Chauvin serait revenu, couvert de blessures et de médailles, finir sa vie dans sa Charente natale. Cette biographie fantaisiste participe à sa manière à la “ légende dorée ” napoléonienne que grandissent les souvenirs des grognards et qu’un sentiment d’ennui entretient sous Louis XVIII et Charles X. Mais, dans la France du XIXe siècle, la légende de Chauvin renouvelle aussi un mythe antique. Les Anciens racontent en effet que Cincinnatus, général romain du Ve siècle av. J.-C., prit victorieusement la tête des armées pour retourner ensuite jouir de la mediocritas aurea du paysan. Symbole des vertus de frugalité, de civisme, de patriotisme et d’abnégation de la Rome antique, Cincinnatus incarne le mythe du soldat-laboureur.
Analyse des images
Dans la gravure de Fleuret, datée de 1822, un ancien soldat des armées impériales, coiffé d’un tricorne, rêve auprès de sa charrue. La double fonction du mâle français est justifiée par l’identité, chère à Virgile, du soc et de l’épée. Le style naïf de la gravure, la simplification du dessin et la vertu didactique de son titre laissent penser qu’elle était destinée au public des campagnes. Mais cette image populaire est légèrement en décalage par rapport au mythe. Un an tout juste après la mort de Napoléon, elle a même une tonalité funèbre. Car le soldat-laboureur vient d’exhumer le squelette d’un héros anonyme dont il a recueilli la Légion d’honneur. Cette irruption de la “ mort en Arcadie ” explique la mélancolie de notre paysan-guerrier, méditant sur ce memento mori qui lui rappelle que le destin d’un Français est de mourir pour la patrie.
Interprétation
Le soldat-laboureur de Fleuret est allé “ se reposer à la campagne de ses travaux militaires ” ou, pour le dire autrement, il a l’honneur de protéger et de nourrir tout à la fois son pays. La mythologie « chauvine » peut varier : tantôt il ouvre le sillon où repose un compatriote tombé pour la patrie, tantôt il lui revient de mettre en valeur la terre qu’a fécondée le sang de l’ennemi par lui versé. De manière générale, le soldat-laboureur, fleuron et défenseur de la francité, doit sauver la nation par sa vigueur acquise dans les travaux de la guerre et des champs. Ce patriotisme d’inspiration agraire s’apparente à un nationalisme défensif et conservateur, qu’on retrouvera par exemple chez Pétain.
Bibliographie
Gérard DE PUYMEGE Chauvin, le soldat-laboureur.
Contribution à l’étude des nationalismes
Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires », 1993.
Pour citer cet article
Ivan JABLONKA, « Le mythe du soldat-laboureur », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 28 Août 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/mythe-soldat-laboureur?c=patriotisme&d=1&i=198&oe_zoom=393&id_sel=393
Commentaires
Ajouter un commentaire
guido le 31/05/2012 à 03:05:52
que signifie l'inscription schenik ?

Merci

Guy renaud

Albums liés