• Plafond du salon Denon - Vue d'ensemble.

    Charles-Louis MULLER (1815 - 1892)

  • Plafond du salon Denon - détail.

    Charles-Louis MULLER (1815 - 1892)

Napoléon et les arts

Partager sur:

Contexte historique

Le pavillon Denon appartient aux aménagements réalisés au Louvre sous le règne de Napoléon III. Conçu par l’architecte Hector Lefuel (1810-1881), il porte le nom du premier directeur du musée sous Napoléon Ier (Vivant Denon, 1747-1825). L’entrée monumentale du musée est au rez-de-chaussée tandis qu’à l’étage se trouve un grand salon à coupole. En 1864, le décor intérieur est confié à Müller. Espace de communication entre les salles du musée et la salle des Etats à vocation politique, il présente un décor à la fois artistique et monarchique. Les lunettes qu’y a réalisées Charles-Louis Müller illustrent le mécénat des souverains français.

Analyse des images

Au centre de la composition, Napoléon écarte les bras dans un geste de présentation des artistes dont il est entouré. Au fond de la scène, les monuments célèbres de son règne. La silhouette du souverain se détache contre l’arc de triomphe du Carrousel (1806), que couronnent les chevaux enlevés par Bonaparte à la basilique Saint-Marc de Venise. De part et d’autre de l’arc, la restauration de l’abbatiale de Saint-Denis par François Debret et la colonne Vendôme. A droite, la façade de l’Assemblée nationale. Des œuvres d’art parsèment le tableau. A gauche, le Voltaire assis de Jean-Antoine Houdon, réalisé sous l’Ancien Régime ; des butins saisis pour le musée Napoléon : la Vierge de Raphaël, le Torse du Belvédère. Napoléon est aussi entouré de personnages célèbres de son époque. Des écrivains : Beaumarchais, Châteaubriand ; des architectes : Fontaine, Lamande ; des peintres ; David, Guérin.

Interprétation

Les quatre lunettes du salon Denon sont représentées comme des tapisseries feintes. Elles figurent le mécénat royal ou impérial envers les beaux-arts. Napoléon Ier, comme les autres souverains, est entouré d’écrivains et d’artistes. Le goût de l’Empereur pour le classicisme gréco-romain se manifeste dans bon nombre d’architectures élevées pendant son règne : les arcs de triomphe du Carrousel (Percier et Fontaine) et de l’Etoile (Chalgrin), la colonne Vendôme, imitée de Trajan, le temple de la Gloire (la Madeleine) élevé par Vignon. Passionnément attaché à la grandeur de l’ancienne Rome, Napoléon va largement en exploiter les symboles et le décor pour fonder son autorité et sa légitimité. Le style néo-classique, après avoir été une réaction aux excès rocailles à la fin du XVIIIe siècle, devient le vecteur des valeurs morales issues des Lumières et reprises par l’Empire.

Bibliographie

Nancy DAVENPORT « Charles-Louis Müller et ses décorations peintes du Louvre », in Bulletin de la Société de l'histoire de l'art français 1986, p.
145-163.
Christiane AULANIER Histoire du palais et du musée du Louvre.
Le nouveau Louvre de Napoléon III
Paris, 1953.

Pour citer cet article
Nathalie de LA PERRIÈRE-ALFSEN, « Napoléon et les arts », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 29 Septembre 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/napoleon-arts?i=393&d=1&a=340&id_sel=639
Commentaires

Découvrez aussi