• Les pyramides de Memphis, le Sphinx, au soleil couchant.

    Charles BALZAC (1752 - 1820)

  • Plan du portique d'Esnah.

    Vivant Dominique DENON (1747 - 1825)

Napoléon Bonaparte et l'Egypte

Date de publication : Janvier 2010
Auteur : Alain GALOIN

Partager sur:

Contexte historique

En avril et juillet 1795, les traités de Bâle mettent fin à la première coalition des puissances européennes dressées contre la France révolutionnaire. Cependant, malgré les succès français, la guerre continue contre l’Autriche et l’Angleterre. À l’issue de l’éclatante campagne d’Italie menée par Napoléon Bonaparte, l’Autriche vaincue est contrainte de signer le traité de Campo Formio en octobre 1797. L’Angleterre reste alors le principal ennemi que la France veut atteindre dans ses intérêts économiques lorsqu’elle confie à Bonaparte l’expédition d’Égypte. Le Directoire n’est d’ailleurs pas fâché d’éloigner ce général trop populaire dont il a pu mesurer toute l’autorité et l’ambition en Italie.

Le 19 mai 1798, un corps expéditionnaire de 38 000 hommes quitte Toulon, emmenant une Commission des sciences et des arts constituée de plus de 150 savants et artistes. Pour des raisons stratégiques, la destination finale est tenue secrète. Le 28 juin, Bonaparte dévoile enfin le but de cette équipée maritime, et, le 1er juillet, l’expédition atteint Alexandrie. Les succès militaires (bataille des Pyramides, 21 juillet) et les revers (destruction de la flotte par les Anglais à Aboukir, 2 août) se succèdent pour aboutir à la capitulation française en 1801. Néanmoins, les travaux et études que les savants et les artistes ont consacrés à l’Égypte ancienne et moderne sont une incontestable réussite. Ingénieurs du génie civil et militaire formés dans les grandes écoles (École polytechnique, École des ponts et chaussées), architectes, dessinateurs, tous étaient très jeunes et ont travaillé dans des conditions extrêmement difficiles : chaleur, maladies, insécurité, manque de temps et de matériel. Ils ont cependant recueilli des informations précieuses, précises et abondantes, ensuite rassemblées dans un ouvrage monumental : Description de l’Egypte, ou Recueil des observations et recherches qui ont été faites en Egypte pendant l’expédition française. Outre la volonté de vaincre enfin l’Angleterre, l’expédition de Bonaparte en Égypte est significative de l’attrait exercé par l’Orient dans l’Europe à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, et de l’importance de l’histoire dans l’imaginaire romantique.

Analyse des images

Écrivain, architecte et dessinateur, Charles Louis Balzac (1752-1820) est un membre éminent de la Commission des sciences et des arts créée le 16 mars 1798. Pendant l’expédition d’Égypte, il fait notamment partie de la Commission Cortaz, chargée d’achever l’exploration méthodique de la Haute-Égypte. Écrivain, il est l’auteur du livret de deux opéras de Rigel – Les Deux Meuniers et Valère en Italie –, représentés dans la salle de spectacle inaugurée au Caire le 31 décembre 1800. Architecte et dessinateur, il effectue les mesures et relevés de l’hippodrome antique d’Alexandrie. L’œuvre présentée ici est la version aquarellée d’un dessin représentant une partie de la nécropole de Memphis, probablement réalisé le 16 décembre 1799. À droite, le Sphinx monumental sculpté à l’image du pharaon. Derrière lui, la pyramide de Khéphren, qui a conservé une partie de son revêtement extérieur. Au centre se dresse la massive pyramide de Khéops. Le dessin initial figure dans la Description de l’Egypte.

Plus connu que Charles Louis Balzac, Dominique Vivant Denon (1747-1825) est le plus âgé des compagnons de Bonaparte lors de la campagne d’Égypte. Diplomate, écrivain, architecte, dessinateur, il se fait alors reporter dans un pays dont il s’attache à reproduire fidèlement les monuments et à noter les moindres coutumes. Membre de la mission d’exploration de la Haute-Égypte, il arrive à Esnah – à cette époque capitale de la province la plus méridionale de l’Égypte – en juillet 1799. Le temple est enseveli sous les décombres et les immondices. Seul est encore visible le majestueux portique soutenu par vingt-quatre colonnes hautes de près de douze mètres. Denon en relève le plan et dessine la façade hexastyle aux colonnes surmontées de chapiteaux sculptés de feuilles de lotus et de palmier. Cette eau-forte figure dans la Description de l’Egypte et dans le Voyage dans la Haute et Basse Egypte que Dominique Vivant Denon a rédigé à son retour en France et publié à l’automne 1802.

Interprétation

Dès la fin du XVIIIe siècle, les savants européens quittent leurs cabinets d’amateurs et leurs laboratoires pour découvrir le monde. Néanmoins, l’Égypte n’est pas une contrée totalement inconnue : les derniers voyageurs à avoir parcouru le delta du Nil à la fin de l’Ancien Régime sont Claude Étienne Savary (1750-1788) et, surtout, le comte de Volney (1757-1820), dont le Voyage en Syrie et en Egypte donne déjà une image précise du pays à la fin du XVIIIe siècle. Sous la Révolution, l’éventualité d’une intervention en Égypte – maintes fois évoquée depuis la fin du règne de Louis XV – resurgit, avec un objectif supplémentaire : vaincre l’Angleterre en ruinant son commerce avec l’Inde. Bonaparte souhaite accompagner la conquête militaire d’une expédition savante pour mieux connaître l’Égypte antique et moderne, mais aussi pour y « porter les Lumières ». Si la campagne est un échec sur le plan militaire, c’est un incontestable succès scientifique.

L’Institut d’Égypte, créé au Caire le 22 août 1798, est une société encyclopédique qui poursuit à la fois des recherches en sciences pures et des investigations scientifiques sur le terrain. Les savants contribuent aux tâches d’administration et de mise en valeur de l’Égypte. Des périodiques sont publiés : un journal d’information, le Courrier de l’Egypte, et une revue savante, La Décade égyptienne. Des ingénieurs géographes entreprennent un monumental travail de cartographie. Zoologistes et naturalistes inventorient la flore et la faune. Mais ce sont surtout les monuments antiques de Haute et de Basse-Égypte qui suscitent l’admiration des savants et artistes, et qui font l’objet d’innombrables dessins et relevés archéologiques. Cette collecte pluridisciplinaire aboutit à l’élaboration d’un ouvrage encyclopédique – la Description de l’Egypte en 9 volumes de textes, 10 volumes de planches et un atlas –, publié entre 1809 et 1828, source documentaire irremplaçable aujourd’hui encore.

Bibliographie

Marie-Noëlle BOURGUET, « Des savants à la conquête de l’Egypte ? Science, voyage et politique au temps de l’expédition d’Egypte », in L’expédition d’Egypte, une entreprise des Lumières, 1798-1801, actes du colloque de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et de l’Académie des sciences, Paris, 8-10 juin 1999, Paris, Technique et documentation, 1999.
Étienne Geoffroy SAINT-HILAIRE, L’Expédition d’Egypte, Paris, Paléo, 2000.
Yves LAISSUS, L’Egypte, une aventure savante, 1798-1801, Paris, Arthème Fayard, 1998.
Yves LAISSUS (dir.), Il y a 200 ans, les savants en Egypte, catalogue de l’exposition du Muséum national d’histoire naturelle, 11 mars-6 juillet 1998, Paris, Nathan, 1998.
Henry LAURENS, L’Expédition d’Egypte, Paris, Le Seuil, coll. « Points Histoire », 1997.
Anna PIUSI, « Les menottes d’or du patronage napoléonien : le frontispice de la Description de l’Egypte.
Hommage à Dutertre, Balzac et Cécile », in L’expédition d’Egypte, une entreprise des Lumières, 1798-1801, actes du colloque de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et de l’Académie des Sciences, Paris, 8-10 juin 1999, Paris, Technique et documentation, 1999.
Jean TULARD, Ombres et Lumières de la campagne d’Egypte, Paris, Association pour la sauvegarde des livres anciens de la Bibliothèque de la Cour de cassation, 1995.

Pour citer cet article
Alain GALOIN, « Napoléon Bonaparte et l'Egypte », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26 Août 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/napoleon-bonaparte-egypte?i=1036&d=1&c=Vivant%20Denon%20Dominique
Commentaires
Ajouter un commentaire
absent le 15/06/2015 à 05:06:13
c'est avec un immense plaisir que j'ai lu les notations sur les
découvertes scientifiques égyptiennes. détails qui ont enrichi
mes recherches historiques. et je rejoins l'opinion de M. Galon,
si la campagne militaire d'Egypte a été un échec, elle restera
un énorme succès scientifique et géostratégique.
c'est sous cet angle qu'on peut voir l'esprit de Lumières pénétrer dans le monde oriental.

Découvrez aussi