Napoléon sur la colonne

Date de publication : Novembre 2004

Partager sur:

Contexte historique

La statue en bronze de Napoléon Ier, exécutée par Seurre, est inaugurée le 28 juillet 1833 au sommet de la colonne Vendôme.

Elle remplaçait celle de Chaudet déposée à la chute de l'Empire. Occultée sous la Restauration, l’effigie de l’Empereur est réhabilitée officiellement par Louis-Philippe, soucieux de ménager les Bonapartistes. L’engouement pour Napoléon, déjà exalté par les Romantiques, ne cesse alors de croître.

Les artistes s’emparent du personnage[1], les colporteurs diffusent son image. Chansons, gravures et statuettes se répandent jusque dans les campagnes. Le culte de Napoléon, quasi-religieux, fait rage.

Analyse des images

Le titre de cette gravure, Napoléon sur la colonne, annonce un portrait de l’Empereur plus qu’une image d’actualité. Pour renforcer l’effet, le graveur n’a pas voulu représenter la colonne Vendôme. Il n’a laissé que son extrémité supérieure, socle de la sculpture qui était en bronze. Délaissant la réalité, il a choisi des teintes naturelles plus adaptées à montrer Napoléon Ier comme s’il était encore vivant (une autre gravure représente la sculpture couleur bronze) et le socle peint en vert semble symboliser les collines des champs de bataille.
Quant à la composition, elle reste traditionnelle. C’est celle qui était employée pour représenter les saints dans l’imagerie populaire. Attributs et cantiques ont été substitués par des symboles guerriers (épée et boulets de canons) et des airs de chansons populaires.

Ces particularités étaient déterminantes pour son futur succès commercial auprès de l’ensemble de la population. Le choix du graveur ne fut pas anodin et ce portrait-souvenir répond en fait à une demande bien précise. L’Empereur, en costume militaire, représente à la fois le héros-guerrier et le saint-martyr. Le voulant proche du peuple, on lui attribue toutes les vertus : humilité, grandeur d’âme, amour paternel, héroïsme.

Ces types de gravures, diffusés partout, prirent rapidement une dimension propagandiste jusqu’à se révéler, au terme de leur réception, être de véritables icônes (elles étaient fixées au mur des maisons aux côtés des images pieuses). L’idolâtrie et le fétichisme[2] n’étaient pas rares et les paroles de la chanson de Béranger présentent sur l’estampe le confirment.

Interprétation

L’honneur rendu à la mémoire de Napoléon par le monument commémoratif fut un des actes décisifs de sa vénération. La propagande impériale, déjà mise en place sous l’instigation de Bonaparte lui-même, s’est diffusée en masse dans les années 1830, à l’origine d’une « idolâtrie » encore vivante de nos jours[3].
Destinées à une population en grande partie illettrée, les gravures populaires était à même de forger la légende napoléonienne. Jean Tulard l’affirme : « [Elle] fut populaire avant d’être littéraire » (J . Tulard, Le Mythe de Napoléon, Paris, 1971, p. 43.). L’imagerie conjuguant texte et image, il faut rappeler la popularité des chansons[4] de Debraux et de Béranger qui ont contribuées, elles aussi, grâce à leur diffusion rapide, à constituer le mythe de Napoléon, fondé sur une culture à la fois visuelle et orale.

Bibliographie

Pierre BARBIER et France VERNILLATL’Histoire de France par les chansonsParis, Gallimard, 1958.
Albert CIMOCHOWSKY (dit CIM)Le Chansonnier Emile Debraux, roi de la goguette1910.
Fernand de SAINT-SIMONLa Place VendômeParis, Vendôme, 1982.
Jean TOUCHARDLa Gloire de BérangerParis, Colin, 1968.
Jean TULARDLe Mythe de NapoléonParis, Colin, 1971.

Notes

1. Napoléon ou trente ans de l'histoire de France, pièce de théâtre, Alexandre Dumas, 1831 ; Le Cinq Mai ou la mort de Napoléon, cantate, Hector Berlioz, 1834… Les peintres, graveurs et sculpteurs multiplient les représentations, de l'anecdote aux grandes batailles.

2. La grand-mère a conservé le verre dans lequel Napoléon a bu comme une relique. Le petit-fils lui-même vénère son aïeule parce qu'elle a rencontré l'Empereur.

3. Beaucoup de lieux en France gardent le souvenir de son passage par une plaque commémorative, une enseigne, une effigie. Les grandes batailles sont reconstituées, les costumes imités et les collectionneurs nombreux.

4. Les chansons furent en vogue surtout après 1821. L'accent était mis sur l'image du " Napoléon du peuple ".

Pour citer cet article
Nathalie JANES, « Napoléon sur la colonne », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 27 Juillet 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/napoleon-colonne?t=112&d=1&i=560&type_analyse=0&oe_zoom=961&id_sel=961
Commentaires