Nice. Place Masséna à l'angle de l'avenue de Verdun

Date de publication : Août 2013

Partager sur:

Contexte historique
Le développement du tourisme au XIXe siècle a provoqué une forte croissance démographique des stations thermales ou balnéaires. Les villes du tourisme, crées ex nihilo ou nouveaux quartiers bâtis à partir de noyaux plus anciens, ont été parmi les plus dynamiques d’Europe occidentale, et leur taux de croissance a souvent été plus vigoureux que celui des villes industrielles. Nice, dont les aristocrates britanniques ont fait leur lieu de villégiature hivernale depuis le milieu du XIXe siècle, connaît une extension planifiée dans les premières décennies du XXe. Rattachée à la France avec son comté en 1860, la ville enregistre un afflux croissant d’hivernants, favorisé par l’arrivée du chemin de fer en 1864 : entre 1861 et 1881, leur nombre passe de 4 400 à 33 000. Entre 1811 et 1911, la population totale progresse de quelque 13 000 habitants à près de 110 000.
Analyse des images
Situé place Masséna, lieu où la vieille ville s’articule avec la ville neuve, l’hôtel Claridge se caractérise par la sobriété de ses façades, obéissant ainsi au règlement urbain établi par l’administration sarde qui entend s’inspirer des méthodes qui ont prévalu, à Paris, lors de la construction de la rue de Rivoli sous le Premier Empire. Le bâtiment donne sur des jardins qui recouvrent le cours inférieur du Paillon et qui débouchent sur la Promenade des Anglais et la baie des Anges. On est bien loin du type de grand hôtel à la décoration ostentatoire qui se développe à partir des années 1880 et dont l’Excelsior, le Negresco ou le Carlton sont l’illustration.
Nice au XIXe siècle est une « ville de saison » : « Pendant six mois, on recherche le soleil comme un bienfaiteur, les six autres mois on le fuit comme un ennemi », remarque Robert de Souza. L’enseigne électrique installée sur l’hôtel et invitant à passer l’été à Aix-les-Bains en témoigne. L’hôtel Claridge n’est attesté dans les indicateurs de Nice et des Alpes-Maritimes qu’après la Première Guerre mondiale, ce qui amène d’ailleurs à s’interroger sur la datation de la photo. Paradoxe : d’après les publicités qui figurent dans ces mêmes indicateurs et qui concernent l’hôtel-pension Claridge, il est ouvert toute l’année.
Interprétation
Le tourisme traditionnel qui s’était développé à Nice depuis la fin du XVIIIe siècle en faisait une ville de saison, une capitale d’hiver. Le premier conflit mondial a mis un terme à cette situation et la ville a commencé à accueillir des visiteurs en toute saison, même si les publicités lumineuses retardent sur la réalité.
Bibliographie
Robert de SOUZA Nice, capitale d’hiver Berger-Levrault, 1913.
HAUG, C.
JAMES Leisure and Urbanism in Nineteenth-Century Nice ,Lawrence, Regents Press of Kansas, 1982.
François LOYER Le Siècle de l’industrie Paris, Skira, 1983.
Pour citer cet article
Jean-Luc PINOL, « Nice. Place Masséna à l'angle de l'avenue de Verdun », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26 Juillet 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/nice-place-massena-angle-avenue-verdun?c=electricite&d=1&i=434&oe_zoom=700&id_sel=700
Commentaires

Albums liés