Les obsèques de Louise Michel

Partager sur:

Contexte historique

La mort de Louise Michel

Le 9 janvier 1905, Louise Michel mourait d’une congestion pulmonaire à Marseille où elle s’était rendue pour donner l’une de ses innombrables conférences en faveur de la cause libertaire.

Depuis son retour de Nouvelle-Calédonie – elle y fut déportée dès 1872 pour sa participation à la Commune – et à la faveur de l’amnistie générale de 1880, Louise Michel avait connu une intense activité de journaliste, de pamphlétaire et de conférencière. Elle était ainsi devenue une incarnation populaire de la révolution.

Analyse des images

Un cortège funèbre

La dépouille de la « Vierge rouge » fut ramenée à Paris. À la gare de Lyon, d’importantes forces de police avaient été déployées pour contenir le cortège funèbre qui devait accompagner jusqu’au cimetière de Levallois-Perret le corbillard de septième classe, dit « des pauvres », recouvert d’un drap rouge et bordé de noir.

Dans cette eau-forte polychrome, l’artiste a cherché à produire l’effet d’une foule dense et compacte, sorte de flot humain ponctué de couronnes mortuaires, hérissé de drapeaux rouges et de bannières noires, duquel émerge au centre un cuirassier du service d’ordre. En privilégiant la représentation du cortège au détriment de celle du corbillard, hors champ, l’artiste peut mettre en scène l’hétérogénéité des admirateurs de Louise Michel – femmes, ouvriers, vétérans des causes passées, gamins de Paris dont un crieur du Libertaire… – et en promouvoir la cohérence par les couleurs. Avec un cadrage serré sur la foule et l’alignement des façades qui ferme toute perspective, Peters-Destéract tente de représenter ce que fut ce parcours de quatorze kilomètres que le cortège accomplit en quatre heures.

Interprétation

Un hommage populaire

L’efficacité de cette image réside dans le flot hétérogène et désordonné du cortège des anonymes, hésitant entre l’hommage et la manifestation. Elle illustre le souhait de certains proches de Louise Michel, selon lesquels elle n’appartenait à aucun groupe mais à tous : parti socialiste français, parti ouvrier socialiste révolutionnaire, groupes antimilitaristes, anarchistes et féministes, syndicats ouvriers, rédactions des journaux L’Humanité, Le Libertaire ou La Fronde

Peters-Destéract offre ainsi une sorte d’instantané de la révolution sociale en marche autour du corbillard de son égérie, rappelant le cortège qui l’avait accompagnée à travers Paris, à son retour de déportation, le 9 novembre 1880.

Bibliographie

Louise MICHEL, La Commune : histoire et souvenir, Paris, La Découverte, 1999.

Michel RAGON, Le Vendéen et l’Anarchiste, Paris, Albin Michel, 2000.

Jacques ROUGERIE, Paris insurgé : la Commune de 1871, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 1995.

Pour citer cet article
Bertrand TILLIER, « Les obsèques de Louise Michel », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 27 Août 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/obseques-louise-michel?e=bertrand%20tillier&d=1&i=51&type_analyse=0&oe_zoom=113&id_sel=113
Commentaires