Le Parti communiste et la colonisation au début des années 30

Date de publication : Juillet 2008

Partager sur:

Contexte historique
Une voix minoritaire dans la France des années 30.

Depuis la conférence de Berlin de 1885, la course aux colonies constitue un enjeu majeur pour les pays européens. A ce jeu, le Royaume-Uni et la France sortent grands gagnants, en particulier après les traités de paix de la Première Guerre Mondiale. En 1930, la possession d’un Empire est une évidence pour une grande partie de l’opinion française comme le traduit le succès de l’Exposition Coloniale de 1931. La France est fière de ses conquêtes aussi bien en Asie qu’en Afrique.
Ce consensus n’est remis en cause que par une poignée d’intellectuels et par le Parti communiste. Crée après le Congrès de Tours de 1920, la Section Française de l’Internationale Communiste (SFIC), est un parti nouveau, possédant de rares fiefs électoraux et encore dépourvu d’une grande représentativité politique. Outre la défense de la classe ouvrière, l’enjeu colonial devient un sujet de lutte pour le PC. Il se singularise des autres partis de gauche puisqu’il est le seul à prôner ouvertement l’indépendance des colonies.
Analyse des images
Un ennemi : le Capitaliste.

Cette affiche définit quels sont, pour le Parti communiste, les acteurs et les causes de la colonisation. Le personnage central, ventripotent, en costume, portant un haut de forme et fumant le cigare représente l’ennemi de classe, « le Capitaliste ». Il est le principal bénéficiaire des conquêtes et de l’exploitation systématique des régions dominées. Il se situe en haut d’une pyramide bâtie par des indigènes au moyen de productions agricoles ou minières. Les dos courbés de ces travailleurs traduisent la pénibilité du labeur et l’immoralité de l’enrichissement basé sur la souffrance humaine.
Pour parvenir à ses fins, le Capitaliste s’appuie sur deux piliers, l’Armée et l’Eglise, « le Sabre et le Goupillon ». Tous les deux, par la parole ou la violence, contribue à la soumission des autochtones et permettent le pillage des richesses.
Les images en haut de l’affiche décrivent les similitudes existant entre les travailleurs dans les colonies et les ouvriers en France. Tous deux subissent les affres de la répression : des coloniaux avaient été engagés dans l’armée française et servaient à réprimer les mouvements sociaux alors que dans le même temps, les révoltes indigènes étaient étouffées par la force, comme lors de la pacification du Rif marocain entre 1921 et 1926.
Le texte insiste sur l’iniquité de la colonisation, la recherche systématique du profit mais également sur la nécessité pour la classe ouvrière française d’encourager les velléités d’indépendance afin d’améliorer sa propre condition.
Interprétation
« Prolétaires de tous pays… »

Le texte est significatif du message que souhaite faire passer le Parti communiste. La colonisation est mise à l’index en raison des abus commis dans les territoires conquis et de l’asservissement des populations locales. Mais elle est également critiquée car cette force de travail indigène assure l’enrichissement du capitaliste. La stratégie communiste depuis 1928 est basée sur la lutte « classe contre classe ». L’ordre bourgeois profitant de la colonisation et devenant plus puissant, il est dans les visées communistes de détruire cette source de revenus.
La fin de la colonisation est une nécessité à la fois morale (protéger des peuples exploités) et nationale (affaiblir l’ennemi de classe). Les images montrant la répression d’une foule indigène et d’une manifestation ouvrière renforcent cette nécessité d’une lutte de classe, dépassant les clivages nationaux et ethniques. En alliant les travailleurs français aux indigènes, cette affiche souhaite voir émerger une conscience de classe prolétarienne internationale. L’internationalisme, la lutte des classes, l’union des prolétaires, le cynisme d’une bourgeoisie triomphante s’appuyant sur l’Armée et l’Eglise… autant d’éléments qui plongent leurs racines idéologiques dans la pensée marxiste et traduisent les axes idéologiques du Parti communiste français une dizaine d’années après sa création.
Pour citer cet article
Vincent DOUMERC, « Le Parti communiste et la colonisation au début des années 30 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 01 Octobre 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/parti-communiste-colonisation-debut-annees-30?i=886&d=1&musee=Mus%C3%A9e%20d%27histoire%20contemporaine%20/%20BDIC
Commentaires
Ajouter un commentaire
Tsahay le 08/10/2013 à 11:10:14
bravo pour ce travail
Pierre le 16/03/2013 à 04:03:06
Merci, moi aussi cela m'a été très utile ! De plus, l'article est vraiment bien écrit.
soun le 29/04/2012 à 08:04:57
Merci ! ça m'a beaucoup aidé !