• Le Journal –La Traite des Blanches

    Théophile Alexandre STEINLEN (1859 - 1923)

  • La reine misère, roman inédit par Robert Sainville, publié dans le Matin

    ANONYME

  • "Paris" par Emile Zola, publié par le Journal

    Théophile Alexandre STEINLEN (1859 - 1923)

  • L'Eclair Zezette, par Oscar Méténier

    Jules CHERET (1836 - 1932)

Quatre affiches de lancement de romans-feuilletons

Date de publication : Janvier 2004

Partager sur:

Contexte historique

A la Belle Epoque, « âge d’or » de la presse française, les quotidiens, régionaux ou nationaux, se comptent par centaines. Les « quatre grands », Le Matin, Le Journal, Le Petit Journal et Le Petit Parisien atteignent un tirage cumulé de 4,5 millions d’exemplaires en 1914. La plupart des quotidiens publient régulièrement un ou plusieurs romans en feuilleton. Le roman-feuilleton est une rubrique attractive, centrale dans la concurrence entre journaux. Leur lancement donne lieu à de grandes campagnes promotionnelles, avec affiches.

Analyse des images

Longtemps vendu par abonnement annuel, à un prix élevé, le quotidien se démocratise dans la seconde moitié du XIXe siècle avec la généralisation de la vente au numéro, à un prix modique (5 centimes, c’est-à-dire 1 sou). De format in-folio, il ne compte longtemps que quatre pages. Le passage à six pages est encore un argument commercial dans les années 1900. Les quotidiens populaires rivalisent aussi entre eux avec leurs romans-feuilletons, qui assouvissent l’appétit de lecture du public nouvellement alphabétisé, pour lequel le livre classique, acheté en librairie, reste onéreux. Toujours publiés dans le même format et numérotés, les feuilletons d’un même roman peuvent être découpés et reliés pour former un substitut de livre. Le feuilleton des quotidiens à grand tirage est généralement perçu comme une lecture féminine. De nombreux feuilletons de la Belle Epoque évoquent une victime, le héros, plus souvent l’héroïne, étant injustement accusé d’une faute et souffrant longuement avant d’être réhabilité. Ces récits sont très souvent stéréotypés. Les feuilletons peuvent être des inédits ou des reprises de romans à succès, comme ceux de Zola ou d’Hugo. Pour lancer un feuilleton, les grands quotidiens font distribuer dans les rues des feuillets donnant le premier épisode et placarder des affiches. Elles sont généralement hautes en couleur et jouent souvent sur une esthétique de la violence et de l’horreur sanglante, à l’instar des affiches d’aujourd’hui pour les films à grand spectacle. L’affiche réalisée pour le lancement de Chéri-Bibi dans Le Matin en 1913 représentait un corps supplicié ; la phrase qui l’accompagnait, « Oh non ! pas les mains !  », devint une « scie » de l’époque. Des affichistes célèbres de la Belle Epoque (Steinlein, Poulbot, Caran d’Ache, Géo Dorival) signèrent des affiches de feuilletons.

Interprétation

Le roman-feuilleton a fait entrer la littérature dans la culture de masse. Dans son sillage se développent, à partir des années 1900, les collections de romans populaires, avec leurs couvertures illustrées dans le style des affiches de romans-feuilletons. Les premiers films destinés au grand public s’inspireront fortement des thèmes du roman-feuilleton. Concurrencé progressivement par le livre populaire, l’illustré ou le cinéma, le roman-feuilleton commence à décliner durant l’entre-deux-guerres. Mais le développement de la lecture romanesque populaire est longtemps perçu par une large fraction des élites de la IIIe République comme un danger social. Si la IIIe République ne les censure que rarement par voie légale, les romans populaires n’en sont pas moins stigmatisés et accusés de saper la conscience morale du peuple. L’Eglise catholique fonde d’ailleurs l’entreprise de la Bonne Presse (journaux et édition) pour diffuser dans le peuple des romans de haute moralité. Le discours sur les « mauvais livres » ne cessera en fait que dans les années 1970, cette rhétorique dénonciatrice étant désormais reportée sur le cinéma et la télévision.

Bibliographie

Dominique KALIFALa Culture de masse en France, tome I « 1860-1930 »Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2001.
Jacques MIGOZZI (dir.)Littérature populaire : mutations génériques, mutations médiatiquesLimoges, PULIM, 2000.
Anne-Marie THIESSELe Roman du quotidien.
Lecteurs et lectures populaires à la Belle Epoque
Paris, Le Seuil, rééd.coll.
« L’Univers historique », 2000.

Pour citer cet article
Anne-Marie THIESSE, « Quatre affiches de lancement de romans-feuilletons », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 31 Juillet 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/quatre-affiches-lancement-romans-feuilletons?i=522&d=1&c=Zola%20Emile
Commentaires
Ajouter un commentaire
histoire-image le 08/04/2014 à 03:04:06
Bonjour,

Merci pour l'intérêt que vous portez à notre site.
Le site L’Histoire par l’image ne dispose pas des droits d’utilisation des images hormis pour ce site.
Si vous souhaitez utiliser une image du site, nous vous invitons à vous contacter l'organisme cité dans la partie contact du copyright.

Bonne continuation,

Anne-Lise
Mauvais Genre le 27/03/2014 à 01:03:43
Merci pour ces belles affiches que je me permets d'utiliser pour un article évoquant les feuilletons au sens large, sauf contre-ordre de votre part : http://mauvais-genre.com/post/80870613371/les-series-ont-elles-tue-le-cinema-au-comptoir-1.

Découvrez aussi