• Ratapoil et Casmajou

    Honoré DAUMIER (1808 - 1879)

  • Ce bon Mr Ratapoil…

    Honoré DAUMIER (1808 - 1879)

  • Ratapoil. Bronze d'après l'original.

    Honoré DAUMIER (1808 - 1879)

  • Ratapoil. Bronze d'après l'original.

    Honoré DAUMIER (1808 - 1879)

Ratapoil

Auteur : Robert FOHR

Partager sur:

Contexte historique
C’est dans le climat politique tendu qui précéda le coup d’Etat du 2 décembre 1851, à la suite duquel Louis-Napoléon Bonaparte devint président de la République (le Second Empire ne sera proclamé que le 2 décembre 1852), que Daumier eut l’intuition géniale du “ colonel Ratapoil ”, sorte de demi-solde, d’agent de propagande, de provocateur et d’espion au service de la cause bonapartiste. L’invention de ce personnage se rattache en effet à toute une campagne de caricatures antibonapartistes suscitée dès 1848 par les républicains, inquiets de l’ascension politique puis de l’omniprésence dans la vie publique du neveu de l’empereur Napoléon Ier.
Analyse des images
Le type du personnage de Ratapoil apparaît clairement le 28 septembre 1850 dans une lithographie des Actualités du Charivari, intitulée Protestation d’un membre de la Société du 10 Décembre : cette société, dite d’abord “ Comité napoléonien ”, avait été créée en 1849 par le préfet de police de Paris pour lutter contre les républicains et servir le coup d’Etat bonapartiste. Le héros reçoit son aspect quasi définitif et le nom qui devait faire sa célébrité le 11 octobre 1850, dans la première des lithographies étudiées ici, Ratapoil et Casmajou… : échangeant un regard complice, les deux “ décembrards ” semblent poser comme pour une entrée en scène. Ratapoil reparaît ensuite dans une vingtaine de planches inspirées des événements politiques, dont la publication s’échelonne jusqu’à la fin du mois de novembre 1851, c’est-à-dire à la veille du coup d’Etat, et qui constituent donc autant de mises en garde contre les manœuvres bonapartistes. Dans la planche du 20 juin 1851, Ce bon Mr Ratapoil leur a promis..., notre héros, qui vient de faire signer une pétition à un couple de paysans naïfs, s’esquive à l’arrière-plan, silhouette distinguée et rassurante. Vingt ans plus tard, Ratapoil allait ressurgir dans trois lithographies datées du 24 octobre, du 11 novembre 1871 et du 3 juillet 1872 : il incarnait alors la défaite du Second Empire. Quant à la statuette en terre crue que Daumier exécuta sur le même sujet, elle ne lui servit pas – contrairement aux bustes de parlementaires de 1831-1834 – de modèle pour ses lithographies. Elle ne fut modelée en effet qu’après la parution des premières planches, en mars 1851.
Interprétation
Rendant visite à Daumier le 16 mars 1851, l’historien Jules Michelet vit cette statuette en cours d’exécution. Michelet, dont le cours au Collège de France avait été fermé sur ordre du gouvernement le 23 février précédent, venait remercier Daumier du soutien qu’il lui avait apporté en protestant contre cet acte d’hostilité à l’égard des républicains à travers sa lithographie Le Révérend Père Capucin Gorenflot se chargeant de professer au collège de France un cours d’histoire en remplacement de M. Michelet, parue dans Le Charivari le 24 février. Se faisant l’écho de cette visite dans un récit où il faut évidemment tenter de séparer la vérité de ce qui relève de la pure mise en scène, Arsène Alexandre, le premier biographe de Daumier, rapporte ce propos peut-être apocryphe de Michelet, mais qui nous éclaire assez sur les intentions de l’artiste : “ Ah ! vous avez atteint en plein l’ennemi ! Voilà l’idée bonapartiste à jamais pilorisée par vous ! ” Cette statuette aussi remarquable par sa hardiesse plastique que par sa puissance d’expression, “ c’est, commente en effet Alexandre, la synthèse de l’agent interlope, de l’auxiliaire infatigable de la propagande napoléonienne, provocateur “décembraillard” et assommeur. Pour tout dire d’un mot, c’est Ratapoil ! ” Le personnage de Ratapoil, qui n’apparaît plus sous l’Empire, anticipe et résume donc l’image que va revêtir le nouveau régime impérial aux yeux des républicains : propagande, cynisme, affairisme, absence d’envergure (“ Napoléon le petit ”) en comparaison du Premier Empire, etc.
Bibliographie
Daumier 1808-1879 ,catalogue de l’exposition au Grand Palais, 1999-2000.
Pour citer cet article
Robert FOHR, « Ratapoil », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26 Septembre 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/ratapoil?i=427&d=1&c=bonapartisme&id_sel=257
Commentaires
Ajouter un commentaire
Histoire-image le 06/12/2010 à 04:12:28
Merci pour ce complément d'information.
lacken le 06/12/2010 à 04:12:40
Les "Rastapoils" étaient le surnom des poilus du 129° Régiment d'Infantarie (crée en 1811) sous le commandement du colonel Weiller (1917-1920) qui composa la musique de "la marche de Rastapoils" sur des paroles guerrières de sergents Charpentier & Gracieux.
Je suis en possession de la partition qui me vient de mon poilu d'aïeul qui servit, pendant cette guerre, sous ses ordres.
Je peux vous faire parvenir, si vous le souhaitez, une copie de ce document.

Découvrez aussi