• Reliquaire constitué par Marchand.

  • Reliquaire constitué par Las Cases : "souvenirs de l'île de Sainte-Hélène".

  • Reliquaire constitué par le Général Bertrand : "souvenirs de l'île de Sainte-Hélène".

Les Reliquaires de Napoléon

Partager sur:

Contexte historique
Le culte napoléonien parvint à son apogée en 1840, au moment du retour des cendres. L’événement fut interprété comme la résurrection du héros, aussi bien par les écrivains que par les artistes, et les plus débridés des penseurs illuministes se firent beaucoup entendre à cette occasion. Une véritable communion des bonapartistes avec leur « dieu » avait eu lieu en 1840, dans laquelle opinions politiques, réflexion sociale, théories artistiques et pensées les plus hardies se trouvèrent intimement liées : l’Empereur incarnait la liberté humaine dans les mentalités de l’époque. Ce fut le moment le plus fort du romantisme, mais il marquait aussi sa fin.
Analyse des images
A la mort de Napoléon le 5 mai 1821, ses compagnons d’exil conservèrent précieusement des mèches de cheveux et différents souvenirs. Jacques Coursot (1786-1856), chef de bouche à Sainte-Hélène, avait constitué quelques cadres reliquaires à partir des éléments qu’ils avaient recueillis (musée de Malmaison). Parallèlement, depuis la mort de l’Empereur, les voyageurs faisant escale à Sainte-Hélène rapportaient des souvenirs prélevés sur sa tombe, fleurs, cailloux, feuilles de saule, ou bien des vues du tombeau peintes par les Chinois qui habitaient l’île. Ces quelques souvenirs allaient bientôt prendre la forme de véritables reliquaires. En 1840, plusieurs anciens compagnons de captivité de Napoléon retournèrent avec le prince de Joinville à Sainte-Hélène : Marchand (1791-1876), ancien valet de chambre, les généraux Gourgaud (1783-1852) et Bertrand (1773-1844), Archambault, ancien piqueur, Saint-Denis, dit le mameluck Ali, bibliothécaire, ainsi que le fils de Las Cases, secrétaire de Napoléon, éditeur du Mémorial de Sainte-Hélène en 1823. Ces personnages ainsi que les matelots de la flotte française en ramenèrent tant de souvenirs que les Anglais durent monter la garde autour du tombeau pour éviter le pillage.

C’est à partir des éléments enlevés à la sépulture qu’ont été confectionnés des reliquaires par les anciens compagnons d’exil. On y trouve en effet des fleurs, des feuilles de saule, de l’eau de la source à laquelle buvait l’Empereur, des cailloux, des morceaux du sarcophage, etc., objets bien anodins en soi, mais qui placés dans des cadres prennent une dimension sacrée que la dédicace et les signatures de Marchand, de Bertrand ou de Las Cases viennent accentuer.

Le reliquaire de Marchand, objet assez luxueux offert à M. et Mme Edouard Desmazières le 7 décembre 1845, porte au verso une longue inscription manuscrite certifiant l’authenticité de tous les objets. Il contient entre autres une vis et des morceaux de bois du cercueil de Sainte-Hélène, une plaque de la Légion d’honneur portée par Napoléon durant sa captivité, des médaillons avec des fragments de la capote grise de l’Empereur, de sa veste en casimir blanc et du manteau qu’il portait comme Premier consul à la bataille de Marengo.

La dédicace du second surmonte une gravure représentant Napoléon tel qu’il apparut à l’ouverture de son tombeau le 14 octobre 1840. Signé par Las Cases, le texte explique que les objets ont été recueillis le 15 octobre 1840 et que ce reliquaire fut offert à la loge maçonnique des Admirateurs de l’Univers. Il semble en effet, comme le montrent également de très nombreuses gravures, que la franc-maçonnerie ait joué un très grand rôle dans la diffusion de la religion du grand homme. L’apothéose de Napoléon est souvent représentée entre des colonnes, Booz et Jakin, symboles maçonniques, sous l’œil vigilant du Grand Architecte de l’Univers, dont Napoléon aurait été le bras armé dans sa course au bonheur humain.

Le troisième reliquaire est dédié « A Madame Bartholone » par le général Bertrand, qui a signé d’une main tremblante de vieillard. Il contient du ciment ayant scellé la dalle du tombeau de Sainte-Hélène, du bois d’acajou du quatrième cercueil, de la terre et une fleur prises sur la tombe ainsi qu’une note de la main de l’Empereur.
Interprétation
De nos jours, ces reliquaires ont pris place dans les musées, reléguant ainsi le culte napoléonien au rang d’objet d’étude historique et sociale. Sacralisés si l’on veut par leur entrée au musée, ils sont cependant tombés au rang de souvenirs et ont perdu tout aspect religieux. Ils ne valent plus que par l’interprétation que le musée peut en donner, et le public se trouve fort étonné lorsqu’on lui fait découvrir le culte du héros.
Bibliographie
Louis BERGERON L’Episode napoléonien.
Aspects intérieurs.
1799-1815
Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1972.
Roger DUFRAISSE et Michel KERAUTRET La France napoléonienne.
Aspects extérieurs
Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1999.
Jacques GODECHOT Napoléon, le mémorial des siècles Paris, Albin Michel, 1969.
Natalie PETITEAU Napoléon, de la mythologie à l’histoire Paris, Seuil, 1999.
Jean TULARD (dir.) Dictionnaire Napoléon Paris, Fayard, 1987.
Jean TULARD « Le retour des cendres » in Pierre NORA (sous la direction de) Les Lieux de mémoire tome II « La nation », Paris, Gallimard, 1988, rééd.coll.
« Quarto », 1997.
Pour citer cet article
Jérémie BENOÎT, « Les Reliquaires de Napoléon », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 30 Septembre 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/reliquaires-napoleon?i=448&d=21&c=legende%20napoleonienne
Commentaires
Ajouter un commentaire
glouglou le 21/12/2011 à 05:12:47
De mon père je détiens un souvenirs de Sainte Helene présentés
dans une boite en bois avec une étiquette manuscrite "fragments du cercueil de Napoléon 1840-1841"4fragments avec des etiquettes manuscrites à l'encre:un morceau de bois du cerceuil,une pierre de basalte formant les dalles du sarcophage contenant les 4 cercueils Cet ensemble est accompagné d'un billet autographe signé par Mr Brulé à Paris en date du 7 Novembre 1841 le tout donné par Mr Gérard attaché à Mr le Barron de Lascases député,menbre officiel de la commission de Ste Hélene

Découvrez aussi