Le renouveau médiéval

Partager sur:

Contexte historique

Conscience nationale et guerres antinapoléoniennes

Dans une Allemagne dépourvue d’unité politique mais unie dans sa volonté de se soustraire à la domination napoléonienne, la bataille de Leipzig (18 octobre 1813) marque le point culminant de ce que l’historiographie allemande nomme les guerres de libération (« Befreiungskriege ») antinapoléoniennes. Menées de 1813 à 1815 par les troupes coalisées de l’Autriche, de la Prusse, de la Russie et de la Suède, elles suscitent dans l’ensemble du territoire germanique une mobilisation de grande envergure qui débouche sur la double occupation de Paris en 1814 et 1815. Pendant quelques mois, les milieux militaires, politiques, littéraires et intellectuels allemands forment une alliance tacite, scellée par une fièvre patriotique où l’on diagnostique communément l’éveil du « sentiment national ». Phénomène inédit par son ampleur, mélange de dévotion religieuse, artistique et politique, le patriotisme de ces années s’appuie sur quelques grands motifs idéalisés : la langue allemande, dont toute une génération s’efforce de saisir l’origine (que l’on pense aux recueils de contes populaires des frères Grimm, parus en 1812 et 1815) ; l’art médiéval (ou style gothique), qui s’impose comme lieu privilégié de projections identitaires et politiques.

Analyse des images

Après la tourmente

Dans un paysage fictif, sous un sombre ciel d’orage, se dresse, lumineuse et fière, la façade occidentale d’une cathédrale gothique. On pense à Strasbourg, Reims ou Cologne. La tour gauche n’est pas achevée. Un échafaudage la surmonte, sur lequel flotte un drapeau blanc orné de l’aigle impériale. L’orage semble être passé depuis quelques instants, les nuages laissent paraître ici et là le bleu du ciel. Sur la gauche, à mi-hauteur du tableau, se dresse un château fort. En contrebas à droite, une ville médiévale où sinue un cours d’eau enjambé d’un pont baigne dans une lumière neuve. Dans ce paysage qu’un arc-en-ciel traverse de part en part, Schinkel met en scène le retour d’un prince et de son armée. Le peuple accourt pour acclamer le souverain victorieux et sa suite – allusion à peine cachée au retour de Frédéric-Guillaume III de Prusse à l’issue des guerres antinapoléoniennes.

Interprétation

Gothique et renouveau politique

En 1815, la mise en scène d’une cathédrale gothique n’est pas dépourvue d’implications politiques. « C’est de l’architecture allemande, c’est notre architecture », avait affirmé Goethe en parlant de la cathédrale de Strasbourg dès 1772, contribuant ainsi à asseoir la thèse (rejetée depuis) d’une spécificité germanique du style gothique. C’est aussi pendant les guerres antinapoléoniennes que naquit outre-Rhin le projet patriotique et national d’achever la construction de la cathédrale de Cologne, interrompue vers 1510, projet étroitement lié au souvenir des villes impériales dans le Saint Empire romain germanique et aux aspirations à l’unité de la nation allemande au début du XIXe siècle. Chez Schinkel, et c’est moins paradoxal qu’il n’y paraît, la dimension patriotique de ce recours à des formes et à des contenus empruntés au monde médiéval trouve une expression complémentaire dans l’évocation de la Grèce antique. Sa Ville médiévale au bord d’un fleuve avait été conçue en 1815 comme pendant à un tableau intitulé Ville grecque au bord de la mer : la Grèce antique et la ville médiévale comprises comme deux idéaux d’organisation politique et sociale.

Bibliographie

Helmut BÖRSCH-SUPAN, Bild-Erfindungen. Karl Friedrich Schinkel Lebenswerk, t. XX, Munich-Berlin, Deutscher Kunstverlag, 2007.
Carl Gustav CARUS, De la peinture du paysage dans l'Allemagne romantique, Editions Klincksieck, Paris, 2003.
Pierre WAT, Naissance de l’art romantique : peinture et théorie de l’imitation, Flammarion, Paris, 1998.

Pour citer cet article
Bénédicte SAVOY, « Le renouveau médiéval », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 31 Août 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/renouveau-medieval?i=934&d=1&c=Arts%20decoratifs
Commentaires
Ajouter un commentaire
Bella le 01/06/2011 à 05:06:05
Je trouve que ce site détaille bien, car il m'as permi de faire un devoir. Il manque quelques informations comme la mise en relation avec d'autres oeuvres, l'intention de l'artiste, le commanditaire et le destiataire sinon je le recommande.

Découvrez aussi