Soldats de la Première République

Date de publication : Mars 2012

Partager sur:

Contexte historique
Raffet est surtout connu comme lithographe et reconnu comme l’illustrateur fondateur de la légende napoléonienne. Attentif aux petits faits qui donnent sa pertinence à l’histoire, il réalise des croquis partout où il passe. En 1832, il connaîtra la réalité du feu au siège d’Anvers. La guerre moderne, guerre de siège, retient toute son attention. Il publiera notamment des albums sur les expéditions dirigées par le comte Demidov, qu’il accompagna dans les principautés danubiennes, en Crimée et sur les côtes d’Espagne (1837 et 1849). Il se fera l’historiographe du siège de Rome, pendant la campagne d’Italie de 1859.
Analyse des images
L’homme représenté est barbu, coiffé d’un bicorne noir à plumet rouge retombant. Il porte un habit gris foncé à revers rouges, une culotte et des guêtres et un gilet blancs.

À gauche, le soldat est vu de face, la jambe gauche en avant. Il tient son fusil devant lui par le canon et semble l’armer de la main droite.

À droite, le soldat est vu de trois quarts, la jambe droite en avant. Il appuie son fusil au sol et le tient de la main gauche par le canon à baïonnette. Sur le dos, il porte un paquetage jaune.

Ce style rapide et précis montre bien que Raffet se concentre sur le simple soldat qu’il va représenter avec la plus grande fidélité historique possible. À partir de 1827, il publiera chaque année un album de lithographies dédié aux soldats de la République et de l’Empire. Dans de savantes compositions, il saura évoquer les batailles mouvementées aussi bien que les parades de bataillons. L’image est toujours des plus évocatrices.
Interprétation
Même si Raffet n’a pu voir ni la Révolution ni les guerres de l’Empire, son sens de l’observation et son goût du détail donnent à sa production un réel pouvoir d'évocation. Ses croquis évoquent la nostalgie d’un temps héroïque, la gloire des soldats au sein des troupes conquérantes de la France révolutionnaire puis impériale. L’armement et l’uniforme du soldat-citoyen sont très fidèlement reproduits. Comme sous l’Ancien Régime, certains vieux soldats portent les cheveux longs, resserrés sur la nuque par un catogan. Faute d’avoir été sur place, Raffet a interrogé les témoins et les protagonistes de l’action. Ses dessins bondés d’annotations et de croquis, ses notes, rendent compte de son souci d’exactitude.
Bibliographie
BERTAUD Jean-Paul, Atlas de la Révolution française, tome III « L’armée et la guerre », Paris, Editions de l’EHESS, 1989.
BERTAUD Jean-Paul, Les Soldats-citoyens et la Révolution française, Paris, Robert Laffont, 1979.
FURET François et OZOUF Mona, Dictionnaire critique de la Révolution française (article « Armée »), Paris, Flammarion, 1988.
La Révolution française et l’Europe 1789-1799, catalogue de l’exposition, Paris, RMN, 1989.
Pour citer cet article
Nathalie de LA PERRIÈRE-ALFSEN, « Soldats de la Première République », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 25 Août 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/soldats-premiere-republique?i=1223
Commentaires

Albums liés