Alsace, année zéro

Date de publication : mars 2016

Partager sur:

Contexte historique

L’une des images de la « libération » de l’Alsace

À partir de 1944, la reconquête et la libération du territoire français s’accompagnent de la production et de l’émission d’un grand nombre d’images des combats et des succès alliés. Réalisés par des particuliers présents sur place, par des journalistes accompagnant les troupes ou encore directement par des militaires, les clichés et les films immortalisent des scènes de toute nature, qui peuvent concerner les soldats, les paysages (ruraux ou urbains), mais également les civils. Autant d’images, souvent fortes, qui, à l’instar d’Enfants français jouant avec des armes laissées par l’armée allemande lors de sa retraite, montrent un monde en plein bouleversement et ancrent les représentations de ce grand moment historique dans les consciences des contemporains.

Prise à Oberhoffen, en Alsace du Nord, juste après les très rudes combats qui ont vu les troupes américaines reprendre le bourg le 9 décembre 1944, cette photographie saisit ainsi presque sur le vif une image de la « suite » immédiate de ces opérations militaires qui ont entraîné la retraite de l’armée nazie.

Si l’auteur de cette photographie reste inconnu, de même que la nature, la diffusion du cliché et l’écho qu’il a pu rencontrer, elle possède en tout cas une valeur esthétique et symbolique indéniable venant étoffer singulièrement sa première fonction d’image témoin.

Analyse des images

Une scène de chaos

Cette photographie montre une scène bien réelle, captée dans le concret de l’instant, mais avec un sens de la dramaturgie et un parti pris esthétique significatifs.

Accroupis au centre de l’image, un jeune garçon et une jeune fille blonds, vêtus d’habits assez sales, comme le sont leurs visages, « jouent » avec les quelques armes, casques et munitions abandonnés, ici réunis en un tas désordonné.

Pour plus de proximité et d’implication du spectateur, la photographie est prise à hauteur des deux personnages, livrés à eux-mêmes dans ce paysage de guerre et de chaos. La jeunesse, la blondeur, l’innocence et l’insouciance de ces deux enfants ainsi que la douceur de leur attitude contrastent de manière saisissante avec le cadre dans lequel cette action improbable se déroule, soulignant encore la force de cette représentation.

En effet, tout est ruines, dans cet espace clos et oppressant bordé par le mur partiellement détruit d’un bâtiment à l’arrière-plan. Ici, dans cette cour jonchée de gravats comme d’objets du quotidien qui n’en sont plus (la brouette au centre, les masses de bois sur la gauche) et où les deux seules « ouvertures » (porte et fenêtre donnant à l’intérieur de l’habitation) ne montrent qu’un espace sombre évoquant le néant et la destruction, l’attention se porte naturellement sur ces deux jeunes êtres laissés seuls, sans adultes.

Interprétation

Un monde à reconstruire

Lancée en novembre 1944, la première libération de l’Alsace – celle-ci n’étant totalement effective qu’en mars 1945, après un repli allié et une contre-attaque allemande – fut difficile. Si Strasbourg est reprise dans un premier temps le 23 novembre, la partie septentrionale de l’Alsace est la dernière à être reconquise, avec de grandes difficultés liées à la topographie, au climat et à la détermination des troupes nazies. Celles-ci sont en effet prêtes à défendre avec ardeur la première région « allemande » (l’Alsace étant intégrée au Reich) en jeu sur le front ouest. Ainsi, à Oberhoffen, la présence d’un camp militaire a encore compliqué les opérations et durci les affrontements, ce que montre sans équivoque le paysage désolé de la photographie. Un paysage de défaite (ou de victoire) aussi, laissé comme tel par d’anciens dominants dont les armes n’ont plus le même usage.

Dans l’après-combat presque immédiat, les deux enfants sont livrés à eux-mêmes sans surveillance ni protection, signe que le temps et les normes sont ici comme suspendus. Le chaos est palpable, total, oppressant. Il suggère une année zéro, un moment presque irréel où tout est à recommencer, à rétablir. Cette image ose ainsi la représentation peu commune d’un aspect particulier de la Libération et se distingue des images de liesse ou de victoire en marche plus abordables pour le spectateur.

À la faveur du parti pris esthétique et symbolique choisi par le photographe, on peut ainsi évoquer la difficile reconstruction d’un monde habitable (sur les plans matériel et spirituel). Plongés dans une situation improbable, les deux enfants du cliché suggèrent tout autant la jeunesse, le début, l’innocence, le danger ou encore le traumatisme, devenant malgré eux des métaphores des enjeux et des problématiques liés à l’immédiat l’après-guerre.

Bibliographie

ABDELOUAHAB Farid, L’Année de la liberté (juin 1944 – juin 1945), Paris, Acropole, 2004.

AZÉMA Jean-Pierre, Nouvelle histoire de la France contemporaine. XIV : De Munich à la Libération (1938-1944), Paris, Le Seuil, coll. « Points : histoire » (no 114), 1979.

DE GAULLE Charles, Mémoires de guerre. III : Le salut (1944-1946), Paris, Plon, 1959.

RIEDWEG Eugène, La Libération de l’Alsace (septembre 1944 – mars 1945), Paris, Tallandier, coll. « L’Histoire en batailles », 2014.

Pour citer cet article
Alexandre SUMPF, « Alsace, année zéro », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 15 décembre 2018. URL : http://www.histoire-image.org/fr/etudes/alsace-annee-zero
Commentaires
 Le drapeau nazi flotte sur l'Arc de Triomphe. 1940 Bayerische Staatsgemäldesammlungen: Neue Pinakothek