• Bouteille et verre.
    Bouteille et verre.

    Jean-Paul LAURENS (1838 - 1921)

  • Violon et pipe.
    Violon et pipe.

    Georges BRAQUE (1882 - 1963)

  • Verre et paquet de tabac.
    Verre et paquet de tabac.

    Juan GRIS (1887 - 1927)

  • Le petit déjeuner.
    Le petit déjeuner.

    Juan GRIS (1887 - 1927)

Le cubisme, un art du quotidien

Date de publication : juin 2007

Partager sur:

Contexte historique

La vie à Montmartre

Le terme de « cubisme », qui se généralise en 1909, désigne surtout les qualités stylistiques des œuvres issues de ce courant artistique : les figures simplifiées s’apparentent à des formes géométriques. Il est né sous la plume du critique d’art Louis Vauxcelles qui, à propos des toiles exposées par Georges Braque à la galerie Kahnweiler en novembre 1908, écrivit qu’il « réduit tout à des cubes ». Cependant, au-delà de cette caractéristique formelle, le mouvement initié par Braque et Picasso proposait également une iconographie particulière s’imprégnant de leur quotidien à Montmartre.Braque, Picasso, Gris et Laurens, les quatre cubistes majeurs, habitaient un quartier à l’ambiance rurale et populaire distincte des autres arrondissements parisiens. La butte Montmartre, à l’exception du complexe du Sacré-Cœur, n’avait pas été remaniée par les travaux urbanistiques de la seconde moitié du XIXe siècle ; elle conservait une sociabilité et un aspect provinciaux avec ses rues sans pavés, ses champs, ses moulins, ses petites places, ses maisons modestes et ses cafés.En rupture avec la culture bourgeoise, les jeunes artistes de la bohème montmartroise menait là une vie plus ou moins mouvementée, mais dans tous les cas simple, si ce n’est pauvre, la plupart ne pouvant subvenir à leurs besoins avec leur art. Si la situation de Braque, Picasso, Gris et Laurens commença à s’améliorer grâce au patronage de Daniel-Henry Kahnweiler, nouveau marchand qui leur garantissait un minimum de revenus, leurs conditions de vie restaient modestes : bien peu d’acheteurs s’intéressaient à une peinture aussi novatrice.Reflet exact de cette réalité, certaines des natures mortes de Braque, Picasso, Gris et Laurens évoquent leur environnement et leurs occupations quotidiennes.

 

Analyse des images

Interprétation

Bibliographie

Pierre DAIX, Journal du cubisme, Paris-Genève, Skira, 1982.Daniel-Henry KAHNWEILER, Confessions esthétiques, Paris, Gallimard, 1963 [recueil de textes inédits ou parus entre 1919 et 1955].William RUBIN (dir.), Picasso et Braque, l’invention du cubisme, Paris, Flammarion, 1990 [catalogue de l’exposition Picasso and Braque: Pioneering Cubism, New York, Museum of Modern Art, 24 septembre 1989-16 janvier 1990].

Pour citer cet article
Claire LE THOMAS, « Le cubisme, un art du quotidien », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 23 mars 2019. URL : http://www.histoire-image.org/fr/etudes/cubisme-art-quotidien
Commentaires

Découvrez aussi

Eugène Atget et le pittoresque montmartrois