Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

La Normandie (14 études)

Projet d’un port militaire à Etretat.
Projet d’un port militaire à Etretat.
LAPEYRE

Avec enregistrements sonores (15 études)

Lettre autographe signée d'Armand Barbès à Emmanuel Arago, avocat, depuis la prison du Mont-saint-Michel.
Lettre autographe signée d'Armand Barbès à Emmanuel Arago, avocat, depuis la prison du Mont-saint-Michel.

Découvrez aussi

Le chômage à Paris et à Lyon en 1831

Peuple affranchi dont le bonheur commence...
Peuple affranchi dont le bonheur commence...
Charles Joseph TRAVIES DE VILLERS

Un “ canard ” républicain (1833)

Départ d’un républicain pour la prison du Mont-Saint-Michel.
Départ d’un républicain pour la prison du Mont-Saint-Michel.

Armes du peuple, armes du juste milieu

Armes du peuple, armes du juste milieu.
Armes du peuple, armes du juste milieu.
Charles PHILIPON

La restauration du Mont-Saint-Michel

Plan général du Mont-Saint-Michel.
Plan général du Mont-Saint-Michel.
Édouard CORROYER

L'interrogatoire du prisonnier

L'interrogatoire du prisonnier.
L'interrogatoire du prisonnier.
Édouard VUILLARD

L'ère des barricades, 1827-1851

Combat dans la rue Saint-Antoine, 28 juillet 1830.
Combat dans la rue Saint-Antoine, 28 juillet 1830.

Léon Gambetta

Léon Gambetta.
Léon Gambetta.
Alphonse LEGROS

Armand Barbès prisonnier au Mont-Saint-Michel (1839-1843)

Lettre autographe signée d'Armand Barbès à Emmanuel Arago, avocat, depuis la prison du Mont-saint-Michel. Lettre autographe signée d'Armand Barbès à Emmanuel Arago, avocat, depuis la prison du Mont-saint-Michel.
Reproduction non disponible Portrait de Barbès en prison.
Charles Joseph TRAVIES DE VILLERS.
Reproduction non disponible Tête de pipe à l'effigie d'Armand Barbès.
ANONYME.
Reproduction non disponible Tête de pipe à l'effigie d'Emmanuel Arago.
ANONYME.
commentaires 0 commentaire commentaires
Lettre autographe signée d'Armand Barbès à Emmanuel Arago, avocat, depuis la prison du Mont-saint-Michel.

© Archives départementales de la Manche

Agrandissement - Zoom
»

Titre : Lettre autographe signée d'Armand Barbès à Emmanuel Arago, avocat, depuis la prison du Mont-saint-Michel.

Transcription

Date de création : 1842
Date représentée : 1 erdécembre 1842
Lieu de Conservation : Archives départementales de la Manche (Saint-Lô) ; site web
Contact copyright : B. P. 540
103, rue du Maréchal-Juin
50010 Saint-Lô Cedex
Tél. : 33 (0)2 33 57 15 17 / Télécopie : 33 (0)2 33 57 04 86
Référence de l'image : AD Manche 2J 515

Reproduction non disponible

© Photothèque des Musées de la Ville de Paris - Cliché Habouzit

« »

Titre : Portrait de Barbès en prison.

Auteur : Charles Joseph TRAVIES DE VILLERS (1804-1859)
Date de création : 1835
Date représentée : 1835
Technique et autres indications : Dessin à la pierre noire
Lieu de Conservation : Musée Carnavalet (Paris) ; site web
Contact copyright : Violette Andres, Tél : 01.44.78.81.50 / Fax : 01.42.72.69.15, 18 rue du petit musc, 75004 Paris, Email : phototheque.musee@paris.fr
Référence de l'image : 87 CAR 5646 A / Inv.n0 D2446 E.7618

Reproduction non disponible

© Photothèque des Musées de la Ville de Paris - Cliché Ladet

« »

Titre : Tête de pipe à l'effigie d'Armand Barbès.

Auteur : ANONYME
Lieu de Conservation : Musée Carnavalet (Paris) ; site web
Contact copyright : Violette Andres, Tél : 01.44.78.81.50 / Fax : 01.42.72.69.15, 18 rue du petit musc, 75004 Paris, Email : phototheque.musees@paris.fr ; site web
Référence de l'image : 98 CAR 0548 A / Inv, n°0.P.236

Reproduction non disponible

© Photothèque des Musées de la Ville de Paris - Cliché Ladet

«

Titre : Tête de pipe à l'effigie d'Emmanuel Arago.

Auteur : ANONYME
Lieu de Conservation : Musée Carnavalet (Paris) ; site web
Contact copyright : Violette Andres, Tél : 01.44.78.81.50 / Fax : 01.42.72.69.15, 18 rue du petit musc, 75004 Paris, Email : phototheque.musees@paris.fr ; site web
Référence de l'image : 98 CAR 0550 A / Inv, n°0.P.138

  Contexte historique

L’isolement cellulaire

Face aux attentats incessants et aux émeutes à répétition, les gouvernants conservateurs de la fin des années 1830 veulent mettre un terme au régime pénitentiaire spécial élaboré par Adolphe Thiers. Les quartiers de condamnés politiques apparaissent suspects car commodes pour fomenter des complots. L’« isolement continu » des condamnés dans des cellules séparées s’impose.

La monarchie de Juillet expédie loin de Paris, sur l’îlot entouré de murailles du Mont-Saint-Michel, les opposants les plus dangereux : meneurs républicains, détenteurs de poudre et de munitions soupçonnés de préparer des « machines infernales » ou des tentatives de régicide et condamnés à mort graciés. Au total, trente-huit détenus entre 1838 et 1844, travailleurs manuels de la capitale pour la plupart et âgés en moyenne de 27 ans et demi. En plaçant les détenus dans le silence et l’isolement et en brisant les tempéraments les mieux trempés, la prison parviendra-t-elle à maîtriser la menace révolutionnaire politique et sociale ?

Armand Barbès [1], condamné à mort en 1839 pour tentative d’insurrection et amnistié par Louis-Philippe, est envoyé au Mont-Saint-Michel le 17 juillet 1839 avec trois autres condamnés dont Martin-Bernard, qui laissera un récit détaillé de son séjour. Blanqui et cinq autres insurgés les rejoignent le 6 février 1840.

Les détenus luttent dès leur arrivée contre les rigueurs de l’isolement cellulaire, se parlant par les croisées, les conduits de cheminée et à travers les parois et contactant aussi les habitants du Mont. Barbès, Martin-Bernard et Delsade réussissent à ouvrir les portes de leurs chambres pour se réunir. Découverts en avril 1841, ils sont sanctionnés par un premier emprisonnement dans les loges du Mont. L’administration fait alors équiper leurs cellules du Petit et du Grand Exil de doubles grilles, pour empêcher les prisonniers de s’approcher des croisées. Dans la nuit du 10 au 11 février 1842, Barbès, Blanqui et quelques autres tentent de s’évader, par temps de brouillard, à l’aide d’une corde de draps noués. Barbès descend le premier mais se blesse en tombant et fait échouer la tentative. Tous sont à nouveau enfermés dans les loges où Barbès contracte cette fois la phtisie. Toute la presse d’opposition condamne le régime cellulaire et les doubles grilles.

  Analyse des images

Lettre d’Armand Barbès à Emmanuel Arago (1er décembre 1842)

Barbès adresse cette missive chaleureuse à l’avocat qui, après l’insurrection manquée de 1839, a eu l’audace d’assurer la cause perdue de sa défense : Emmanuel Arago (1812-1896), fils du célèbre physicien et astronome. Son écriture anglaise, assez fréquente au XIXe siècle, mais originale par ses hautes lettres régulières très bien tracées, révèle sa personnalité forte, ouverte, portée vers les autres et particulièrement assurée.

Barbès évoque avec sobriété les souffrances de l’incarcération et de la phtisie laryngée qu’il a contractée en 1842 lors de son séjour dans « ces abominables loges » : des cellules aménagées dans les combles de la galerie nord du cloître où les prisonniers devaient, selon les saisons, endurer le froid humide et glacial ou la chaleur torride. Tout au plus avoue-t-il sa préférence pour la camisole de force ou même le bourreau (M. Samson) à cette maladie insidieuse qui consume ses forces. Son épuisement physique et moral s’exprime dans ce « nous mourons en détail » (peu à peu, à petit feu), formule publiée par le journal L’Atelier, organe des intérêts moraux et matériels des ouvriers de novembre 1841 et qui avait fait grand bruit : [le pouvoir] « a fait grâce de la vie à Barbès, mais ça a été pour essayer de le tuer en détail ».

Comme paraissent lointaines au prisonnier la grande ville et « la lutte de la démocratie contre la bourgeoisie » ! L’infâme reprend le cri de ralliement lancé par Voltaire contre la superstition, le fanatisme et l’intolérance. Barbès évoque des amis dont le publiciste et philosophe Pierre Leroux, adepte du saint-simonisme et ami de George Sand, comme Arago et lui-même. Il donne des nouvelles de ses compagnons incarcérés, Hubert Louis et Martin-Bernard, mais ne mentionne pas Blanqui avec qui il est brouillé depuis l’émeute du 12 mai 1839.

Ce ton mesuré témoigne de la bravoure exceptionnelle du « Bayard de la Démocratie » qui vient de vivre trois ans et demi de très dur emprisonnement. Révolutionnaire sans véritable projet, Barbès a laissé peu d’écrits politiques, mais son abondante correspondance, souvent diffusée par les comités républicains, a fait de lui un personnage très populaire pendant plusieurs décennies. Son aura ne s’effacera qu’à la fin du siècle, devant le socialisme montant.

Le 26 janvier 1843, moins de deux mois après cette lettre, son état ayant empiré, Barbès est transféré à la maison centrale de Nîmes.

Portrait de Barbès jeune

On ne possède pas de portrait de Barbès au Mont mais un dessin antérieur fait à la pierre noire par le caricaturiste Traviès, pendant son incarcération à Paris en 1835. Il le montre avec des cheveux encore longs et une silhouette que les privations n’ont pas encore amincie. La sombre atmosphère de l’œuvre où seul le visage est éclairé souligne le sort indigne fait au prisonnier et lui confère déjà une aura mélancolique.

Deux têtes de pipes courtes

Ces têtes de pipe dont le fourneau reproduit les têtes d’hommes politiques alors bien connus sont très en vogue au milieu du XIXe siècle. Très ressemblants, le visage d’Armand Barbès, tel qu’il apparaît après son incarcération au Mont, et celui d’Emmanuel Arago montrent la place des deux personnages dans la ferveur populaire… au point que ces têtes de pipe feront partie des objets compromettants après le coup d’État de Napoléon III (1851) !

  Interprétation

L’échec du régime cellulaire

Les luttes des prisonniers firent une très mauvaise publicité au régime de séparation au sein de la centrale. L’isolement cellulaire fut abandonné au Mont, et le gouvernement préféra fermer le quartier politique.

Les avancées libérales du début du règne avaient été remises en cause, mais dix années de luttes périlleuses des prisonniers politiques que rien n’était parvenu à briser contribuèrent au maintien final des régimes politiques de détention.

L’échec de la mise en place de l’utopie cellulaire entre 1839 et 1847 eut aussi pour conséquence de faire triompher les solutions de déportation. À partir de la décennie suivante, les déportations de masse, en Algérie, puis en Guyane et en Nouvelle-Calédonie, se substituèrent à l’emprisonnement politique.

Auteur : Luce-Marie ALBIGÈS


Notes

Barbès , né en Guadeloupe passe une partie de son enfance à Carcassonne et de son adolescence au Collège de Sorèze (Tarn) et hérite jeune de son père une confortable fortune. Après1830, il devient un militant actif de la Société des droits de l'Homme, ce qui lui vaut plusieurs emprisonnements à Paris. Il fonde avec Blanqui la Société secrète des familles puis, en 1838, la Société des Saisons dont l'action la plus marquante est l'insurrection manquée du 12 mai 1839.


Transcription - Lettre autographe signée d'Armand Barbès à Emmanuel Arago, avocat, depuis la prison du Mont-saint-Michel.

Lettre d'Armand Barbès à Emmanuel Arago

Mont-saint-Michel, 1er décembre [1842]

Ce ne sera pas sans quelque intérêt, n'est-ce pas, mon cher Emmanuel, que vous recevrez le bonjour et des nouvelles de votre ancien ami et client du Mont-saint-Michel. Hélas ! Depuis que nous ne nous sommes vus, les choses ont un peu mal tourné pour moi, et je m'en vais, me dépouillant de plus en plus de ce que, pour me servir du langage de Lamennais, je nommerai ma limite, ce qui ne veut pas dire pourtant que j'en devienne davantage pur esprit. C'est à une phtisie laryngée que j'ai affaire, contractée pendant le mois de mai dernier dans ces abominables loges du Mont-saint-Michel ; elle y a continué sa marche, en dépit de mon tempérament qui se raidissait contre, par l'aide de l'emprisonnement et de tant d'autres coups que cette privation de la liberté engendre comme une mère féconde. En réchapperai-je ? La chose paraît douteuse, et j'aimerais mieux, vous pouvez m'en croire, me retrouver, une fois encore, avec la camisole de force sur le dos comme vous m'avez vu un jour, avec la perspective d'une visite prochaine de Mr Samson, que de me sentir ainsi lentement consumé par un mal qui n'a pas même la générosité d'accorder le bénéfice du combat que, dans la crise d'une maladie aiguë, la nature livre contre la mort.

Pendant qu'ainsi nous mourons en détail dans nos cachots, comment vous arrangez-vous là-bas ? Que fait-on ? Que dit-on ? Combien il me semble que je serais dépaysé et rococo, si je tombais tout à coup au milieu des idées et de l'atmosphère vivante de la grande ville ! Où en est la lutte de la démocratie contre la bourgeoisie ? Songe-t-on toujours à détruire l'infâme, ou bien lassés mais non découragés, prenez-vous le parti d'attendre des temps meilleurs ? Les pensées, les doctrines sérieuses font du moins des progrès, je suppose, car une lumière comme celle qui, parmi les hommes, porte le nom de Pierre Leroux, par exemple, ne peut pas, quoi qu'on fasse, être mise sous le boisseau. Combien, si je dois mourir dans ma cellule, ne regretterai-je point de n'avoir pu le voir une fois encore, lui serrer la main et le remercier de m'avoir si souvent fait oublier et la prison, et même la phtisie ? Transmettez-lui, je vous en prie, à l'occasion une bien cordiale salutation de ma part. Mes amitiés, s'il vous plaît aussi, à Etienne, à Beaune, à tant d'autres que je ne vous nomme point.

J'avais oublié de vous dire que je ne suis pas le seul malade de vos amis et connaissances d'ici. Hubert Louis, si robuste et si fort, comme vous savez, ne va pas bien non plus. Il a vomi et vomit, je crois encore, du sang. Martin Bernard est plus heureux, il a été jusqu'ici épargné, il y a chez lui un organisme aussi bien trempé que le sont l'âme et le caractère. Il se joint à moi pour vous serrer cordialement les mains

Barbès


AD. Manche 2 J 515


Bibliographie

  • Catalogue de l’exposition Armand Barbès et la Révolution de 1848, Carcassonne, Musée des Beaux-Arts de Carcassonne-Archives départementales de l’Aude, 1998.
  • MARTIN-BERNARD, Dix ans de prison au Mont-Saint-Michel et à la citadelle de Doullens, 1839 à 1848, Paris, 1861.
  • Jean-Claude VIMONT, La Prison politique en France. Genèse d’un mode d’incarcération spécifique (XVIIIe-XXe siècles), Paris, Anthropos, 1993.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page