• "C'est avec 76.900 hommes que la France..."

    B. MILLERET

  • Exposition coloniale internationale. Paris 1931. Le tour du monde en un jour.

    DESMEURES

  • Une soudanaise assise entourée par des visiteurs.

    BLANCHET

La propagande coloniale dans les années 1930

Date de publication : Avril 2008

Docteur en Histoire de l'art

Partager sur:

Contexte historique
1931, l’aboutissement d’un projet grandiose

La tradition des expositions coloniales s’enracine dans la première moitié du XIXe siècle. Inclus dans les expositions universelles depuis 1855, les produits et les richesses des colonies ont également fait l’objet de manifestations particulières de nature propagandiste. Paris entretint sur ce point une rivalité avec Marseille, pionnière dans ce type d’expositions à partir de 1906. Depuis 1910, Paris avait voulu accueillir à son tour une grande manifestation coloniale. Décalée dans le temps par les aléas de l’Histoire, le projet ne fut concrétisé qu’en 1931, neuf années après la tenue d’une nouvelle manifestation nationale coloniale dans la ville de Marseille et un an après les commémorations du centenaire de l’Algérie française. Contrairement au protocole habituel, l’organisation de l’Exposition coloniale internationale et des pays d’Outre-Mer de 1931 ne fut pas confiée à un responsable administratif mais à un haut personnage de l’histoire de la colonisation française, le maréchal de France Hubert Lyautey, officier pendant les guerres coloniales puis ministre de la Guerre au cours de la Première Guerre Mondiale. Destinée à mobiliser l’opinion publique, elle fut inaugurée le 6 mai et se prolongea jusqu’au mois de novembre. D’envergure internationale, l’Exposition réunit les plus grandes puissances coloniales européennes, à l’exception notable de l’Angleterre qui représentait pourtant le premier des Empires coloniaux. Ce pays, déjà engagé de coûteux projets d’expositions de propagande, avait renoncé à y figurer pour des questions budgétaires. L’Allemagne était également absente, en vertu de sa déchéance des territoires d’Outre-Mer par le Traité de Versailles. La manifestation, qui accueillit 8 millions de visiteurs effectifs, se solda par un important bénéfice économique.
Analyse des images
La Plus grande France

« Le but essentiel de l’Exposition est de donner aux Français conscience de leur Empire ». Les propos du Ministre des Colonies, Paul Reynaud, révélaient clairement le but propagandiste de l’Exposition coloniale de 1931. Elle était vouée à démontrer l’immense potentialité économique de l’empire colonial et à célébrer la grandeur de la « Plus grande France » au travers d’un gigantesque évènement populaire. Le premier document, qui s’apparente à une peinture de propagande coloniale, illustre parfaitement cette volonté de séduire les métropolitains et de les rassurer sur les vertus supposées du colonialisme. Afin de convaincre les visiteurs, l’affiche de l’Exposition coloniale de 1931 leur promettait d’effectuer un Tour du Monde en une-demi journée. L’illustration comporte la représentation de différents types de population, censée résumer la variété des races et des cultures du monde colonial. Tout au long de la manifestation, qui dura plus de six mois, l’esprit de la propagande coloniale avait été entretenu par l’organisation de plus de deux cents congrès. La plupart d’entre eux portaient sur la valorisation de l’enseignement des futurs agents coloniaux, en promouvant notamment l’étude des langues indigènes. Le dernier document révèle également que l’esprit de la propagande à l’Exposition de 1931 passait par la réception de personnalités étrangères, représentatives du monde des colonies. Cette photographie montre une soudanaise vêtue de ses habits traditionnels, entourée de visiteurs occidentaux. Sa position assise semble révéler de façon tacite la subordination de la race noire à la race blanche, selon les principes fondateurs de la pensée coloniale dont les années de l’entre-deux-guerres représentent l’apogée.
Interprétation
La portée du message colonial

Ouvrage grandiose de la propagande coloniale dans la métropole, l’Exposition de 1931 peut être considérée comme l’un des évènements majeurs de l’entre-deux-guerres qui égala, par son prestige, l’Exposition Universelle de 1900. Véritable mise en scène d’un projet de République coloniale, elle exprime la vision nécessairement ethnocentriste de la colonisation. Au cours des années 1930, qui représentent le sommet de la culture coloniale, cette volonté d’impérialisme faisait l’unanimité politique entre les partis de la droite et de la gauche française. Elle ne rencontra que de faibles forces d’opposition, incarnées notamment par une contre-exposition organisée par la C.G.T et soutenue par les artistes surréalistes en marge de l’Exposition de 1931. Cette grande manifestation populaire d’envergure internationale signa aussi le déclenchement de nouvelles mesures d’emprise sur les territoires d’Outre-mer, sur fond de crise économique européenne. Le Ministère des colonies fut à l’origine de comités de propagande des produits coloniaux. Paradoxalement, ce temps fut aussi celui d’un contrôle plus ferme de l’immigration en métropole. En imposant ses valeurs à l’autre, la France avait prétendu délivrer les territoires soumis de l’esclavage et apporter en retour les bienfaits de la civilisation occidentale. Le propos colonial fut toujours ouvertement de nature nationaliste et la colonisation encensée comme une des valeurs de la République française. A l’issue de cet apogée de l’impérialisme colonial, puis de sa déroute dans les décennies suivantes, l’historiographie contemporaine propose aujourd’hui d’interroger la supposée mission civilisatrice de la France dans ses colonies, d’en souligner les contradictions autant que les effets.
Bibliographie
Charles-Robert AGERON « L’exposition coloniale de 1931 : mythe républicain ou mythe impérial », dans Pierre NORA (dir.), Les Lieux de mémoires, t.
1, La RépubliqueParis, Gallimard, 1984, rééd.Quarto, 1997.
Pour citer cet article
Claire MAINGON, « La propagande coloniale dans les années 1930 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 30 Août 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/propagande-coloniale-annees-1930?i=873&d=1&a=255&id_sel=1583
Commentaires
Ajouter un commentaire
Didi et cloe le 12/11/2013 à 09:11:09
alors sur l'affiche on peut voir différentes nationnalité,une femme noir entourés d'homme blanc, portant tous un chapeau & la moitié fumant un cigarre qui regarde cette femme comme une inconnu.
ines le 03/10/2011 à 10:10:27
Bonjour à Tous,

Si on vous pose comme question, faut -il une politique de mémoire?
Que répondez vous?
Histoire-image le 02/11/2010 à 09:11:25
Mettre en valeur les productions des colonies est une manière de légitimer la colonisation d'un point de vue économique. La colonisation s’inscrit dans une politique de conquête largement acceptée en tant que telle en 1830 mais qui commence à être critiquée dans l’entre-deux-guerres, comme allant à l’encontre des valeurs démocratiques, des droit de l’Homme et du Citoyen et du droit des peuples.

Ainsi, la justification de la colonisation change de terrain et si les colonies sont affichées comme bonnes pour l’économie du pays, s’opposer au colonialisme revient à s’opposer à quelque chose de bon pour l’économie du pays.
niniedu76 le 31/10/2010 à 04:10:40
Pourquoi "les produits et les richesses des colonies ont également fait l’objet de manifestations particulières de nature propagandiste" ?