• Quatre Captifs dits aussi Les Quatre Nations vaincues.

    Martin VAN DEN BOGAERT dit Martin DESJARDINS (1637 - 1694)

  • Quatre Captifs dits aussi Les Quatre Nations vaincues.

    Martin VAN DEN BOGAERT dit Martin DESJARDINS (1637 - 1694)

  • Quatre Captifs dits aussi Les Quatre Nations vaincues.

    Martin VAN DEN BOGAERT dit Martin DESJARDINS (1637 - 1694)

Les Quatre Nations vaincues

Date de publication : Septembre 2015

Partager sur:

Contexte historique

La place des Victoires a une genèse singulière puisqu’elle est voulue par François, vicomte d’Aubusson, duc de la Feuillade (1625-1691), afin de célébrer la fin de la Guerre de Hollande et la victoire de l’armée française grâce au traité de paix de Nimègue (1678). En tant que Maréchal de France, il rend hommage de manière humble et vertueuse à son souverain par un monument démontrant la supériorité écrasante du royaume de France et faisant acte de charité par la création d’une place pour la Ville de Paris. Elle est donc la première place voulue et créée par un particulier afin de célébrer son souverain ; cet exemple fera de nombreuses émules dans les villes françaises les plus importantes du règne de Louis XIV. Inaugurée en 1686, la place royale des Victoires est également une nouveauté urbaine dans le paysage parisien du XVIIe siècle, grâce à la volonté du duc de la faire bien éclairer grâce à quatre imposants pylônes en marbre richement décorés ; Jules Hardouin Mansart prend en charge la création de cet espace au sein duquel trônait un monument de grande importance mettant en exergue la puissance politique, militaire et artistique du roi.

Pour exécuter cette œuvre sculptée, Martin van den Bogaert, dit Martin Desjardins, est choisi. Artiste d’origine néerlandaise admis à l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture (1671), il travaillait déjà à la cour de Versailles et avait exécuté plusieurs pièces pour différents commanditaires. Afin de rendre gloire à Louis XIV, l’artiste réalise une statue pédestre en bronze du roi couronné par la Victoire, sur un piédestal décoré de bas-reliefs et surtout flanqué de quatre figures en bronze de captifs, incarnant les différentes puissances assujetties par l’armée royale. Fondu (pour les bronzes) et détruit à la Révolution, seuls subsistent les Captifs, ainsi que les bas-reliefs et les médaillons ayant orné ce monument.

Analyse des images

Les Quatre Captifs incarnent donc chacun une puissance vaincue par l’armée française. L’Espagne est symbolisée par un éphèbe nu dans le style antique, dont le corps est en action et le regard levé vers le ciel semble encore plein d’espoir. Il est enchaîné et assis sur ses propres armes : un bouclier et un glaive, inspirés de l’antiquité. Toutefois à ses côtés, des enseignes et une lance brisée symbolisent bien sa soumission. L’Empire germanique est représenté sous la figure d’un homme d’âge mûr, barbu, las et courbé sur lui-même, incarnant ainsi l’abattement et la résignation dus à la captivité. La Hollande, incarnée par un homme légèrement barbu, aux cheveux coupés courts et au regard déterminé et farouche, est l’image même de la révolte. Il est non pas assis comme les autres mais avec un genou à terre et les muscles clairement tendus, prêt à se relever et à se défaire des chaînes qui l’entravent. La quatrième figure est le Brandebourg, dont la musculature est cette fois-ci cachée par un habit antique, en référence aux peuples celtes et gaulois. L’homme représenté plus âgé est résigné face à son sort et semble même demander grâce aux vainqueurs, par le biais de son regard éloquent et désespéré, qui peut être rapproché de la tête du Laocoon, statue antique célèbre, conservée dans les collections pontificales à Rome.

De manière habile, Desjardins habille et rythme le piédestal grâce à la présence de trophées guerriers positionnés à côté des guerriers vaincus (rajoutés en 1685) : armes, enseignes et boucliers sont visibles à leurs côtés et à leurs pieds. Dans un regard tourné vers les exemples antiques, bien présents dans les collections royales et symboles de puissance dans une cour européenne au XVIIe siècle, Martin Desjardins signe une œuvre impressionnante et forte, montrant sa grande technique et ses connaissances artistiques dans le traitement des expressions.

Interprétation

Véritable triomphe offert à Louis XIV par l’un de ses plus habiles courtisans, ce monument humilie les quatre puissances ennemies alors qu’elles deviennent également des alliées de la France par le biais des traités, des alliances et des mariages princiers. Cette vision écrasante du pouvoir régalien est critiquée dès le XVIIIe siècle pour l’absolutisme qu’elle incarne.

En 1792, la statue dorée de Louis XIV est abattue et fondue comme symbole puissant et abject de la monarchie absolue et des valeurs d’humiliation et de servitude qu’elle entraîne. Les Captifs sont sauvés du vandalisme, par leur identification en tant que vaincus et esclaves à libérer du joug de l’oppresseur. Leurs chaînes sont symboliquement brisées et ils échappent à la fonte pour être déposés en 1804 à l’Hôtel des Invalides. Emblèmes d’un règne despotique et puissant, ainsi que d’un courtisan faisant preuve d’évergétisme, les Captifs ont pourtant tenu un rôle bien différent à la Révolution pendant laquelle ils ont été perçus comme les nations délivrées par les Lumières.

Bibliographie

Art ou politique ? Arcs, statues et colonnes de Paris, sous la direction de Geneviève Bresc-Bautier et Xavier Dectot avec l’aide de Ilham Ben Boumchet, Paris, Collection Paris et son patrimoine, action artistique de la Ville de Paris, 1999.
Bronzes français de la Renaissance au Siècle des lumières, sous la direction de Geneviève Bresc-Bautier et Guilhem Scherf, Paris, musée du Louvre éditions et Somogy, 2008.

Pour citer cet article
Saskia HANSELAAR, « Les Quatre Nations vaincues », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 19 Août 2017. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/quatre-nations-vaincues
Commentaires

Découvrez aussi