Paul Valéry

Date de publication : avril 2018

Chargé de recherche CNRS Centre de recherche sur les Arts et le Langage

Partager sur:

Contexte historique

Fils du célèbre docteur Blanche, peintre attaché à la figuration, Jacques-Emile Blanche (1861-1942) a peint les portraits de nombreux écrivains et artistes durant toute sa carrière, dont Marcel Proust, Igor Stravinsky, Henry James et Paul Claudel. En 1928, il réalise le portrait du poète et philosophe Paul Valéry (1871-1945), qu’il connaissait personnellement depuis le début du XXe siècle. Conférencier recherché, poète présent dans les salons mondains de la capitale, ami d’André Gide, fréquentant après la guerre Jean Cocteau, André Breton, François Mauriac ou encore Rainer Maria Rilke, Paul Valéry est élu à l’Académie française en novembre 1925. Auteur de La Jeune Parque (1917) et du recueil Charmes (1922), Valéry s’affirme comme l’un des penseurs les plus fins et les plus profonds de son époque, non seulement pour tout ce qui touche à la création littéraire et artistique (Variété), mais aussi par ses réflexions lucides sur la politique et la culture contemporaines (Regards sur le monde actuel).

Analyse des images

Comme son maître Stéphane Mallarmé, Valéry a été souvent taxé d’obscurité, et il était réputé un écrivain difficile et intellectuel. L’intellectualité qui constitue en quelque sorte la signature du poète, Jacques-Emile Blanche a cherché à la traduire visuellement par la pose du penseur, qui est typique de Valéry dans son iconographie. Valéry est saisi dans l’espace clos et dépouillé d’une chambre d’appartement où rien n’évoque le luxe ni une quelconque activité mondaine. Assis sur une chaise et présenté de trois quarts, le regard perdu dans une profonde méditation, vêtu de manière simple et stricte, le corps noyé dans un costume sombre, le poète semble indifférent à ce qui l’entoure et uniquement préoccupé par le jeu de sa pensée.

Par un contraste entre la blancheur de la peau et l’obscurité de sa tenue et de l’arrière-plan aux tons bruns légèrement rehaussés de rouge et d’ocre, Jacques-Emile Blanche met aussi en valeur le visage et les mains du poète, symboles de son activité intellectuelle et créatrice. La main gauche, au repos sur le bras gauche de la chaise, pendant négligemment dans le vide, dénote un abandon du corps, passif, figé dans l’immobilité. A l’inverse, la main droite, avec les doigts légèrement recroquevillés sur le bord du menton, suggère un penseur actif : la main ne soutient pas la tête, elle semble accompagner au contraire le mouvement intérieur de la réflexion. Le regard du spectateur converge en direction de la tête et du visage, ce qui est provoqué aussi par l’angle de vue et le cadrage serré.

Interprétation

Par tous ces signes, Jacques-Emile Blanche a évoqué dans ce portrait l’auteur de La Soirée avec M. Teste (1896), qui pouvait s’appliquer à lui-même la réflexion inaugurale : « La bêtise n’est pas mon fort ». En effet, la chambre dans laquelle est représenté Valéry peut rappeler la cellule de M. Teste, espace qui convient le mieux pour suggérer l’intensité de la méditation du poète. Ce qui nous est donné à voir, c’est le disciple de Mallarmé qui ne veut rien laisser au hasard, qui n’aime pas l’arbitraire des romans et qui pèse avec minutie le poids et la valeur de chaque mot.

Ce portrait s’insère par ailleurs dans toute une iconographie de Paul Valéry développée pendant l’entre-deux-guerres. Il existe un certain nombre de portraits peints, sculptés ou photographiés du poète, qui le figurent souvent dans la pose du penseur : photographies de Charles Leirens et de Gisèle Freund, réalisées respectivement en 1935 et en 1938, lithographie de Picasso illustrant une édition de La Jeune Parque en 1921, buste de Boris Lipnitzki sculpté en 1931. Le portrait de Jacques-Emile Blanche contribue ainsi à établir l’image, voire le stéréotype d’un poète sévère et intellectuel, figure marmoréenne et impassible qui se consacre intégralement à la pensée et à la création poétique.

Bibliographie

Jacques-Emile Blanche, peintre 1861-1942, Rouen, Musée des Beaux-arts / Paris, Editions de la RMN, 1997.

Georges-Paul Collet, Jacques-Emile Blanche, Paris, Bartillat, 2006.

Michel Jarrety, Paul Valéry, Paris, Fayard, 2008.

Paul Valéry, Œuvres, édition de Michel Jarrety, 3 volumes, Paris, La Pochothèque, 2016.

Pour citer cet article
Christophe CORBIER, « Paul Valéry », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 12 décembre 2018. URL : http://www.histoire-image.org/fr/etudes/paul-valery
Commentaires

Découvrez aussi

 Franz Liszt au piano. Josef DANHAUSER (1805 - 1845) 1840 © BPK, Berlin, Dist RMN-Grand Palais - Jürgen Liepe Franz Liszt au piano : le culte de Beethoven