Combats de Quiberon

Date de publication : Février 2005
Auteur : Pascal DUPUY

Partager sur:

Contexte historique

Le 27 juin 1795 en baie de Quiberon, la flotte britannique débarque sur la plage de Carnac plus de quatre mille émigrés et quelques centaines de prisonniers français enrôlés de force. Plusieurs milliers de chouans les rejoignent. Ensemble, ils s’emparent d’Auray puis se retranchent dans le fort de Quiberon. Mais quelques jours plus tard, le général Hoche, chef de l’armée républicaine des côtes de Brest, reprend Auray et commence le blocus de Quiberon. L’assaut final donné le 21 juillet causera la déroute de l’armée royaliste. La tentative militaire de l’Angleterre et des émigrés de rétablir la royauté et de relancer la guerre civile en France vient d’échouer.

Analyse des images

Retranchée dans le fort « Sans-Culotte », rebaptisé Penthièvre, qui commande l’accès à la presqu’île de Quiberon, l’armée royaliste, placée sous le commandement du comte de Puisaye, doit faire face depuis le 6 juillet aux troupes républicaines qui l’empêchent de sortir. Une tentative est repoussée le 7. Les blancs, prisonniers, connaissent de graves difficultés d’approvisionnement tandis que le général Hoche consolide ses positions. Les jours suivants, les deux armées se renforcent considérablement, les blancs avec l’arrivée par mer de régiments émigrés que commande un jeune homme de 25 ans, Charles de Sombreuil, les bleus grâce à des renforts en hommes et en vivres demandés par Hoche. Le 16, une tentative de sortie des blancs échoue de nouveau, et les bleus ne doutent plus alors de la victoire finale. Ils lancent une offensive et s’emparent du fort pourtant jugé imprenable. Le comte de Puisaye s’enfuit et laisse de Sombreuil en charge du commandement. Ce sont ses derniers efforts héroïques de résistance qu’a représentés Sorieul : sous l’impulsion de M. de Sombreuil, figuré sur la gauche du tableau entouré de ses derniers fidèles, les combattants de l’armée royaliste essayent d’enrayer l’avancée des bleus et de protéger les centaines de femmes, d’enfants, de soldats blessés et de vieillards qui, derrière eux, dans un désordre poignant, tentent vainement d’atteindre la flotte anglaise. Quelques minutes plus tard, Hoche et les représentants en mission, Tallien et Blad, entérineront la reddition de M. de Sombreuil. L’armée des blancs est défaite, l’expédition de Quiberon un échec cuisant pour la cause royaliste.

Interprétation

Sous l’Empire, la publication de plusieurs témoignages d’acteurs de l’expédition de Quiberon relance l’intérêt des historiens et des artistes pour les événements de juillet 1795. On relève également un peu plus tard, en octobre 1829, l’inauguration de deux chapelles commémoratives élevées à la mémoire des victimes royalistes de Quiberon. Enfin, Sorieul évoque également, par l’intermédiaire de la croix formée des fusils de M. de Sombreuil et d’un soldat placé derrière lui, la messe dite par Mgr de Hercé le dimanche 28 juin 1795, au lendemain du débarquement, et la « croix des émigrés » bientôt érigée en souvenir de cette journée.

Bibliographie

François FURET, « Vendée », « Chouannerie », in François FURET et Mona OZOUF (dir.)Dictionnaire critique de la Révolution française1988, rééd.coll.
« Champs », 1992.
Jean-Clément MARTIN, “ La Vendée région mémoire ” in Pierre Nora (dir.)Les Lieux de mémoire, tome I “ La République ”Paris, Gallimard, 1984, rééd.coll.
“ Quarto ”, 1997.
Jean-Clément MARTINBlancs et Bleus dans la Vendée déchiréeParis, Gallimard, coll.“ Découvertes ”, nouv.
édition, 2001.

Pour citer cet article
Pascal DUPUY, « Combats de Quiberon », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 27 Juillet 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/combats-quiberon?i=584
Commentaires
Ajouter un commentaire
Gabriel le Garrec le 20/10/2015 à 05:10:59
je suis ravi d'apprendre le débarquement a Quiberon en 1795
je ne le savais pas ?