Napoléon III reçoit les ambassadeurs siamois

Partager sur:

Contexte historique

La politique extérieure de Napoléon III s'exerce dans bien des directions sans lien évident entre elles : les « détroits » avec la guerre de Crimée, l'Italie avec Magenta et Solférino, l'Algérie, le Levant et Suez, le Mexique et l'Extrême-Orient. Deux expéditions militaires franco-anglaises (1852 et 1860) imposent à la Chine six nouveaux ports « ouverts » aux nations européennes. Des expéditions en Annam (1858, 1859 et 1861) permettent à la France d'obtenir la basse Cochinchine et le protectorat sur le Cambodge.
Au Siam (ancien nom de la Thaïlande) règne depuis 1851 Rama IV, qui conduit doucement son pays vers la modernisation. Entre autres, il ouvre des négociations, parallèlement avec la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et la France. Un traité est signé avec la France le 15 août 1856, assurant la paix entre les deux pays, la liberté religieuse pour les missionnaires français et la liberté de commerce. Toutefois Rama IV apprécie peu le désir des Français de négocier un traité analogue avec le Cambodge dont le roi n’est pas considéré comme un souverain indépendant. Rama IV, malgré tout, fait savoir qu'il souhaite envoyer des ambassades à Londres, Paris et Rome. Après divers contretemps l'ambassade siamoise est reçue à Fontainebleau le 27 juin 1861.

Analyse des images

Une commande d'Etat, une galerie de portraits

Jean-Léon Gérôme a été le chef de file du style baptisé « pompier » par ses détracteurs. C'est un peintre reconnu sous le Second Empire. Les souverains font appel à lui pour immortaliser une scène dont l'exotisme convient à ce peintre qui a déjà fait de nombreuses œuvres orientalistes.
Ce tableau de grande dimension destiné au musée historique de Versailles commémore un événement considéré comme historique d'autant plus qu'il rappelle l'ambassade de 1684 auprès de Louis XIV.
La scène se passe dans la salle de bal du palais de Fontainebleau, aménagée en salle du trône spécialement pour cette réception. Napoléon III et Eugénie, assis devant la cheminée, regardent s'avancer les Siamois, coiffés de chapeaux pointus garnis d'or ciselé et vêtus de longues robes de soie flottantes. L'Ambassadeur, son jeune fils et toute leur suite, à la queue leu leu, se traînent quasiment à plat ventre, jouant des coudes et des genoux pour avancer. L'instant de la cérémonie qui est représenté est celui où Napoléon III prend dans la coupe en or qu'on lui tend une petite boîte contenant une lettre du roi du Siam. La cour de Napoléon III est présente en arrière-plan, et le tableau offre plus de quatre-vingts portraits dont certains furent exécutés d'après des photographies de Nadar. Le détail des uniformes est scrupuleusement peint. Il y a entre autres un autoportrait de Gérôme que l’on reconnaît à l'extrême gauche. L'impératrice derrière laquelle se tiennent les dames du palais porte un diadème orné du « Régent ». Le décor est lui aussi très soigneusement rendu. Une partie des fresques et des lambris a été tendue de draperies, mais on reconnaît très bien certaines fresques de la Renaissance. Les vitrages apparaissent toutefois différents de ceux d'aujourd'hui.

Interprétation

Un tableau témoin d'une « extravagante réception » (F. Maison)

L'envoi en 1861 par le roi du Siam d'ambassadeurs est un acte de pur apparat qui n'apporte aucun élément nouveau par rapport au traité de 1856. Gérôme représente de façon scrupuleuse tous les détails d'une cérémonie voulue par le ministère des Affaires étrangères dans le respect de la tradition du cérémonial asiatique. Il faut donc se garder d’y apporter une interprétation post-coloniale : le Siam est alors un pays indépendant dirigé par un souverain habile, qui louvoie adroitement entre les impérialismes européens rivaux afin de préserver l'indépendance de son pays. Les ambassadeurs adoptent la posture habituelle de respect vis-à-vis d'un souverain qui les reçoit. Il n'y a ici aucune volonté de la part de Napoléon III et de ses conseillers d'humilier un peuple qui serait considéré comme inférieur. Cependant le moment est immortalisé pour son exotisme et parce qu'il rattache Napoléon III, en quête de légitimité, à la tradition monarchique de l'Ancien Régime.

Bibliographie

Jean TULARD (dir.) Dictionnaire du Second Empire Paris, Fayard 1995.
"A propos de l'illustration de la jaquette et de l'étui du dictionnaire du Second Empire", Françoise Maison.
Collectif L’Art en France sous le Second Empire , Grand Palais, 11 mai-13 août 1979, catalogue RMN.RMN

Pour citer cet article
Martine GIBOUREAU, « Napoléon III reçoit les ambassadeurs siamois », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 24 Juillet 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/napoleon-iii-recoit-ambassadeurs-siamois?i=303&d=1&musee=Mus%C3%A9e%20national%20du%20Ch%C3%A2teau%20de%20Fontainebleau
Commentaires