Un jardin à l’anglaise : le domaine de Malmaison

Date de publication : Avril 2017

Université d'Evry-Val d'Essonne

Partager sur:

Contexte historique
Le domaine de l’impératrice

Cette aquarelle intitulée « Le Temple de l’Amour » s’insère dans une série de douze représentations du domaine de Malmaison. La signature de l’auteur est présente en bas à gauche, au revers d’une pierre : « Aug[us]te Garnerey ». Né à Paris en 1785, il est le fils de l’artiste peintre Jean-François Garnerey ou Garneray (1755-1837). Professeur de peinture, il est aussi le maître d’Hortense de Beauharnais (1783-1837), fille de Joséphine de Beauharnais (1763-1814), future épouse de Napoléon Bonaparte (1796) et impératrice des Français (1804-1809).<

>Garneray est le représentant du style troubadour qui consiste à mêler plusieurs arts dans le but de recréer l’ambiance historique des périodes médiévale et moderne. Ici, la peinture historique est délaissée pour une série de douze aquarelles consacrées au domaine de Malmaison acheté par Joséphine en 1799. La commande est probablement passée directement par Joséphine, peu avant sa répudiation par Napoléon Ier qui se remarie en 1810 avec Marie-Louise d’Autriche (1791-1847). L’impératrice déchue conserve néanmoins la jouissance du château de Malmaison jusqu’à sa mort. Ensuite, le domaine est dispersé, comme une partie de ses œuvres et probablement les aquarelles de Garneray. Elles réintègrent le château dans les années 1930, à la suite d’un don de la famille David-Weill.

Analyse des images

La nature à l’anglaise

Non datée, cette aquarelle est forcément postérieure à l’année 1807 qui correspond à la date de construction du Temple de l’Amour. Cette représentation dresse un état des lieux du domaine après de nombreux aménagements opérés sous l’autorité de Joséphine. Passionnée par les roses, elle cède à la mode du style anglais qui se développe à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles. Ce style s’oppose aux jardins à la française marqués par une stricte géométrie de leurs formes et la volonté de diriger la nature. Cette aquarelle fait étalage d’une multitude d’espèces d’arbres et de fleurs, comme le gigantesque rhododendron que l’artiste place volontairement au centre de sa composition. La scène est déshumanisée, mais pas pour autant inanimée. De petites cascades d’eau, des cygnes et des canards participent à l’animation et à la quiétude des lieux.

Le tableau de Garneray, suggère que la nature est la maîtresse des lieux. L’aquarelle et les touches de couleurs aux teintes pastel participent à la démonstration d’une nature indomptée et exubérante. Le jardin ne guide pas le regard du visiteur dans une perspective prédéfinie, mais le regard est au contraire séduit par la variété des formes exposées, même si le jardin anglais fait aussi l’objet d’un long travail préparatoire et d’une construction abstraite.

Interprétation

Une nature débordante

Le cadrage qui décale volontairement le temple sur la gauche de la scène est une démarche supplémentaire de l’artiste pour concentrer son message sur la nature, la rivière, les arbres et les animaux. Cette approche participe donc à la symbolique des jardins anglais qui mêlent les belles formes et la nature débordante. L’ambiance générale fait également écho à la première période du romantisme qui s’oppose précisément au Classicisme et aux principes d’une rationalité trop affirmée.

Le Temple de l’Amour est édifié sur les plans de l’architecte Louis-Marin Berthault (1770-1823), architecte officiel de la Malmaison à partir de septembre 1805. Il participe à plusieurs réaménagements dans le parc, dont le tracé de cette rivière qui s’ouvre sur un paysage idyllique. Les six colonnes de marbre aux chapiteaux ioniques apparaissent également au second plan derrière les branches d’un arbre. La statue de l’Amour réalisée par le sculpteur Jean-Pierre-Antoine Tassaert (1727-1788) est seulement suggérée entre les colonnes, comme pour rejeter toute représentation se rapportant à l’Homme. Enfin, deux vases remplis de fleurs encadrent les degrés du temple qui n’est pas sans rappeler le modèle du Temple de l’Amour dans les jardins du Petit-Trianon à Versailles.

Bibliographie

Jardins anglais, Londres, Phaidon, 2009.

Joséphine impératrice de la mode, Paris, Réunion des Musées nationaux, 2007.

Philippe PRÉVÔT, Histoire des jardins, Paris, Ulmer, 2016.

Pour citer cet article
Stéphane BLOND, « Un jardin à l’anglaise : le domaine de Malmaison », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 25 Septembre 2017. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/jardin-anglaise-domaine-malmaison
Commentaires

Albums liés

Découvrez aussi