Rolla ou le suicide pour une courtisane

Date de publication : janvier 2016

Partager sur:

Contexte historique

L’alibi littéraire

En 1878, le peintre Henri Gervex, ancien médailliste du Salon, voit son œuvre Rolla brutalement retirée de l’exposition par l’administration des Beaux-Arts un mois avant la manifestation. Henri Gervex est pourtant un peintre qui jouit d’une certaine renommée et normalement dispensé de subir le verdict du jury.

Il s’est inspiré, pour peindre sa toile, d’un poème composé par Alfred de Musset en 1833 : celui de l’histoire tragique d’un jeune bourgeois, Jacques Rolla, épris de Marion, une prostituée issue de la misère. L’homme, ruiné, pense en finir et contemple la femme avec laquelle il vient de passer la nuit :

Rolla considérait d’un œil mélancolique
La belle Marion dormant dans son grand lit ;
Je ne sais quoi d’horrible et presque diabolique
Le faisait jusqu’aux os frissonner malgré lui.
Marion coûtait cher. – Pour lui payer sa nuit
Il avait dépensé sa dernière pistole.
Ses amis le savaient. Lui-même, en arrivant,
Il s’était pris la main et donné sa parole
Que personne, au grand jour, ne le verrait vivant.
[...]
Quand Rolla sur les toits vit le soleil paraître,
Il alla s’appuyer au bord de la fenêtre.
De pesants chariots commençaient à rouler.
Il courba son front pâle, et resta sans parler.

Analyse des images

La chambre à coucher d’une horizontale

Pour illustrer le poème d’Alfred de Musset, Henri Gervex situe la scène dans une chambre à coucher élégante au parfum capiteux, décorée d’étoffes et de mobilier luxueux. Le peintre présente un homme au bord d’une fenêtre ouverte, le regard plongé sur une jeune femme nue étendue dans son lit, un sujet considéré comme sulfureux, hautement immoral.

Si le nu féminin, au centre du tableau, est d’une facture parfaitement lisse et d’un blanc de porcelaine conforme aux nus académiques du XIXe siècle, c’est le cadre dans lequel l’artiste a situé son modèle qui choque. Nous ne sommes plus dans le contexte mythologique prétexte aux nus de l’époque, et c’est notamment le morceau de peinture situé dans l’angle droit du tableau qui fait scandale : on y découvre une nature morte composée d’un jupon, d’une jarretière et d’un corset, ainsi qu’un escarpin rouge manifestement jeté à la hâte un peu plus loin. La disposition désordonnée de l’ensemble suggère que la jeune femme s’est déshabillée très rapidement. C’est le peintre Edgar Degas qui aurait soufflé à son ami Henri Gervex la représentation de ce corset dégrafé, un détail fortement érotique, pour expliciter la scène et souligner le fait qu’il s’agit bien d’une fille de joie endormie après avoir reçu un client. La canne qui ressort ostensiblement des sous-vêtements apparaît d’ailleurs comme une métaphore de l’acte sexuel. Le rang social du client est évoqué à travers le chapeau haut-de-forme, et l’amour vénal est aussi rappelé par la table de nuit sur laquelle pendent des bijoux, un bracelet et un collier de perles. On se situe manifestement dans les hautes sphères de la courtisanerie.

L’effet de contraste entre le jeune homme désespéré et la jeune fille voluptueusement abandonnée dans son sommeil est saisissant. L’homme est, d’après le poème, sur le point de se suicider ; il avalera finalement du poison.

Du point de vue du style, Henri Gervex affirme sa qualité de peintre académique formé chez le peintre Alexandre Cabanel, tout en marquant son attraction pour la nouvelle peinture moderne. La toile est ainsi baignée d’une lumière claire issue d’une fenêtre ouverte sur un balcon en fer forgé, offrant une vue sur un paysage urbain d’immeubles flous propres au nouveau courant impressionniste.

Interprétation

Le thème du suicide chez les courtisanes

Dans cette toile, Henri Gervex livre aux spectateurs une version moderne du drame d’Alfred de Musset, éloigné du romantisme originel qui plaçait les deux héros, la prostituée et le débauché, sur un même plan, unis dans une destinée tragique identique. Il rend compte d’une réalité scandaleuse de plus en plus dénoncée à la fin du XIXe siècle, celle du jeune homme riche éperdument amoureux, acculé à la ruine puis au suicide par sa maîtresse, une courtisane cupide et insatiable.

Le tableau est, du reste, probablement inspiré des amours entre Henri Gervex et la grande courtisane Valtesse de Bigne. Le thème est alors très à la mode et fait l’objet d’une certaine fascination, dans une époque paradoxale qui oscille entre une certaine poussée pornographique et une réaction vigoureuse des ligues de moralité nécessaire à crédibilité de la Troisième République. On avait d’ailleurs accusé en 1872 la célèbre horizontale du Second Empire, Cora Pearl, d’avoir conduit le jeune Alexandre Duval à vouloir en finir. L’affaire avait défrayé la chronique, et Cora Pearl avait été immédiatement expulsée du pays.

Malgré son exclusion du Salon des beaux-arts pour indécence, l’œuvre d’Henri Gervex est exposée trois mois chez le galeriste Bague au 41, boulevard des Capucines et connaît un grand succès. Le tableau suscite en effet la plus grande curiosité et la foule se presse ; l’artiste se remémore, dans ses Entretiens parus en 1924, « un défilé ininterrompu de visites ».

Bibliographie

BAKKER Nienke, PLUDERMACHER Isolde, ROBERT Marie, THOMSON Richard, Splendeurs et misères : images de la prostitution (1850-1910), cat. exp. (Paris, 2015-2016 ; Amsterdam, 2016), Paris, Flammarion / musée d’Orsay, 2015.

GUIGON Catherine, avec la coll. de BONAL Gérard, Les Cocottes : reines du Paris 1900, Paris, Parigramme, 2012.

Pour citer cet article
Catherine AUTHIER, « Rolla ou le suicide pour une courtisane », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.histoire-image.org/fr/etudes/rolla-suicide-courtisane
Commentaires
Les étoiles populaires. Carlo GRIPPA ( - ) Musée national du Château de Compiègne